René Girard, de l’Académie française

Discours de sa remise d’épée et de sa réception sous la Coupole
Ecoutez les discours de Michel Albert, Jean-Pierre Dupuy, Marc Fumaroli, René Girard et Michel Serres prononcés à l’occasion de la réception de René Girard à l’Académie française, en décembre 2005.


T�l�charger le fichier sur votre ordinateur
Références Émission afficher

Référence : hab015
Adresse directe du fichier MP3 : https://www.canalacademie.com/emissions/hab015.mp3
Adresse de cet article : https://www.canalacademie.com/ida511-Rene-Girard-de-l-Academie-francaise.html
Date de mise en ligne : 10 octobre 2006

Canal Académie vous propos d’écouter les discours de :

- Michel Albert, secrétaire perpétuel de l’Académie des sciences morales et politiques

- Jean-Pierre Dupuy, professeur à l’Ecole Polytechnique

- Marc Fumaroli, de l’Académie française

- René Girard, de l’Académie française

- Michel Serres, de l’Académie française

Discours prononcés à la Sorbonne à l’occasion de la cérémonie de remise de l’épée (8 décembre 2005), et sous la Coupole de l’Institut de France, lors de la réception à l’Académie française (15 décembre 2005).

De la candidature à la réception :

La mort d’un académicien entraîne la déclaration de vacance du fauteuil dont il était titulaire. Toute personne peut se porter candidat à ce fauteuil. Si les gens de lettres sont nombreux dans la Compagnie, il n’est pas indispensable d’appartenir aux professions littéraires pour être élu. Des hommes d’État, des ecclésiastiques, des philosophes, des juristes, des savants, des médecins, des historiens, etc, siègent aux côtés des écrivains.

L’acte de candidature se fait par simple lettre adressée au Secrétaire perpétuel. Il existe aussi une procédure de présentation de candidature posée par un ou plusieurs membres de l’Académie. L’usage veut que le candidat offre de rendre visite à chacun des académiciens. Certains d’entre eux acceptent, d’autres déclinent cette offre. Est élu le candidat qui recueille la majorité absolue des suffrages exprimés, laquelle n’est parfois atteinte qu’après plusieurs tours. Le quorum est de vingt présents. L’élection ne devient définitive qu’après approbation du président de la République, protecteur de l’Académie, qui la manifeste en donnant audience au nouvel élu.

Le nouvel élu se fait confectionner un costume avec broderies (le célèbre habit vert), agrémenté d’un bicorne, d’une cape et d’une épée dont sont dispensés les femmes et les hommes d’Église. Il doit composer un discours de remerciement, dans lequel il n’omettra pas de prononcer l’éloge de son prédécesseur. Huit jours avant la réception publique, le nouvel académicien est installé par ses pairs en séance ordinaire. La réception solennelle se tient sous la Coupole en présence d’un public invité. Le récipiendaire lit son remerciement. Un académicien lui répond par un discours de bienvenue.

Discours de réception :

Les premiers académiciens ne prononcèrent pas de discours de réception pour la simple raison qu’il n’y eut pas de cérémonie pour les accueillir.

L’idée du discours de réception revient à Olivier Patru, le dernier élu sous le protectorat de Richelieu ; il porte le n°46 de la liste et succédait à Porchères d’Arbaud. "À sa réception, rapporte Pellisson, Patru prononça un fort beau remerciement dont on demeura si satisfait qu’on a obligé tous ceux qui ont été reçus depuis d’en faire autant".

A propos de René Girard :

René Girard est né le 25 décembre 1923, en Avignon (Vaucluse). Son père était conservateur de la bibliothèque et du musée Calvet, puis du palais des Papes. Archiviste-paléographe et docteur d’Indiana University, il enseigne aux États-Unis dans diverses universités dont Johns Hopkins et Stanford.

Guggenheim Fellow (1960, 1967) Prix de la Modern Language Association (1965) Docteur honoris causa des universités d’Amsterdam, Innsbruck, Anvers, Padoue, Montréal, et de St. Mary’s University and Seminary (Baltimore).

Ses recherches portent essentiellement sur la diversité et l’unité des religions. Elles sont traduites dans de nombreuses langues.

René Girard a été élu à l’Académie française, au fauteuil du R.P. Carré, le 17 mars 2005 (37e fauteuil).

Ses œuvres :

1961 - Mensonge romantique et vérité romanesque, Grasset

1962 - Proust : A Collection of Critical Essays, Prentice-Hall

1963 - Dostoievski : du double à l’unité, Plon

1972 - La Violence et le Sacré (Prix de l’Académie française), Grasset

1976 - Critique dans un souterrain, Grasset

1978 - To Double Business Bound : Essays on Literature, Mimesis and Anthropology, The Johns Hopkins University Press

1978 - Des choses cachées depuis la fondation du monde Grasset

1982 - Le Bouc émissaire, Grasset

1985 - La Route antique des hommes pervers, Grasset

1990 - Shakespeare, les feux de l’envie (Prix Médicis de l’essai), Grasset

1994 - Quand ces choses commenceront, Arléa

1999 - Je vois Satan tomber comme l’éclair, Grasset

2001 - Celui par qui le scandale arrive, Desclée de Brouwer

2002 - La Voix méconnue du réel, une théorie des mythes archaïques et modernes, Grasset

2004 - Les Origines de la culture, Desclée de Brouwer

Liens Internet Académie française






© Canal Académie - Tous droits rééservés

Notez cette émission :

Commentaires