Les vitraux du père Kim En Joong, peintre de lumière à la triple identité

Avec Kim En Joong, coréen, artiste peintre et religieux dominicain
Kim En Joong, artiste-peintre religieux est aujourd’hui reconnu dans le monde entier ; né en Corée du sud, en 1940 sous l’occupation japonaise, les rizières de son enfance et l’usine Goon-Si de Daejon où travaillait son père calligraphe marqueront le début d’une véritable épopée qui, après l’école des Beaux-arts de Séoul, le conduira à se faire baptiser ; un voyage improvisé en Europe s’achèvera en une merveilleuse aventure artistique et religieuse.


T�l�charger le fichier sur votre ordinateur
Références Émission afficher
Émission proposée par : Virginia Crespeau
Référence : CARR638
Adresse directe du fichier MP3 : https://www.canalacademie.com/emissions/carr638.mp3
Adresse de cet article :
Date de mise en ligne : 27 décembre 2009


Kim En Joong lors d’un rétrospective de ses vitraux au CIV de Chartres.
Kim En Joong lors d’un rétrospective de ses vitraux au CIV de Chartres.

Le Père Kim raconte avoir vécu une expérience fondatrice lors de la découverte de la cathédrale de Chartres : « C’était il y a trente ans, alors que j’étais encore novice dominicain. Lorsque je pénétrai à l’intérieur de la nef pour la première fois, je fus ébloui. Il me semblait percevoir comme un avant-goût du ciel. Je n’avais vu nulle part cette lumière diffusée par des baies où dominent mes trois couleurs préférées : le bleu de l’espérance, le rouge de la naissance et le jaune de la joie. J’avais l’impression d’être couvert de bijoux scintillants. Ce fut comme un don du ciel. Depuis, je médite régulièrement dans la cathédrale. » Le Père Kim aime à citer un proverbe chinois qui dit : « Si tu bois l’eau, n’oublie pas où est la source. »

Kim En Joong et François Cheng aux éditions du Cerf en décembre 2009
Kim En Joong et François Cheng aux éditions du Cerf en décembre 2009
© Institut Kim En Joong

Kim En Joong est né au Pays du matin calme, en Corée du sud. Fils d’un artisan-calligraphe, pendant toute son enfance vécue sous l’occupation japonaise (1905-1945) le petit Kim vivait avec ses parents et sa sœur aînée Yeon dans l’humble condition des paysans coréens. Il a eu faim. Seule l’affection des siens et la sagesse accompagnée aussi de mystique bouddhique maintenaient la cohésion de la famille Kim « Tant qu’on n’a pas pris conscience de son dénuement, on n’est pas victime de la pauvreté » dira-t-il plus tard.

Le jeune Kim fut terrifié par le décès de son grand-père : « La mort accompagnée des cérémonies qui se succédaient dans les traditions superstitieuses de mon enfance m’a toujours angoissé et troublé avant que j’apprenne à la maîtriser et à en comprendre le vrai sens grâce à la religion. » C’est à cet âge aussi qu’il découvrit l’éclat des couleurs : à la fin d’une journée où le petit garçon très remuant était parti entre deux escapades et parties de pêche, rejoindre des paysans au travail pour les moissons, vers le soir, la lumière particulièrement dorée d’un coucher du soleil l’impressionna si fortement qu’il « s’immobilisa dans une sorte d’état hypnotique dont il se souvint longtemps. « Cela n’avait rien de mystique dira-t-il plus tard. Je n’étais ni en extase ni transporté par une hallucination quelconque, mais je venais pour la première fois je crois, de faire la connaissance des couleurs ; ce jour-là, tout à coup, entre le bleu du ciel, la verdure de la campagne et la chaleur dorée des rizières, l’éclat fulgurant du soleil perçant entre les nuages me fit vraiment découvrir qu’il y avait sur terre, dans la nature, des moments où la lumière était aussi indispensable que de respirer et de se nourrir. »

Abbaye de Fontfroide, Chapelle des Morts, Narbonne, 2009
Abbaye de Fontfroide, Chapelle des Morts, Narbonne, 2009
© Joël Damase

A Brioude, sous-préfecture de Haute Loire, petite cité d’Auvergne de 7200 habitants, construite autour d’une grande basilique : le plus vaste édifice roman de la région par ses dimensions exceptionnelles. La basilique St-Julien de Brioude allait être le plus important chantier verrier de France pour la période 2007/2008. La décision fut prise de lancer un concours de création de vitraux ; le jury retint parmi 154 équipes, le Père Kim et les ateliers de Loire.
Le Père Kim a souhaité pour ce haut lieu spirituel sur le chemin de St Jacques de Compostelle, rechercher une qualité de lumière sans attirer le regard et respecter sans rivaliser avec lui, l’art roman figuratif magnifiquement présent.

Basilique Saint Julien, Brioude, 2007/2008
Basilique Saint Julien, Brioude, 2007/2008
© Joël Damase

« J’avais la volonté que l’ensemble reste harmonieux, serein et lumineux. Je suis un inconditionnel de l’art roman et je voulais me faire serviteur respectueux de ce lieu. J’ai voulu mettre en valeur les mosaïques des sols, les fresques peintes, la statuaire dont l’émouvant Christ lépreux, ce grand Christ souffrant du XIVe siècle a été la source de mon travail. »

Abbaye de Fontfroide, Chapelle des Morts, Narbonne, 2009
Abbaye de Fontfroide, Chapelle des Morts, Narbonne, 2009
© Joël Damase

Les quatre baies circulaires saluent les quatre Evangélistes : Matthieu avec le vert comme couleur dominante, symbolise l’arbre de vie selon la généalogie qui ouvre son évangile. Marc est rouge, évoquant son évangile et le sang du Christ versé pour nous sauver. Luc est bleu, à l’image de l’enfance du Christ qu’il a si bien décrite, et Jean est blanc et noir, pour souligner les contrastes entre la lumière et les ténèbres. Pour le Père Kim le mystère repose sur la Trinité ; cet amour trinitaire reprend les trois couleurs primaires qui lui sont chères : le rouge évoque le sang, la naissance, la passion de l’Esprit Saint. Le jaune, la joie ; pour certains le doute. Le bleu, l’espérance et la pureté de Marie.

Monastère de Ganagobie, chapelle, 2006
Monastère de Ganagobie, chapelle, 2006
© Joël Damase

Les Editions du Cerf viennent de faire paraître en cette fin d’année 2009 un livre-recueil d’images somptueuses Brioude, la Basilique Saint Julien, et tout récemment, un superbe ouvrage consacré à la vie et l’œuvre de Kim En Joong, Vitraux.

« Je ne sais où je vais, ni comment, ni pourquoi…
Ce qui me mène au but est d’un autre que moi mais je marche, ébloui de présence inconnue. »

Kim En Joong

Ecoutez le père Kim En Joong au cours de cette émission. Il est accompagné de Jean-François Lagier, directeur du Centre international du vitrail à Chartres et Nicolas-Jean Sed, co-directeur des éditions du Cerf.

En savoir plus :

Ecoutez également notre émission : Trois poèmes lus par François Cheng, de l’Académie française

- Jean-François Lagier (Auteur), Sonia Lesot (Auteur), Henri Gaud (Photographies), Kim En Joong Vitraux : Edition bilingue français-anglais, Edition du Cerf, 2009

- Christiane Keller (Auteur), Joël Damase (Photographies), Brioude La basilique Saint-Julien dans la lumière de Kim En Joong, édition du Cerf, 2009

- Jean Thuillier, Kim En Joong,Peintre de lumière, édition du Cerf, 2005






© Canal Académie - Tous droits rééservés

Notez cette émission :

Commentaires