Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

La maison et le moi

Mot pour mot, la rubrique de Jean Pruvost

« Chacun est roi en sa maison » dit le proverbe. Pourquoi diantre la maison est-elle si chère à nos yeux ? Peut-être pour y cacher son moi et ne jamais se perdre de vue. Paul Valéry déclarait qu’il y avait « des moi plus moi que d’autres. » Et dans cette même veine philosophique, il ajoutait : « Je me suis rarement perdu de vue ; je me suis beaucoup aimé ; je me suis beaucoup détesté. Enfin, nous avons vieillis ensemble »…


Bookmark and Share

La maison, la chacunière

« Vite, à la maison », c’est bien là le réflexe que l’on retrouve souvent lorsque tout semble aller mal. Et c’est bien la réaction dont témoigne Eugène Delacroix, lorsqu’il confie à son Journal intime, en 1853, combien, confronté à une angoisse, il lui fallut vite retrouver ses pénates : « J’ai éprouvé, écrit-il, un sentiment de malaise, qui ne s’est calmé que quand je suis rentré à la maison, où je me suis promené en tout sens, pendant près d’une heure ». On ne saurait mieux témoigner du bien-être ressenti à se retrouver dans ses murs, en principe protecteurs et rassurants, en tout cas apaisants pour le grand peintre romantique.

La formule banale, « rester à la maison », peut certes être synonyme d’ennui, mais elle aussi très souvent associée, notamment dans notre monde moderne, très remuant, à l’idée de tranquillité, et donc à l’absence d’ennuis, au-delà de la boutade d’un dramaturge français du XIXe siècle, Henry Becque, déclarant qu’il n’y avait que « deux plaisirs dans notre intérieur : celui d’en sortir et celui d’y rentrer ».
En réalité, « rester à la maison » relève du pléonasme dans la mesure où c’est justement à partir du verbe latin manere, « rester », qu’a été construit le nom latin mansio aboutissant au mot français maison à la fin du Xe siècle. Le manoir porte ainsi encore très directement la trace du verbe manere.

Nous avons tous une idée assez précise de « la maison », la nôtre, mais il y a bien une définition générale, et en 1690, dans son Dictionnaire universel, Furetière en donne une image correspondant bien à sa fonction prioritaire : « Logis, lieu où on se peut retirer, & remettre à couvert son bien & sa personne des injures du temps. » De fait, un peu à la manière de la tortue qui entre dans sa carapace dès qu’un danger la menace, on aime à se replier chez soi quand on ne se sent pas bien et alors, selon les formules consacrées, on se fait un devoir de « rester à la maison » pour « garder le lit ».
En 1571, parmi les types de maison évoqués, Maurice De La Porte signale la « maison hospitale », qu’il associe à la « maison amie, royale », rappelant ainsi qu’étymologiquement l’hôpital, lieu qui(...)


© Canal Académie - Tous droits réservés

Notez cette émission :

Pour poursuivre la lecture de cet article et écouter cette émission,
devenez membre du Club pour 25€ par an seulement ! abonnez-vous ici Déjà abonné ? identifiez-vous

Commentaires