Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

Patrick de Carolis : arts et télévision, un combat toujours d’actualité

Vision, projets d’un homme de médias cultivant discrètement la poésie
L’entrée d’un homme de médias au sein de l’Académie des beaux-arts est-il un signe de modernité ? Patrick de Carolis, membre de l’Académie des beaux-arts, évoque sa vision des arts, ses projets et sa place au sein de l’Académie où il a été élu le 5 mai 2010, au fauteuil d’André Bettencourt. Son "installation" sous la Coupole de l’Institut de France s’est déroulée une semaine avant cet entretien. Depuis le mercredi 30 janvier 2013, l’Académie des beaux-arts a élu Patrick de Carolis directeur du Musée Marmottan Monet et de la bibliothèque Marmottan où il succède à l’académicien Jacques Taddei décédé le 24 juin 2012. Être académicien change-t-il un homme ?


T�l�charger le fichier sur votre ordinateur
Références émission afficher
Émission proposée par : Marianne Durand-Lacaze
Référence : HAB662
Adresse directe du fichier MP3 : https://www.canalacademie.com/emissions/hab662.mp3
Adresse de cet article :
Date de mise en ligne : 13 novembre 2011

Ayant grandi à Arles, Patrick de Carolis pouvait-il échapper au goût de l’histoire, de l’art et du patrimoine ? Le saviez-vous danseur et poète à l’adolescence, au point de cultiver depuis, le sens de la rime ou des mots, de conserver en héritage la rigueur des exercices de la danse classique, de manière discrète mais profondément constructive et régénératrice ?

Patrick de Carolis lors de son installation à l'Académie des Beaux-arts, 12 octobre 2011
Patrick de Carolis lors de son installation à l’Académie des Beaux-arts, 12 octobre 2011
© MDL/Canal Académie

L’Académie accueille majoritairement des artistes mais aussi des amateurs d’art, liés à la défense de la culture et des arts, au sein d’une section appelée la section des Membres libres. Elle a pour mission, avec les autres sections, celles des peintres, des photographes, des cinéastes, des graveurs, des architectes, des compositeurs et des sculpteurs de l’Académie, d’encourager et de défendre, l’art et le patrimoine. C’est justement la section des Membres libres, sept personnes au total, qu’il a rejointe, et qui l’a accueilli. A ses côtés, Michel David-Weill, Pierre Cardin, Henri Loyrette, François-Bernard Michel, Hugues R. Gall, Marc Ladreit de Lacharière, William Christie. Ainsi, la mode ou un peu de l’Opéra de Paris, un très grand chef d’orchestre, des mécènes et des entrepreneurs accompagnent les arts de leur temps à l’Académie.
Patrick de Carolis, au sein de l’Académie, est membre du jury du Prix du Cercle Montherlant – Académie des beaux-arts. En 2012, le jury a récompensé L’Art persan d’Henri Stierlin (Imprimerie nationale Éditions).
Patrick de Carolis, homme de médias, journaliste, ayant publié Bernadette Chirac Conversation (2001), créateur et animateur de l’émission Des Racines et de ailes – parmi d’autres-, ancien président de France-Télévision, est aussi l’auteur de 2 romans historiques Les Demoiselles de Provence (2005) et La Dame du Palatin (2011).

Surprenant le public qui ne l’attendait pas sur le terrain de la poésie, il a pris la plume en 2009 pour écrire Refuge pour temps d’orage, un récit poétique en prose, intime, très personnel, sans être pour autant autobiographique, osant un « Je » subtil derrière un « il », en transparence. Une distanciation d’équilibriste qui touche, magie d’un texte libre en tout cas.

Son parcours éclectique comme ses aspirations multiples, semblent ne pas l’enfermer sous l’une de ses casquettes. Être académicien change-t-il un homme ?

Tout est là, en nous est la formule gravée sur son épée, extraite de son récit en prose Refuge pour temps d’orage, où se sont aussi glissés par endroits, quelques vers pour mieux servir les mots.
Écoutez Patrick de Carolis présenter sa vision de l’art, sa mission auprès de artistes au sein de l’Académie pour gérer les biens de l’auguste institution et ses idées pour nourrir le débat culturel. Par sa profession, il espère continuer à être un passeur de culture et faire découvrir au plus grand nombre l’art, les artistes, la culture en général. Convaincu que la télévision est un outil puissant, qui peut se mettre au service de la culture, il aborde dans cette émission, la télévision de demain : la télévision connectée (à l’Internet). Quelle place la télévision d’aujourd’hui et celle de demain laisseront aux arts numériques, ou bien à la poésie ? Passionné par la poésie depuis l’âge de treize ans, il s’exprime sur "sa poésie", une poésie en prose, sur les poètes qu’il admire Mahmoud Darwich, Rainer Maria Rilke.

Pour lui l’art est une nécessité. Il pense que l’être humain a besoin d’art pour, à la fois se projeter dans la vie, dans la société, et surtout pour se retrouver soi-même. Il est la clef de notre intériorité et de notre universalité.

L'épée d'académicien de Patrick de Carolis, conçue par son confrère Erik Desmazières, 12 octobre 2011
L’épée d’académicien de Patrick de Carolis, conçue par son confrère Erik Desmazières, 12 octobre 2011
© MDL/Canal Académie

Pour en savoir plus

- Patrick de Carolis sur le site de l’Académie des beaux-arts
- Patrick de Carolis, au sein de l’Académie, est membre du jury du Prix du Cercle Montherlant – Académie des beaux-arts.

Depuis avril 2012, il présente sur France 3, l’émission Le Grand Tour où il convie les téléspectateurs à un voyage culturel et artistique inspiré des longs périples qu’effectuaient, au XVIIIe siècle, les artistes et les jeunes aristocrates européens.

Ses livres

- Les Demoiselles de Provence, Plon, 2005
- La Dame du Palatin, Plon, 2011,
- Refuge pour temps d’orage, Plon, 2009, avec un CD d’une lecture de Pierre Arditi.

Patrick de Carolis lors de son installation à l'Académie des Beaux-arts, 12 octobre 2011, Bibliothèque de l'Institut de France
Patrick de Carolis lors de son installation à l’Académie des Beaux-arts, 12 octobre 2011, Bibliothèque de l’Institut de France
© MDL/Canal Académie






© Canal Académie - Tous droits rééservés

Notez cette émission :

Commentaires