Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

Point de vue : Jacques-Louis Binet sur l’oeuvre d’Anish Kapoor, Léviathan à Monumenta

de l’Académie de médecine, correspondant de l’Académie des beaux-arts
Anish Kapoor investit l’espace monumental du Grand Palais à Paris jusqu’au 23 juin 2011 avec une œuvre surprenante : Leviathan. Jacques-Louis Binet, correspondant de l’Académie des beaux-arts, grand amateur d’art contemporain, s’est rendu sur place et nous fait partager son point de vue, avec un rappel des œuvres et des artistes précédents de l’événement Monumenta.


T�l�charger le fichier sur votre ordinateur
Références émission afficher

Référence : VUE509
Adresse directe du fichier MP3 : https://www.canalacademie.com/emissions/vue509.mp3
Adresse de cet article :
Date de mise en ligne : 12 juin 2011

Chaque année depuis 2007, le Grand Palais à Paris accueille l’œuvre d’un artiste spécialement conçue pour l’immense espace de la Nef, c’est l’événement Monumenta. En 2011, l’artiste anglais Anish Kapoor est le quatrième artiste invité. Il relève le défi avec une œuvre gigantesque et particulièrement émouvante : Leviathan.

Jacques-Louis Binet, secrétaire perpétuel de l’Académie de médecine et correspondant de l’Académie des beaux-arts, nous offre son point de vue et revient aussi sur les anciennes éditions.

- Leviathan : « une œuvre qui crée le malaise et qui fait s’interroger sur le profond de son être. »

Leviathan, d'Anish Kapoor
Leviathan, d’Anish Kapoor

- « Avec le beau temps, l’ombre du Grand Palais prend vie sur toute la forme de l’œuvre, c’est éblouissant ! »

Depuis 2007 : 3 artistes se sont prêtés au jeu de Monumenta

- Anselm Kiefer et l’œuvre « Chute d’étoiles » pour la première édition en 2007

Anselm Kiefer. Panoramique de Verenglückte Hoffnung. © Coll. Grand Palais, cliché François Tomasi

Des maisons de tôles, de plaques de béton et autres matériaux de récupération abritent des peintures de l’artiste allemand et convoquent les poètes Ingebrog Bachmann, Paul Celan ou Voyage au bout de la nuit de Céline. Images et matières se conjuguent pour créer une intensité émotionnelle et esthétique.

- Richard Serra et l’œuvre « Promenade » pour la deuxième édition 2008

Monumenta 2008, Richard Serra. Promenade sous la Nef. © Coll. Grand Palais, cliché Didier Plowy

Le grand artiste américain Richard Serra, connu pour ses sculptures monumentales, expose pour cette deuxième édition de Monumenta une œuvre inédite et magistrale. Cinq immenses plaques d’acier s’élèvent dans la Nef du Grand Palais. En se promenant à travers ces lames de métal patinées par la rouille, le visiteur fait une expérience unique. Plus qu’un choc esthétique, une véritable confrontation avec sa propre finitude, sa place dans le monde, sa corporalité.

Chacun réagit différemment devant les plaques d’acier : certains sourient en silence, d’autres touchent les sculptures timidement, d’autres dansent devant comme face à un totem, d’autres semblent pris de vertige…

- Christian Boltanski : « Personnes » pour la troisième édition en 2010.

Monumenta 2010. Une œuvre qui renvoie à l’inéluctabilité de la mort et à la fragilité de la vie humaine. © Collection Grand Palais, François Tomasi

Pour sa 3e édition, Monumenta ne se déroulait pas en été mais en hiver, dans la Nef du Grand Palais non chauffée. Telle était la volonté de Christian Boltanski pour son installation inédite : Personnes. L’artiste français a en effet conçu son exposition comme une expérience frappante, à la fois physique et psychologique, où le froid joue un rôle essentiel pour placer le spectateur dans l’œuvre et non devant elle. Le visiteur est accueilli par un mur de ferraille qui, une fois franchi, révèle au fond de la Nef, sous la coupole, une montagne de vêtements amoncelée à la merci d’une pince de grue. Métaphore du doigt de Dieu, elle prend au hasard certaines pièces et en rejette d’autres tandis que de part et d’autre de la Nef, des rectangles de vêtements sont alignés à même le sol au son de battements de cœur. Cette exposition visuelle mais aussi sonore aborde un thème important pour Christian Boltanski, artiste marqué par le souvenir de la Shoah, qui poursuit sa réflexion sur les limites de l’humanité et la dimension essentielle du souvenir : la question du destin et de l’inéluctabilité de la mort.

L’édition 2012 accueillera l’artiste Daniel Buren.

Pour aller plus loin :

- Le site web dédié à Monumenta
- Pour découvrir l’oeuvre d’Anish Kapoor
- Jacques-Louis Binet à l’Académie des beaux-arts

Sur Canal Académie, dans notre émission Carrefour des arts, Jacques-Louis Binet anime une série consacrée aux dernières œuvres de grands artistes dont les deux premières rubriques sont :
- L’œuvre ultime de Chardin : ses autoportraits
- L’oeuvre ultime de Matisse : La grande décoration aux masques






© Canal Académie - Tous droits rééservés

Notez cette émission :

Commentaires