Rétrospective de l’œuvre de Balthus à la Fondation Pierre Gianadda à Martigny

Visite guidée avec Martha Degiacomi
Visite guidée de la rétrospective de l’oeuvre de Balthus en compagnie de Martha Degiacomi, de la Fondation Pierre Gianadda. Cette année 2008 marque en effet le centenaire de Balthus, né un 29 février 1908 à Paris sous le nom de Balthazar Klossowski de Rola, grande figure de la peinture du XXe siècle.


T�l�charger le fichier sur votre ordinateur
Références Émission afficher
Émission proposée par : Krista Leuck
Référence : CARR401
Adresse directe du fichier MP3 : https://www.canalacademie.com/emissions/carr401.mp3
Adresse de cet article :
Date de mise en ligne : 5 octobre 2008
Logo Art absolument

La fondation Pierre Gianadda à Martigny dans le Valais consacre à Balthus une importante rétrospective de son œuvre. C’est l’unique exposition officielle dans le monde à commémorer cette année l’anniversaire d’un des peintres modernes les plus mystérieux, indiscutablement à contre-courant des tendances vers l’abstraction de son temps.

Jeune fille à sa toilette
Jeune fille à sa toilette

Canal Académie s’est rendu à Martigny pour rendre compte de cette manifestation exceptionnelle et la faire partager avec ses auditeurs. Une historienne de l’art attachée à la fondation Pierre Gianadda, Martha Degiacomi, nous présente les principales œuvres de Balthus, depuis ses premiers dessins à l’âge de onze ans aux dernières toiles exécutées au Grand Chalet à Rossinière.

En compagnie de Martha Degiacomi nous découvrons cette remarquable rétrospective de Balthus dans ce « temple » de l’art, construit en réalité sur des vestiges d’un temple gallo-romain. La prise de son est parfois perturbée par l’ambiance sonore des salles d’exposition – il est vrai que les visiteurs sont fort nombreux à la fondation Pierre Gianadda. Par avance, nous prions donc nos auditeurs d’excuser la gêne que cela peut occasionner.

Les Beaux Jours © Hirshhorn Museum and Sculpture Garden, Smithsonian Institution, Washington DC, Gift of the Joseph H. Hirshhorn Foundation, 1966
Les Beaux Jours © Hirshhorn Museum and Sculpture Garden, Smithsonian Institution, Washington DC, Gift of the Joseph H. Hirshhorn Foundation, 1966

Cette rétrospective de la fondation Pierre Gianadda réunit plus de cinquante peintures et soixante-quinze dessins, en provenance des plus grandes collections publiques et privées d’Europe et des Etats-Unis : Musée de Picardie, Amiens ; Kunstmuseum Berne, Scottish National Gallery of Modern Art, Edimbourg ; Tate Gallery, Londres ; Metropolitan Museum, New York ; The Museum of Modern Art, New York ; Musée national d’Art moderne, Centre Georges Pompidou, Paris ; Musée Jenisch Vevey ; Hirschhorn Museum ; Smithsonian Institution, Washington ; ainsi que du Grand Chalet à Rossinière et de la famille de l’artiste.

Première pause devant le panneau de quarante lithographies nommé Mitsou. Déjà, à l’âge de onze ans, Balthus révèle son talent de dessinateur dans cette série d’images comme une bande dessinée racontant l’histoire d’un jeune garçon et les aventures de son chat. On sait la passion de Balthus pour cet animal énigmatique auquel il s’est toujours identifié.

Ensuite nous nous arrêtons devant une série de photos par Henri Cartier-Bresson, grand ami et photographe attitré de Balthus.

Nous remontons vers une salle réservée aux dessins de Balthus illustrant le roman Les Hauts de Hurle-Vent d’Emily Brontë. Dessins dont le thème a souvent été repris ultérieurement dans les grandes toiles de Balthus.

La toilette de Cathy © Jean-Claude Planchet
La toilette de Cathy © Jean-Claude Planchet

Martha Degiacomi nous expose ensuite le parallèle entre ce dessin des Hauts de Hurle-Vent et la grande toile La Toilette de Cathy.

Après ces trois toiles exécutées en 1933, d’inspiration si différente, entre La Toilette de Cathy, La Rue du MoMa à New York, premier tableau de Balthus qui entrera dans des collections américaines, et cette lumineuse Caserne, notre regard est attiré quelque pas plus loin par une scène étonnante de sensualité….

La Rue © 2008. Digital image, The Museum of Modern Art, New York/Scala, Florence
La Rue © 2008. Digital image, The Museum of Modern Art, New York/Scala, Florence
Thérèse rêvant © The Metropolitan Museum of art, Jacques and Natasha Gelman Collection, 1998 (1999.363.2)
Thérèse rêvant © The Metropolitan Museum of art, Jacques and Natasha Gelman Collection, 1998 (1999.363.2)

Martha Degiacomi explique Thérèse Rêvant, 1938 du Metropolitan Museum of New York.

Un autre tableau à l’aspect stupéfiant, dont le style et les couleurs se détachent totalement de la facture des autres toiles, le savoureux Chat de la Méditerranée, 1949, qui servait d’enseigne au grand restaurant parisien La Méditerranée. Il s’agit du dernier autoportrait de Balthus.

Le Chat de la Méditerranée © Jacques Biolley
Le Chat de la Méditerranée © Jacques Biolley

Autre toile emblématique de Balthus, une sorte de pendant de La Rue : Le Passage du Commerce St. André, qui présente des parallèles, des allusions à Alice au pays des merveilles.

Avant de terminer notre visite guidée de l’exposition Balthus à la fondation Pierre Gianadda à Martigny, Martha Degiacomi attire notre attention sur une des dernières grandes toiles du maître, LEVER II, 1975-78.

Le Lever II
Le Lever II

En savoir plus :

L’exposition Le mystère Balthus à l’occasion du centenaire de l’artiste se tient à la fondation Pierre Gianadda à Martigny en Suisse du 16 juin au 23 novembre 2008. Pour plus d’informations, connectez-vous au site de la fondation Pierre Gianadda à Martigny

La fondation Balthus

Poursuivez l’écoute de nos émissions :
- Jean Clair, de l’Académie française, comissaire de l’exposition Le mystère Balthus, vous livre ses impressions : Balthus par Jean Clair, de l’Académie française
- Balthus, moments partagés, avec Arnaud d’Hauterives, Secrétaire perpétuel de l’Académie des beaux-arts

Retrouvez les dates essentielles de Balthus sur Kronobase






© Canal Académie - Tous droits rééservés

Notez cette émission :

Commentaires