Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

L’état de sainteté génère-t-il un état modifié de conscience ?

Le regard du père Daniel Ols, membre de la congrégation pour la cause des saints, lors du colloque Les états modifiés de conscience (2/6)
La conscience humaine dont la véritable nature demeure encore inconnue, est au cœur des réflexions de cette deuxième journée de colloques, organisée par l’association « Être humain » et avec le concours de l’Académie des Sciences et de l’Académie des sciences morales et politiques, le 21 mai 2012. Canal Académie vous propose d’écouter ce deuxième colloque, six conférences au total seront retransmises sur notre site. Retrouvez aujourd’hui l’intervention du père Daniel Ols, membre de la congrégation pour la cause des Saints.


T�l�charger le fichier sur votre ordinateur
Références émission afficher

Entrez grâce à Canal Académie au sein de l’Institut de France. Vous entendrez l’intervention de Daniel Ols qui évoquera dans sa communication, les questions de sainteté, et leurs rapports aux états de conscience de l’esprit humain.

Les états modifiés de conscience et la cause des Saints

__
« Il est nécessaire, je pense, de faire un rapide prologue en raison du caractère très particulier des causes des Saints, qui fait que ce domaine, je suppose, ne vous est pas très familier. Reste en général une sorte d’« ortus conclusus ».
Les causes de saints ont pour but de déterminer avec certitude (une certitude morale) qu’un fidèle défunt a vécu à un tel degré de sainteté, qu’il peut être reconnu officiellement comme saint par l’autorité suprême (en l’occurrence le pape) et proposé à la vénération et à l’imitation des chrétiens.
Ce qui suscite immédiatement une autre question : Qu’est-ce que la sainteté ?
Nous pouvons dire, en deux mots, que la sainteté, c’est l’union à Dieu, union qui n’est pas le résultat des efforts de l’homme mais qui se réalise par le don que Dieu lui fait de la grâce dite « sanctifiante ». Mais la grâce, cela ne se voit pas. Il est d’ailleurs défini par le Concile de Trente que l’on ne peut pas savoir (avec certitude) si l’on est ou non en état de grâce, seulement le conjecturer.

Jean-Paul II
Jean-Paul II

Si donc on ne peut pas le savoir pour soi comment le savoir pour les autres ? De la même façon que l’on peut le conjecturer pour soi avec une certaine certitude, on peut le conjecturer pour les autres. Sur la base de quoi ? De leurs actes et de leurs comportements. La grâce « sanctifiante » est la source dans l’âme des vertus infuses et des dons du Saint-Esprit. Ces vertus et ces dons ne se voient pas non plus, mais ils nous sont perceptibles par les actes.
Lorsque dans une situation périlleuse je fais preuve de courage, cela veut dire que j’ai la vertu de courage, ou la vertu de force. C’est pourquoi les enquêtes que l’on mène en vue de la béatification et de la canonisation, portent sur la possibilité de reconnaître chez les candidats, que nous appelons « serviteurs de Dieu », l’existence de ces vertus « infuses » au degré « héroïque », c’est-à-dire à un degré nettement supérieur à celui que l’on reconnaît chez les bons chrétiens. (...)

Pour différents motifs, on enquête peu sur les dons du Saint-Esprit, qui pourtant offriraient ici un certain intérêt. (...) Ils comportent, d’après la doctrine de saint Thomas, ce que l’on pourrait appeler une modification de l’état de conscience, puisqu’il s’agit de dispositions stables à se laisser guider par les inspirations du Saint-Esprit sans qu’intervienne aucun jugement de la raison. (...)
Je dois encore ajouter à ce bref prologue quelques indications sur les références quasi-normatives qui gouvernent la pratique des causes des Saints. Les procédures ont beaucoup évolué au cours de l’histoire, et de façon plutôt radicale au cours des années qui ont suivi le concile de Vatican II.
Mais les maximes qui président à ces procédures sont demeurées inchangées, au moins depuis le XVIIIe siècle, lorsqu’elles furent édifiées par Prospero Lambertini, futur pape Benoît XIV. (...) La théologie qui est mise en œuvre est celle de saint Thomas. (...) »

Écoutez dans cette émission la totalité de l’intervention du père Daniel Ols dont le texte n’est ici que résumé.


Présentation de l’intervenant :

Le père Daniel Ols,, est un dominicain français, travaillant au Vatican dans la mystérieuse congrégation pour la cause des Saints, congrégation responsable des canonisations. C’est lui qui s’occupa notamment de la cause de Jean-Paul II.


Ne manquez pas prochainement sur Canal Académie la suite de la retransmission de ce colloque et des interventions des autres invités

Retrouvez dès à présent la première intervention de cette seconde partie de cycle consacrée aux « états modifiés de conscience » :

- Les états modifiés de conscience et les phénomènes paranormaux dans l’histoire : le regard de la métapsychique


En savoir plus :

- Consultez le site www.hommecontemporain.org pour retrouver les dates des prochains colloques.

- Écoutez la première partie de ce cycle consacrée également aux « états modifiés de conscience » :
- Les états modifiés de conscience et l’approche rationnelle de l’étrange (1/2)
- Comment les neurosciences voient-elles certains états modifiés de conscience (2/2)

Écoutez le premier cycle intitulé : "Émotions et santé, émotions et société" :
- Introduction de Bérénice Tournafond et communication de Jean Baechler de l’Académie des sciences morales et politiques : L’impact des émotions dans la société et la politique, par Jean Baechler, de l’Académie des sciences morales et politiques (1/3)
- Pierre Buser, neurobiologiste, membre de l’Académie des sciences : Cerveau, émotions et vie sociale (2/3)
- Yves Agid, neurologue, membre de l’Académie des sciences : Le traitement de troubles émotionnels par la neurologie (3/3)






© Canal Académie - Tous droits rééservés

Notez cette émission :

Commentaires