Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

Une victoire à la Pyrrhus

Une allusion historique présentée par Jean-Claude Bologne

Une victoire qui coûte cher ! On évoque en effet le nom de ce roi de l’Antiquité pour désigner une victoire aux lourdes retombées. L’historien Jean-Claude Bologne nous rappelle les origines historiques et les utilisations contemporaines de cette allusion.


Bookmark and Share

Ainsi qualifie-t-on une victoire qui a coûté très cher à son vainqueur, à tel point qu’il en ressent aussi durement les conséquences que son adversaire vaincu. Pyrrhus aurait d’ailleurs commenté l’événement par cette réplique, rapportée par Plutarque, mais sans doute apocryphe : « Encore une victoire comme celle-ci et je suis perdu ! »



Pyrrhos, dont le nom, en grec, signifie « le roux », était roi d’Épire à la fin du IIIe siècle avant notre ère. Ce petit royaume, entre l’Albanie et la Grèce, était alors au faîte de sa puissance. Pyrrhus, lointain cousin d’Alexandre et, prétendait-il, descendant d’Achille, espérait bien l’étendre, notamment en Italie. Aussi lorsque les habitants de Tarente, dans les Pouilles, l’appellent à la rescousse pour arrêter l’expansion romaine, il saisit le prétexte pour se transporter en Italie du sud avec une armée puissante. Il remporte coup sur coup deux victoires, à Héraclée en 280 et à Ausculum en 279.

Les historiens romains, peu fiers de leurs défaites, ont incriminé l’affolement de leur cavalerie devant les éléphants de Pyrrhus. Pour la même raison, ils semblent avoir grossi les pertes du roi d’Épire à Ausculum. La moitié de ses hommes, plus de treize mille, seraient en effet restés sur le terrain. « Il retira de cette victoire plus de gloire que de satisfaction », dit Justin. Ainsi est né le mythe de la victoire à la Pyrrhus. Les Romains refusent de négocier avec lui un partage des zones d’influence, et les Carthaginois, qui ne voient pas d’un très bon œil la présence grecque aussi près de leurs comptoirs de Sicile, lui livrent bataille de leur côté. Après quelques victoires, Pyrrhus est vaincu par les Romains en 275 et retourne en Épire. Il meurt trois ans plus tard dans une expédition contre Sparte.



L’affrontement de grandes puissances montantes ou déclinantes, la Grèce, Rome, Carthage a marqué les mémoires. On emploie volontiers l’expression lorsqu’un champion souvent vainqueur, un dirigeant charismatique rencontrent des difficultés inattendues et ne doivent la victoire qu’à l’ampleur des moyens engagés. Le sport et la politique sont friands de cette allusion. Ainsi, un journaliste américain, Michael Madved, a-t-il qualifié de victoire(...)


© Canal Académie - Tous droits réservés

Notez cette émission :

Pour poursuivre la lecture de cet article et écouter cette émission,
devenez membre du Club pour 25€ par an seulement ! abonnez-vous ici Déjà abonné ? identifiez-vous

Commentaires