Redécouvrir Napoléon III

Par Éric Anceau, lauréat du prix Drouyn de Lhuys décerné par l’Académie des sciences morales et politiques
Prix Drouyn de Lhuys (remis par l’Académie des sciences morales et politiques) pour sa biographie de Napoléon III, Éric Anceau évoque ici cette figure majeure du XIXe siècle, qui en incarna l’esprit, la diversité et les contradictions. L’auteur a mené quinze années de recherches, notamment sur des documents inédits.


T�l�charger le fichier sur votre ordinateur
Références Émission afficher
Émission proposée par : Laëtitia de Witt
Référence : PAG524
Adresse directe du fichier MP3 : https://www.canalacademie.com/emissions/pag524.mp3
Adresse de cet article : https://www.canalacademie.com/ida3659-Redecouvrir-Napoleon-III.html
Date de mise en ligne : 30 novembre 2008

Grâce à l’exploitation de nombreuses sources, inédites ou réinterprétées, Éric Anceau offre la biographie la plus complète à ce jour de Napoléon III. Elle se compose de quatre époques : "Les chemins du pouvoir (1808-1848)", "Du pouvoir sous contrôle au pouvoir sans contrôle (1848-1852)", "Les avatars d’un grand pouvoir (1853-1861)", "Du déclin à la perte du pouvoir (1862-1873)".

La première partie de l’ouvrage se concentre d’abord sur les années d’exil du jeune Louis-Napoléon Bonaparte, essentiellement en Suisse, à Arenenberg, et insiste sur sa conviction profonde, dès son enfance, qu’il serait un jour à la tête de la France. Viennent ensuite ses premières conspirations, d’abord en Italie en 1831, aux côtés des patriotes italiens en faveur de l’unité nationale de la péninsule, puis surtout en France. L’ouvrage évoque, avec une description minutieuse et vivante, ses deux tentatives de coup d’État contre la monarchie de Juillet, respectivement à Strasbourg le 30 octobre 1836 et à Boulogne le 6 août 1840. Celles-ci se soldent par deux échecs, la seconde entraînant la condamnation de Louis-Napoléon à l’emprisonnement perpétuel au fort de Ham, d’où il finit par s’échapper le 25 mai 1846, après cinq ans et sept mois de détention, pour s’enfuir en Angleterre. Ces pages, consacrées aux années de conquête du pouvoir, font bien apparaître la grande habilité politique de celui qui n’est encore que Louis-Napoléon Bonaparte.

Napoléon III, empereur des français. Collection de la Fondation Napoléon, Paris
Napoléon III, empereur des français. Collection de la Fondation Napoléon, Paris

Les deux parties suivantes abordent des aspects plus connus de la vie de Louis-Napoléon Bonaparte, sa vie publique en tant qu’homme politique majeur de la République française, puis en tant que premier personnage de l’Empire. La deuxième partie est centrée sur le mandat de président de la République exercé par Louis-Napoléon Bonaparte, puis son coup d’État du 2 décembre 1851 et la restauration impériale un an plus tard. Dans cet épisode du coup d’État, Eric Anceau révèle un Louis-Napoléon hésitant, envahi par les scrupules. On découvre également, dans cette deuxième partie, un chapitre original sur la pensée politique du nouvel empereur des Français, véritable penseur du bonapartisme.

La troisième partie s’intéresse à la première décennie du Second Empire. Eric Anceau y aborde la politique étrangère de Napoléon III (la guerre de Crimée ; l’Italie et les victoires de Magenta et de Solférino en 1859), puis les réformes à l’intérieur du pays. Il montre comment ces réformes sont souvent inspirées par la pensée saint-simonienne, que ce soit dans le domaine social (interdiction du travail le dimanche et les jours fériés, mise en place de sociétés de secours mutuels permettant aux ouvriers de venir en aide à un camarade malade ou accidenté), ou dans le domaine économique (création du Crédit mobilier, organisme devant diriger l’épargne des capitaux vers les grandes affaires industrielles ; développement des transports, notamment le transport ferroviaire). Napoléon III apparaît comme un homme profondément novateur. Éric Anceau se penche aussi sur l’entourage de l’empereur, sa famille, ses serviteurs, les hommes avec lesquels il gouverne.

La dernière partie voit l’Empire décliner. À l’extérieur c’est Sadowa ; à l’intérieur, c’est le début de la libéralisation du régime puis la défaite de Sedan. L’empereur, torturé par la maladie, espère y mourir en héros romantique mais n’y parvient pas. Prisonnier des Prussiens, il termine ses jours en exil en Angleterre.

Présentation de l’éditeur :

Fils de roi, neveu d’empereur, comploteur, prisonnier, proscrit, premier président de la République, dernier souverain régnant de notre histoire. Figure majeure du XIXe siècle, il en incarne l’esprit, la diversité, les contradictions : homme de réflexion et d’action, romantique et réaliste, autocrate et démocrate, autoritaire et libéral, réactionnaire et progressiste, fils de l’Église et de la Révolution, apôtre de la paix et fauteur de guerre. Complexe, il a longtemps été incompris, et suscite toujours passions et jugements contradictoires. Hugo le surnomma " Napoléon le Petit ", le dépeignit comme un " nain immonde ", alors que Pasteur considérait son règne comme l’un des plus glorieux de tous les temps. Qui était réellement Napoléon III ?

Biographie de l’auteur

Éric Anceau enseigne à l’université de Paris-Sorbonne et à l’IEP de Paris. Considéré comme l’un des meilleurs connaisseurs de l’histoire du XIXe siècle, il a mené, pour ce livre, quinze années de recherches dans des milliers d’ouvrages et d’archives inédites.







© Canal Académie - Tous droits rééservés

Notez cette émission :

Commentaires