Mgr Claude Dagens, de l’Académie française : la conversion et le catéchuménat

Plus de 10.000 adultes, à diverses étapes de la démarche, demandent le baptême à l’Eglise catholique
Mgr Claude Dagens explique le sens profond du catéchuménat, cette démarche entreprise par les convertis adultes pour recevoir le baptême dans la nuit du samedi au dimanche de Pâques. Comment comprendre aujourd’hui ce "phénomène" et que révèle-t-il ? Cette interview est suivie du témoignage d’un jeune converti, David G., qui raconte l’importance de ce cheminement spirituel.


T�l�charger le fichier sur votre ordinateur
Références Émission afficher
Émission proposée par : Hélène Renard
Référence : ecl688
Adresse directe du fichier MP3 : https://www.canalacademie.com/emissions/ecl688.mp3
Adresse de cet article :
Date de mise en ligne : 17 avril 2011

Le mot "catéchuménat" -et ceux de la famille, catéchèse, catéchisme- pourrait paraître savant... et pourtant, avec l’explication qu’en donne Mgr Dagens dès la première question, on comprend tout de suite ! "Ecoutez le mot, conseille-t-il, et vous y repèrerez un son, comme un "écho"... Autrement dit, le catéchumène est celui qui perçoit en écho la parole de Dieu" (même si l’étymologie précise est un peu différente puisque le mot grec signifie "enseigné de vive voix"...) "Dans l’Eglise, ces mots définissent les activités, les pédagogies utilisées pour "faire écho" à la Parole de Dieu qui germe dans les existences humaines". Ces baptisés nouveaux deviendront des "néophytes", c’est-à-dire des "re-nés", des personnes vivant une nouvelle naissance.

Claude Dagens est évêque du diocèse d’Angoulême, mais il est aussi historien, fin connaisseur des premiers siècles du christianisme car il a longuement étudié et enseigné l’histoire des origines chrétiennes. Il explique donc comment se déroulait le catéchuménat dans un contexte très différent du nôtre, lorsque la communauté des chrétiens était soumise à des menaces de persécutions, confrontée à des hérésies, en butte aux querelles des diverses églises.

Les premiers chrétiens ? tous des convertis !

Evoquant les tout premiers siècles du christianisme, notre invité rappelle que les membres des communautés étaient tous, par définition, des convertis, des adultes qui, ayant entendu la parole de Dieu, l’enseignement du Christ transmis par les apôtres et les premiers disciples, demandaient à être baptisés. Et de citer aussi en exemple des grands évêques eux-mêmes des convertis, tels Ignace d’Antioche, et plus tard (IV è siècle) Hilaire de Poitiers ou Ambroise de Milan, le préfet de police de Rome... Autrement dit : "La conversion au mystère de Dieu en Jésus-Christ fait partie de l’expérience chrétienne des premiers siècles". Cependant, le baptême des petits enfants a été, lui aussi, une pratique largement répandue dès les origines.

Et de nos jours...

Aujourd’hui, un nombre important d’adultes demandent le baptême et "réveillent les anciens baptisés que nous sommes et qui ont peut-être oublié à quel point la rencontre de Dieu est le plein sens de l’existence chrétienne".

L’évêque joue un rôle particulier dans la rencontre des catéchumènes. Selon les diocèses, le nombre annuel en est plus ou moins élevé, cela peut varier de 3 ou 4 catéchumènes jusqu’à plus de 400...

- En tout, on compte en France actuellement environ 10.000 personnes adultes qui se préparent au baptême, à des étapes diverses. Sans oublier qu’il s’agit de se préparer à la vie chrétienne à travers les sacrements d’initiation qui sont au nombre de trois : le baptême, l’eucharistie (la communion) et la confirmation. Cette préparation exige du temps et se fait en plusieurs étapes.

- Chaque année, au moins 3000 personnes adultes reçoivent le baptême. Nombre auquel il faut ajouter, bien sûr, les petits enfants, et les jeunes enfants en âge scolaire. "Dans mon diocèse, précise Mgr Dagens, il y a eu l’année dernière près de 2000 baptêmes et près d’un tiers concernait des enfants entre quelques mois et sept ans. Cette année, il y a quatorze catéchumènes adultes. Je consacre beaucoup de temps -et avec beaucoup de joie- à ces personnes et à ceux et celles qui les accompagnent. Comme tous les évêques, nous avons vécu "l’appel décisif", l’une des démarches qui précèdent le baptême. Ces hommes et ces femmes étaient là, arrivés une heure avant dans le choeur de la cathédrale. Je les ai accueillis, chacun a inscrit son nom. C’est une joie aussi de recevoir leurs lettres, car chacun doit écrire à l’évêque pour raconter son histoire personnelle et expliquer, autant qu’il est possible, de quelle manière il répond à un appel de Dieu "

Les quatre éléments essentiels du catéchuménat

C’est donc un véritable cheminement qui peut s’étaler, globalement -car chaque cas est unique-, sur deux ou trois années... "On peut résumer les quatre grands éléments du catéchuménat : la lecture de la Parole de Dieu (les textes évangéliques et bibliques), la conversion acceptée de sa vie dans tous les domaines, la relation avec la communauté chrétienne et l’initiation à la prière. Au bout de quelques semaines, les catéchumènes admettent qu’il faut du temps ! Le rituel de l’Eglise prévoit aussi des moments précis : l’entrée en catéchuménat, le temps avant le baptême, l’appel décisif, et pendant le Carême, les "scrutins" (durant les 3ème, 4ème et 5ème dimanche de Carême) en relation avec les lectures de l’Evangile), ils vont bénéficier d’un geste personnel et particulier de bénédiction et d’exorcisme".

Sur ce mot surprenant d’exorcisme, Mgr Dagens s’explique : "Nous croyons que Satan existe, qu’il agit mais qu’il est vaincu. Ce n’est pas une force du mal qui serait l’antagoniste de Dieu mais comme il peut agir, le prêtre ou l’évêque prie pour que cette personne soit délivrée de toute emprise du mal. Et les catéchumènes comprennent très bien... parce que dans leur expérience, d’une manière ou d’une autre, ces hommes et ces femmes -trente ans en moyenne, beaucoup de jeunes mères de famille- ont traversé des périodes obscures, très dures, avec souvent d’innombrables situations de souffrance, abandons, addictions, morts, etc... La conversion n’est donc presque jamais une illumination subite mais, si j’en crois leur témoignage, c’est la réponse à un appel de Dieu qui vient de très loin. Et souvent, il y a près d’eux une personne qui est un "témoin de Dieu" (grand-mère, compagnon, enfant nouveau-né,...). La re-naissance : ces personnes blessées comprennent très bien de quoi il s’agit. Et la Résurrection, à Pâques, la victoire sur le mal et la mort, ils savent aussi ce que ça peut signifier".

baptême du Christ dans le Jourdain (collégiale Saint-Martin à Clamecy dans la Nièvre).
baptême du Christ dans le Jourdain (collégiale Saint-Martin à Clamecy dans la Nièvre).
photo D.G.

Les catéchumènes sont accompagnés par des personnes choisies dans leur entourage ou parmi les membres de la communauté chrétienne, généralement au sein de la paroisse, qui sont heureux de les accueillir, les accompagner, jusqu’au baptême et au-delà du baptême : "Dans mon diocèse, la confirmation des adultes a lieu à la Pentecôte, 50 jours après Pâques".

- Le catéchuménat et la demande de baptême par des adultes est donc un "phénomène", c’est-à-dire, au sens propre, quelque chose qui apparait, advient, surgit. Après les années de "rupture" de la pratique religieuse (entre les années 60-85), beaucoup de femmes et d’hommes jeunes sont dans l’ignorance de la réalité chrétienne, faute d’en avoir entendu parler... Quelques uns viennent d’autres religions, notamment de la tradition musulmane qui découvrent la foi chrétienne.

- L’Eglise accorde une grande importance aux catéchumènes. Pour plusieurs raisons mais notamment parce qu’elle a conscience de traverser une époque difficile pour la transmission de la foi, un temps d’affaiblissement. "Mais en même temps, nous vivons un temps de renaissance et ces hommes et femmes dont la vie est en train de changer -notamment parce qu’ils apprennent, disent-ils, à pardonner- obligent les chrétiens "habitués (l’Eglise ordinaire) à comprendre qu’à l’intérieur des difficultés, elle peut renaître, revivre... c’est tout le chemin de Pâques !".

Témoignage d’un jeune converti

En complément de cette émission avec Mgr Claude Dagens, écoutez aussi le témoignage d’un catéchumène. Il s’appelle David, il a trente-sept ans, a suivi des études médicales puis en électronique, et depuis deux ans, il suit la formation des catéchumènes pour adultes. Il recevra le baptême, comme il est de tradition chez les chrétiens, dans la nuit de Pâques, le 23 avril 2011.

David G. -qui choisit de se prénommer désormais David-Marie- est originaire du diocèse de Sens et Auxerre. Enfant, il n’a reçu aucune éducation religieuse catholique mais il a toujours ressenti une soif spirituelle. Il n’avait jamais lu les Evangiles.

Il raconte ici le facteur qui a déclenché sa conversion au christianisme : le baptême d’un nouveau-né, son filleul (en 2009)...

- "Tout s’est déclenché en moi, le jour de la cérémonie, ce fut une révélation totale... J’ai véritablement ressenti la présence du Seigneur... c’est difficile à expliquer... "

Il évoque la première rencontre avec son instructeur spirituel (le chancelier du diocèse d’Auxerre, rencontré à l’issue d’une messe un dimanche) et le suivi assuré par son accompagnateur (désigné par son instructeur), un laïc. L’instruction (enseignement catéchuménal) est intensive, une fois par semaine, durant souvent deux heures.

- "J’ai rencontré au moins une dizaine de fois notre archevêque, Mgr Yves Patenôtre et j’ai eu d’excellentes relations avec lui".

David précise que la formation qu’il reçoit est à la fois intellectuelle, et même théologique- et spirituelle. "L’enseignement qui m’a touché le plus au moins dans les premiers mois, ce sont les enseignements du Christ dans les Evangiles. Mon instructeur m’a dit de lire en continu les quatre Evangiles. Ce fut une découverte très belle. Maintenant, je suis aussi touché par la liturgie, celle de la Parole et même celle de l’Eucharistie..."

Au micro de Canal Académie, écoutez David G. qui confie en toute simplicité ce qu’il ressent, son "vécu" spirituel, les changements de sa vie : "Je ne me sens plus du tout la même personne, j’ai une toute autre vision de la vie quotidienne. C’est une re-naissance".

Quelques chiffres :

54 % des adultes catéchumènes ont entre 25 et 40 ans. Les femmes représentent 69% d’entre eux. Leur démarche est souvent en interaction avec les étapes de vie de leurs enfants : (naissance, baptême, catéchisme) mais aussi très liée à la préparation du mariage. Les catéchumènes sont le reflet de la société française : toutes les catégories sociales sont représentées. 80% vivent en milieu urbain ou péri-urbain. 43% s’inscrivent dans une tradition familiale catholique et 45% se déclarent sans religion ou « ne sait pas ». Si la plupart d’entre eux n’ont pas connu d’éducation chrétienne, certains souhaitent être baptisés depuis leur enfance.(source : http://www.sncc.cef.fr/ service national de la catéchèse et du catéchuménat)

En savoir plus :

- Nos émissions Religion et Laïcité

-  Vie et œuvre de Monseigneur Claude Dagens, académicien






© Canal Académie - Tous droits rééservés

Notez cette émission :

Commentaires