Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

L’épée de l’académicienne Mireille Delmas-Marty : une œuvre d’art dédiée à l’humanisme juridique

Rencontre avec Mireille Delmas-Marty, Philippe Tournaire et Jean-Michel Ghinsberg
Elue à l’Académie des sciences morales et politiques, l’académicienne Mireille Delmas-Marty ne voulait pas d’épée. Son œuvre méritait-elle un tel présent ? Un ami proche la convainquit que cette épée servirait à symboliser l’humanisme juridique, toujours à réinventer au fil du temps : elle releva le défi avec quelques amis. L’histoire des symboles et de la réalisation de cette épée en sa compagnie, entourée de l’avocat Jean-Michel Ghinsberg, le concepteur et le maître joaillier Philippe Tournaire qui la réalisa.


T�l�charger le fichier sur votre ordinateur
Références émission afficher
Émission proposée par : Marianne Durand-Lacaze
Référence : CARR698
Adresse directe du fichier MP3 : https://www.canalacademie.com/emissions/carr698.mp3
Adresse de cet article :
Date de mise en ligne : 10 octobre 2010
Logo Art absolument

Selon le vœu de Mireille Delmas-Marty, cette épée sera déposée dans la demeure du Grand Juge de Forez (Jean Papon), juriste humaniste de la Renaissance dont s’inspira Honoré d’Urfé pour le personnage d’Adamas, celui du grand druide dans son roman L’Astrée. Ce château, chef d’œuvre en péril, sauvé par un effort de solidarité exceptionnel, est devenu un lieu de rencontres interculturelles à Goutelas-en-Forez. Ancienne maison forte, elle a pu être sauvée des ruines et conserver son plan en forme de H- le H de l’humanisme.

Epée de l'académicienne Mireille Delmas-Marty
Epée de l’académicienne Mireille Delmas-Marty
© Philippe Tournaire

L’épée d’académicienne de Mireille Delmas-Marty lui fut remise le 14 mai 2009, au Collège de France où elle occupe la chaire d’Etudes juridiques comparatives et internationalisation du droit. Le comité de son épée d’académicienne était présidé par Simone Rozès, Premier Président honoraire de la Cour de cassation. Dans son allocution, ce jour là, Simone Rozès précisa : « L’image de la flamme, "lumière qui éclaire et feu qui anime", est immédiatement perceptible à qui regarde l’épée, avant même de lire l’inscription qui y est gravée. La forme flammée de la lame est insolite par rapport à a forme traditionnelle du glaive gardien de la loi ("gladius legis custo") léguée par le droit romain. »

De la poignée à l’embout, l’image de la flamme domine. La poignée est constituée d’un ruban de Möbius, symbole idéal de l’unité de la pensée, sur lequel est déposé une sphère de lapis-lazuli représentant le monde. Sur la garde, a été délicatement enchâssé un jade ancien, un jade archaïque chinois de 3 500 ans avant Jésus-Christ, un objet mystérieux symbolisant à merveille la métaphore des "nuages ordonnés" chère à Mireille Delmas-Marty en remplacement de la métaphore habituelle de la pyramide des normes. Conçue avec maestria par l’avocat Jean-Michel Ghinsberg, l’épée fut réalisée par le joaillier Philippe Tournaire qui en fit une œuvre d’art en écho aux forces imaginantes du droit qu’appelle de ses vœux Mireille Delmas-Marty. Pour faire tenir la lame sur cette garde peu commune, Jean-Michel Ghinsberg a conçu un hexagone aplati sur les faces duquel figurent de dates liées au parcours de Mireille Delmas-Marty. Cette "épée -poème" comme aime à la qualifier l’académicienne, a un nom formé de deux noms grecs, gravés sur sa lame signifiant au sens littéral "la lumière de la flamme" et au sens figuré, "l’épée".

Sur cette exceptionnelle poignée sont en effet gravés, quatre vers de Maurice Scève (1501-1564) : « Flamme si saincte en son cler durera... » symbolisant le feu de l’Amour comme principe universel, au sens du dernier vers de la Divine Comédie : « Amour qui meut le soleil et les autres étoiles ». L’épée décline de manière généreuse l’amour humain et plus encore l’amour divin.

Elle file le symbole de l’espérance, faite pour éclairer et non pour transpercer, et cache presque en son sein, une émeraude.

Phillippe Tournaire et Mireille Delmas-Marty, Institut de France
Phillippe Tournaire et Mireille Delmas-Marty, Institut de France
© Philippe Tournaire

Philippe Tournaire joue de la couleur des métaux et des pierres, usant de méthodes ancestrales et avant-gardistes. Dans cette interview, Jean-Philippe Ghinsberg explique à son tour les symboles qu’il a choisis pour créer cette épée flamboyante. Dans la symbolique des pierres ou des nombres, que nous révèlent avec passion les invités de cette émission, sens caché et transparence sont réunis pour le belle alliance du droit et de l’humanisme.

Philippe Tounaire, Mireille Delmas-Marty et Jean-Michel Ghinsberg (de gauche à droite), Canal Académie 30 juin 2010
Philippe Tounaire, Mireille Delmas-Marty et Jean-Michel Ghinsberg (de gauche à droite), Canal Académie 30 juin 2010
© Canal Académie

En savoir plus

- Mireille Delmas-Marty au Collège de France
-  Mireille Delmas-Marty à l’Académie des sciences morales et politiques
- Château de Goutelas
- Jean-Michel Ghinsberg, Cabinet Adamas
- Site Internet du Joaillier Philippe Tournaire, artiste créateur

Epée de l'académicienne Mireille Delmas-Marty
Epée de l’académicienne Mireille Delmas-Marty
© Philippe Tournaire

- Mireille Demas-Marty sur Canal Académie :

- La notion de "Crime contre l’humanité", de 1945 à 2010 : histoire et variations pour des transformations possibles, avec Mireille Delmas-Marty
- « Les forces imaginantes du droit » avec Mireille Delmas-Marty
- La Chine et la démocratie, un livre de Mireille Delmas-Marty
- La Déclaration universelle des droits de l’homme, 1948-2008
- Réformer la procédure pénale ?
- Les droits de l’homme en ce début du XXIe siècle
- Libertés et sûreté dans un monde dangereux : entretien avec Mireille Delmas-Marty






© Canal Académie - Tous droits rééservés

Notez cette émission :

Commentaires