Les armistices de juin 1940

Conférence de Vincent Giraudier, responsable de l’historial Charles de Gaulle
Vincent Giraudier aborde l’un des sujets les plus controversés de l’histoire de la Seconde Guerre mondiale : l’armistice ou plutôt les armistices de juin 1940. Le musée de l’Armée, à Paris, avait en effet organisé, en partenariat avec l’Université permanente de la ville de Paris, un cycle de conférences autour des suspensions d’armes ou armistices les plus importants de l’histoire moderne ou contemporaine de la France, à l’occasion du 90e anniversaire de l’armistice du 11 novembre 1918. Canal Académie a enregistré l’essentiel de ces conférences.


T�l�charger le fichier sur votre ordinateur
Références Émission afficher
Émission proposée par : Laëtitia de Witt
Référence : COL528
Adresse directe du fichier MP3 : https://www.canalacademie.com/emissions/col528.mp3
Adresse de cet article : https://www.canalacademie.com/ida3709-Les-armistices-de-juin-1940.html
Date de mise en ligne : 14 juin 2009

Dissenssions gouvernementales

Le 12 juin 1940, alors que le gouvernement a quitté Paris depuis deux jours, le général Weygand, commandant en chef, réclame pour la première fois, en plein conseil des ministres, un armistice. Pour lui, la guerre est définitivement perdue. Paul Reynaud, président du Conseil, s’y oppose catégoriquement en vertu, entre autres, d’un accord signé le 28 mars avec le Royaume-Uni, interdisant toute négociation séparée avec l’ennemi.

Le 12 juin, Weygand est seul. Le 13, lors d’un conseil suprême interallié, Weygand s’oppose à nouveau à Reynaud mais, cette fois-ci, il est soutenu par le maréchal Pétain, appelé à la vice-présidence du Conseil par Reynaud un mois auparavant. Pétain, persuadé que la défaite est irrémédiable, renforce la position de Weygand et déclenche le ralliement de plusieurs ministres. Trois jours plus tard, alors que le gouvernement s’est replié sur Bordeaux, le ministre de la Marine Darlan, le maire de Bordeaux Marquet et Pierre Laval basculent du côté de l’armistice. Lors du conseil des ministres suivant, Chautemps propose de demander à l’Allemagne non pas l’armistice mais les « conditions » d’un armistice. Il s’agit tout simplement d’une manière détournée de s’engager dans la voie de l’armistice. De son côté, Paul Reynaud reste ferme. Le 16 juin au matin, Pétain menace de démissionner si l’armistice n’est pas demandé dans la journée. Au conseil des ministres de l’après-midi, Reynaud a l’impression que la majorité des ministres est contre lui. Il suspend la séance sans qu’un vote n’intervienne, si bien qu’on ne saura jamais de quel côté penchait la majorité ! Dans la soirée, il porte, sans en prévenir ses ministres, la démission de son gouvernement au président Albert Lebrun.

Hitler et ses généraux devant la statue du maréchal Foch, clairière de Rethondes

Pétain est aussitôt appelé à la présidence du Conseil. Son premier acte est de demander aux gouvernements allemand et italien les conditions d’un arrêt des hostilités. Hitler exige de rencontrer la délégation française à Rethondes, dans l’ancien wagon de Foch, où avait été signé l’armistice du 11 novembre 1918. L’entrevue est fixée au 21 juin. Le général Huntziger et Léon Noël représentent la France, Hitler et Goering sont venus eux-mêmes communiquer les conditions allemandes. La convention franco-allemande est finalement signée le 22 juin ; elle est suivie deux jours après de la convention franco-italienne signée à Rome.

Les conditions

Qu’imposaient ces armistices ? Ils prévoyaient tout d’abord l’occupation de toute la France de l’est, du nord et de l’ouest par les troupes allemandes, le Centre et le Sud constituant une zone libre correspondant environ aux 2/5 du territoire. Le gouvernement français demeurait libre de choisir son siège dans cette zone libre ou à Paris. L’entretien des troupes d’occupation était à la charge de la France et les forces armées françaises devaient, quant à elles, être désarmées et démobilisées, à l’exception d’un contingent nécessaire au maintien de l’ordre intérieur. En revanche, la France avait sauvegardé sa flotte et son empire colonial.

- Vincent Giraudier est docteur en histoire, chargé d’études documentaires et responsable de l’Historial Charles de Gaulle. Ses travaux de recherche portent sur les problèmes d’internement politique pendant la Seconde Guerre mondiale.

- Retrouvez l’ensemble des conférences sur les armistices dans la médiathèque de Canal Académie.
- Napoléon et l’armistice de Pleiswitz (1813)
- L’armistice du 26 janvier 1871
- 2 h 15 Foch à Rethondes : L’armistice du 11 novembre 1918

- Pour plus d’informations sur le musée de l’Armée et ses activités, cliquer ici.
- Retrouvez la page La Grande Guerre : toutes nos émissions

Et à l’occasion du 70e anniversaire de l’Année terrible :

L’armistice du 22 juin 1940 par Henri Amouroux

Le Mythe de la guerre-éclair : La Campagne de l’Ouest de 1940

Max Gallo : 1940, de l’abîme à l’espérance






© Canal Académie - Tous droits rééservés

Notez cette émission :

Commentaires