Le choc, c’est Lagerfeld

Toujours d’actualité... la chronique de François d’Orcival de l’Académie des sciences morales et politiques
Naturellement, Karl Lagerfeld a démenti : il ne pouvait pas laisser dire aux journalistes de l’édition madrilène de Marie-Claire (19 octobre) qui l’avaient interrogé que François Hollande était un « imbécile ». C’était injurieux. « Il y a eu un problème de traduction ». Mais l’essentiel de son propos, il ne l’a pas démenti. « Hollande déteste les riches, a-t-il dit. Il veut les punir, et bien sûr, ils s’en vont. Les étrangers ne veulent plus investir en France, et ça ne peut pas marcher comme ça. » Il a insisté : « En dehors de la mode, des bijoux, des parfums et du vin, la France n’est pas compétitive… »


T�l�charger le fichier sur votre ordinateur
Références Émission afficher

Référence : chr882
Adresse directe du fichier MP3 : https://www.canalacademie.com/emissions/chr882.mp3
Adresse de cet article : https://www.canalacademie.com/ida9803-Le-choc-c-est-Lagerfeld.html
Date de mise en ligne : 4 novembre 2012

Certes, il y a dans les propos du grand couturier un effet, une posture. Il n’empêche, ces mots-là ont fait le tour de la planète, sans améliorer l’image de la France. Un pays où les riches ne sont pas bienvenus et qui n’est plus compétitif.

Mais qui a dit que la France avait partout perdu des parts de marché et même dans la zone euro, qui a dit que « nous avons une perte en exportations de 120 milliards d’euros en 2011 » par rapport à ce que nous aurions du vendre « si nous avions gardé nos positions antérieures », qui a parlé de « décrochage » ? François Hollande, le 20 septembre, à l’Elysée (pour la remise du prix de l’audace créatrice). Il expliquait que si tout ne se ramenait pas au coût du travail, il fallait quand même faire « les réformes structurelles qui sont attendues et notamment celle du financement de notre protection sociale ». Il ajoutait : « Le rapport de Louis Gallois nous éclairera sur cette responsabilité ». Depuis que l’ancien patron d’EADS devenu commissaire général à l’investissement en avait été chargé en juillet, on l’attendait comme le rapport du « choc de compétitivité ». Jean-Marc Ayrault devait même y consacrer un séminaire gouvernemental !

Mais depuis, le « choc » s’est transformé en « trajectoire », et François Hollande a dit que le rapport n’engagerait que son auteur ; quant au premier ministre, il a réuni ses ministres sur le sujet dès le 22 octobre, faisant fi du contenu officiel du fameux rapport…Enterré ? En refusant toute hausse de la TVA et en renonçant à celle de la CSG, le gouvernement s’est interdit d’agir : il ne peut plus compenser la baisse des charges pesant sur le travail, après les avoir augmentées, en juillet, de 13,2 milliards…C’est Lagerfeld qui a vu juste.

François d’Orcival


Le texte de cette chronique est paru dans Le Figaro Magazine du samedi 26 octobre 2012. Elle est reprise ici par son auteur, avec l’aimable autorisation de l’hebdomadaire. Les propos de François d’Orcival n’engagent que lui-même, et non pas l’académie à laquelle il appartient ni l’Institut de France.


Écoutez les précédentes chroniques de François d’Orcival






© Canal Académie - Tous droits rééservés

Notez cette émission :

Commentaires