Année France-Russie 2010 : Quelle science pour le 21ème siècle ? Des chercheurs français et russes dialoguent

avec Pierre-Bruno Ruffini, Conseiller pour la Science, la Technologie et l’Espace à l’Ambassade de France en Russie
« Quelle science pour le 21ème siècle ? » tel est le thème du cycle de tables rondes organisé à Moscou par l’Ambassade de France en Russie, avec des chercheurs français et russes, dans le cadre de l’année 2010 de la France en Russie et de la Russie en France. Conseiller pour la Science, la Technologie et l’Espace à l’Ambassade, Pierre-Bruno Ruffini, invité par Myriam Lemaire, présente cet événement. Il évoque la coopération scientifique franco-russe ainsi que la recherche et l’innovation en Russie.


T�l�charger le fichier sur votre ordinateur
Références Émission afficher
Émission proposée par : Myriam Lemaire
Référence : ECL637
Adresse directe du fichier MP3 : https://www.canalacademie.com/emissions/ecl637.mp3
Adresse de cet article :
Date de mise en ligne : 28 mars 2010

L’année France-Russie 2010

Organisées pour la première fois simultanément dans les deux pays, ces années croisées doivent permettre de faire découvrir à un large public toutes les facettes de la Russie en France et de la France en Russie, ainsi que les aspects forts de la coopération franco-russe. Plus de 400 manifestations et rencontres sont proposées, touchant tous les domaines : artistiques, culturels, économiques... L’univers de la science et de la recherche est aussi à l’honneur. « Une cinquantaine d’événements concernant la science et l’espace auront lieu à part égale en France et en Russie », précise notre invité. Au programme aussi le premier lancement de la fusée Soyouz depuis Kourou en Guyane, à la fin de l’année 2010.

Un cycle de tables rondes à Moscou

Le Service pour la Science, la Technologie et l’Espace de l’Ambassade, que dirige Pierre-Bruno Ruffini, organise, avec l’appui de deux partenaires russes, quatre tables rondes qui réunissent sur un thème donné deux scientifiques russes et deux scientifiques français de haut niveau. Ainsi, « l’Ambassade de France à Moscou accompagne ces manifestations et rencontres et prend des initiatives ».

Signalons dans ces tables rondes, la présence de Claude Cohen-Tannoudji, prix Nobel de Physique, membre de l’Académie des sciences.

Tables rondes. Quelle science pour le XXIe siècle ?
Tables rondes. Quelle science pour le XXIe siècle ?

Les domaines concernés ont une dimension humaine et sociétale importante :

- la médecine et la biologie :

« Cancer, les chemins de l’espoir » (8 avril 2010)

« Ethique médicale et bioéthique : la médecine et la biologie entre science et conscience » (22 avril 2010)

- la physique :

« La science fondamentale au service de la vie quotidienne : la physique des lasers et ses applications » (13 mai 2010)

- l’espace :

« L’homme dans l’espace : jusqu’où ? » (25 mai 2010)

Table ronde du 8 avril 2010. Cancer : les chemins de l’espoir
Table ronde du 8 avril 2010. Cancer : les chemins de l’espoir
Table ronde du 22 avril 2010. Ethique médicale et bioéthique
Table ronde du 22 avril 2010. Ethique médicale et bioéthique
Table ronde du 13 mai 2010. Lasers
Table ronde du 13 mai 2010. Lasers
Table ronde du 25 mai 2010. L’espace
Table ronde du 25 mai 2010. L’espace

Ces débats, avec traduction simultanée, sont destinées à informer le grand public en Russie, en France et ailleurs puisque les débats sont retransmis sur Internet et que les spectateurs distants pourront les suivre en direct et poser leurs questions avant et pendant le déroulement, en se connectant à l’un ou l’autre des sites français ou russes qui ont accepté d’assurer la diffusion des débats.

Le Conseiller scientifique

Dans la plupart des Ambassades de France, les Conseillers de coopération et d’action culturelle sont en charge de tous les domaines, y compris la science, avec un attaché scientifique à leurs côtés. Mais dans dix grands pays, dont la Russie, il existe un Conseiller scientifique disposant d’un service spécialisé. Les Conseillers scientifiques ne sont pas des diplomates mais des universitaires et des chercheurs. Quelles sont leurs missions ? « Nous avons cinq métiers différents », explique Pierre-Bruno Ruffini : faciliter les échanges de chercheurs, développer la coopération dans le domaine de l’innovation ainsi que la coopération spatiale, assurer une veille technologique, diffuser la culture scientifique.

Pierre-Bruno Ruffini, Conseiller pour la Science, la Technologie et l'Espace à l'Ambassade de France en Russie
Pierre-Bruno Ruffini, Conseiller pour la Science, la Technologie et l’Espace à l’Ambassade de France en Russie

La Science en Russie : une longue tradition

Pierre-Bruno Ruffini donne un aperçu général de la recherche en Russie et dégage ses principales caractéristiques. « La situation de la Russie est tout à fait singulière. La Russie est un grand pays de tradition scientifique », souligne-t-il. Mais depuis l’effondrement de l’Union Soviétique et la crise des années 1990 « le secteur de la science a été sinistré. Il y a eu un exode important des cerveaux ». La France a privilégié la coopération, souligne-t-il. En dépit d’un déclin des vocations scientifiques, « la Russie doit reconstruire une nouvelle génération de chercheurs ».

Quel rôle jouent les Académies ?

Elles sont anciennes et puissantes. Créée par Pierre le Grand, « l’Académie des Sciences russe joue un rôle majeur dans l’orientation et la mise en œuvre de la politique scientifique. Elle compte plus de 500 membres et 700 correspondants qui élisent leur Président ». 500 Instituts de recherche dépendent de l’Académie. Il existe aussi cinq Académies spécialisées. Les principaux points forts de la science en Russie sont notamment la physique, la chimie, les mathématiques, le spatial. Les sciences du vivant et la médecine sont aussi en bonne place, ainsi que les sciences de l’environnement, avec un développement de la coopération franco-russe. Les sciences humaines constituent un point faible mais un effort de rattrapage est fait et des coopérations sont engagées.

La coopération scientifique franco-russe passe principalement par l’implication de grands établissements de recherche français, comme le CNRS qui est le premier acteur de cette coopération, le CEA et le CNES qui ont des représentants à Moscou mais aussi, par exemple, l’INRA, l’INSERM… avec le soutien du service scientifique de l’Ambassade.

L’innovation : un secteur à développer

« Autre aspect de la singularité russe, la politique d’innovation est une démarche récente. En Russie, 11 % seulement des entreprises ont une activité d’innovation contre 50 % en Europe », précise Pierre-Bruno Ruffini. « Il y a un hiatus entre la science fondamentale et les réalisations concrètes ». Mais la Russie cherche à aller de l’avant, avec l’aide de la coopération. Le pays dispose d’atouts importants malgré la crise économique.

Pour en savoir plus et pour se connecter au cycle de tables rondes

- en France :

http://www.france-russie2010.fr

http://www.fr.rian.ru

http://www.universcience.fr

- en Russie :

http://www.russia-france2010.ru

http://www.rian.ru

http://www.elementy.ru

Ecouter les émissions de Canal Académie

- Les Alliances françaises en Russie






© Canal Académie - Tous droits rééservés

Notez cette émission :

Commentaires