L’armistice du 26 janvier 1871

Par le colonel Bieuville
A l’occasion du 90ee anniversaire de l’armistice du 11 novembre 1918, le musée de l’Armée a organisé, en partenariat avec l’Université permanente de la ville de Paris, un cycle de conférences autour des suspensions d’armes ou armistices les plus importants de l’histoire moderne ou contemporaine de la France. Dans cette émission, Canal Académie vous propose d’écouter la retransmission de la communication du colonel Bieuville sur l’armistice du 26 janvier 1871. Un armistice douloureux qui met fin à la guerre franco-allemande.


T�l�charger le fichier sur votre ordinateur
Références Émission afficher
Émission proposée par : Laëtitia de Witt
Référence : COL529
Adresse directe du fichier MP3 : https://www.canalacademie.com/emissions/col529.mp3
Adresse de cet article : https://www.canalacademie.com/ida3697-L-armistice-du-26-janvier-1871.html
Date de mise en ligne : 25 janvier 2009


Oublié par la suite, l’armistice du 26 janvier 1871 conclut un épisode resté douloureux dans la mémoire collective française, la guerre franco-allemande de 1870. Revenons sur les faits.

Piégé par Bismarck, Napoléon III déclare finalement la guerre à la Prusse le 19 juillet 1870. Mal préparés, très inférieurs en nombre et très mal commandés, les français sont vite battus dans plusieurs batailles. Le 2 septembre, à la bataille de Sedan, l’empereur est obligé de se rendre avec plus de 100 000 soldats, 400 canons et 6000 chevaux. Cela entraîne, à Paris, deux jours plus tard la chute du régime impérial et la création d’un gouvernement de défense nationale. Celui-ci décide de poursuivre la guerre. On assiste alors à un enchaînement de défaites françaises, à l’Ouest, au Nord et à l’Est.

Le siège de Paris par Ernest Meissonier

En janvier 1871, le manque de vivres, le bombardement quotidien et la succession des échecs militaires provoquent une agitation croissante de la population parisienne qui fait craindre au gouvernement provisoire une prochaine révolte. Celui-ci décide donc de cesser au plus vite les hostilités.

Le 23 janvier Jules Favre, ministre des Affaires étrangères du gouvernement de la Défense nationale, rencontre le chancelier allemand Bismarck à Versailles en vue d’un armistice. Les exigences allemandes sont importantes. Sur le plan politique, les allemands refusent de négocier avec un gouvernement « révolutionnaire ». Bismarck ne veut signer un traité de paix qu’avec une assemblée élue. Aussi réclame-t-il des élections pour la formation d’une assemblée devant ratifier la paix. Sur le front, les forts entourant la capitale doivent être livrés au vainqueur et les soldats défendant Paris doivent être désarmés. Les allemands se réservent également le droit d’entrer dans Paris, qui vient de subir plus de quatre mois de siège. Ultime humiliation, la ville doit verser un tribut de vingt millions de francs. Voici les principaux points de l’armistice prévu pour une durée de trois semaines, délais fixé pour les négociations des préliminaires de paix.

Jules Favre arrive toutefois à obtenir quelques concessions. L’équivalent d’une division militaire est autorisé pour maintenir l’ordre. La Garde nationale n’est pas désarmée. L’entrée des allemands dans la capitale est repoussée au début mars. En revanche, Jules Favre ne se soucie guère de l’armée de l’Est. N’étant pas comprise dans l’armistice, elle est attaquée par surprise et subit de lourdes pertes (près de 15 000 hommes). Elle se trouve obligée de se réfugier en Suisse où les soldats sont internés.

C’est dans ces conditions que le 25 janvier le gouvernement français donne son accord sur les conditions de l’armistice, signé par Jules Favre le 26 janvier. Le 28 janvier le Journal Officiel annonce l’armistice dont les clauses sont publiées le lendemain. Gambetta, jugeant les conditions humiliantes, propose aussitôt de continuer la guerre contre l’avis d’Arago, de Garnier-Pagès et de Pelletan ; il démissionne du gouvernement le 6 Février. Le 8 février 1871, les élections prévues par l’armistice ont lieu. Elles se déroulent dans un climat particulier : une quarantaine de départements sont encore occupés, la campagne électorale est quasi inexistante par manque de temps. Le résultat est sans équivoque, les conservateurs l’emportent largement. L’armistice qui devait se terminer le 19 février est prolongé jusqu’au 26 février, date à laquelle le nouveau gouvernement signe les préliminaires de paix, prélude au traité de Francfort.

Le conférencier :
- Le colonel Bieuville, spécialiste des trois guerres franco-allemandes, est chargé de mission au département contemporain du musée de l’Armée et vice-président de la société des amis du musée de l’Armée.

Pour en savoir plus :
- Retrouver le site du musée de l’Armée en cliquant ici.
- Ecoutez nos émissions relatives à d’autres armistices : 2 h 15 Foch à Rethondes : L’armistice du 11 novembre 1918 et Napoléon et l’armistice de Pleiswitz (1813)
- Retrouvez la page La Grande Guerre : toutes nos émissions






© Canal Académie - Tous droits rééservés

Notez cette émission :

Commentaires