Terre des pôles, exposition de photos sur les grilles du Sénat à Paris

avec Nicolas Mingasson, photographe commissaire de l’exposition
L’exposition Terre des pôles s’inscrit dans le cadre de la 4e année polaire internationale. Elle propose quelque 80 clichés de sept photographes différents, réunissant des témoignages de vie au quotidien des populations vivant dans des conditions extrêmes. Rencontre avec Nicolas Mingasson photographe, commissaire de l’exposition.


T�l�charger le fichier sur votre ordinateur
Références Émission afficher

Référence : foc503
Adresse directe du fichier MP3 : https://www.canalacademie.com/emissions/foc503.mp3
Adresse de cet article :
Date de mise en ligne : 28 septembre 2008


Dans les glaces d’une plateforme antarctique, le brise-glace russe Kapitan Klhebnikov vient porter assistance  au brise-glace franças l’Astrolabe.
Dans les glaces d’une plateforme antarctique, le brise-glace russe Kapitan Klhebnikov vient porter assistance au brise-glace franças l’Astrolabe.
©François Lochon/Gamma

Nicolas Mingasson, commissaire de l’exposition, mais aussi auteur de la moitié des 80 clichés, nous présente les raisons d’un tel sujet sur les grilles du Sénat. Solidaire de l’appel de Jean-Louis Etienne « Protégeons la banquise » lancé le 16 septembre 2008, « Terre des pôles » est une exposition qui ne cherche pas pour autant à démontrer photographiquement le phénomène du réchauffement climatique. Ces photos mettent en avant des scènes de vie prises sur le vif, émouvantes et saisissantes, pour nous pousser à réfléchir, l’espace d’un instant, aux répercussions de notre vie d’homme moderne sur les pôles.

Vie humaine et animale sont représentées à travers les photos de François Lochon, Kjell Ove Storvik, Karim Agabi, Nicolas Dubreuil, Eric Lefebvre, Jean-Robert Petit, Yves Soulabaille et Nicolas Mingasson.
Chaque prise de vue a son histoire. C’est ce que nous explique Nicolas Mingasson dans cette émission à travers le récit de ses propres rencontres dans l’Arctique russe. Ecoutez et découvrez la vie de Nikolaï, tractoriste, ou de cette famille russe vivant dans une station météorologique, coupée de tout, aux conditions de vie difficiles.

Nikolaï est tractoriste sur les bases déivantes russes dans l’Arctique. Il sait comme personne préparer la banquise pour permettre à des avions de s’y poser
Nikolaï est tractoriste sur les bases déivantes russes dans l’Arctique. Il sait comme personne préparer la banquise pour permettre à des avions de s’y poser
© Nicolas Mingasson
Nikolaï
Nikolaï
© Nicolas Mingasson

Pour rien au monde cependant ils n’échangeraient leur vie, fiers de leur métier, satisfaits d’être détachés de la société de consommation.

Station météorologique au nord de la Russie
Station météorologique au nord de la Russie
© Nicolas Mingasson

Pour Nicolas Mingasson, cette exposition n’est qu’une étape. Après avoir parcouru de part en part l’arctique russe, il devrait rejoindre début 2009 une équipe scientifique à la station de Vostok en Antarctique.
Il espère immortaliser par ses photos un immense défi scientifique et technique : l’accès à plusieurs kilomètres sous la glace d’une immense réserve d’eau douce et liquide emprisonnée sous la calotte glaciaire antarctique. Tout l’enjeu consiste à sonder cette eau vieille de plusieurs millions d’années sans la polluer.
Il poursuit par ailleurs le projet Sentinelles, consistant à saisir sur le vif les effets du réchauffement climatique aux pôles.

En Terre Adélie, près de la base française de Dumont d’Urville, un scientifique effectue des relevés de sons devant une colonie de manchots empereurs
En Terre Adélie, près de la base française de Dumont d’Urville, un scientifique effectue des relevés de sons devant une colonie de manchots empereurs
© Kjell Ove Storvik

Le catalogue de l’exposition "Terre des pôles" est disponible. Il repertorie les 80 photos exposées ainsi que d’autres des mêmes auteurs.

Quand de grands pans de galciers s’effondrent dans l’eau, ils donnent naissance à des icebergs qui peuvent mesurer jusqu’à 160 km de long. Leur durée de vie est d’environ quatre ans
Quand de grands pans de galciers s’effondrent dans l’eau, ils donnent naissance à des icebergs qui peuvent mesurer jusqu’à 160 km de long. Leur durée de vie est d’environ quatre ans
©François Lochon/Gamma

En savoir plus :

- Terre des pôles, exposition le long des grilles du jardin du Luxembourg, du 24 septembre 2008 au 4 janvier 2009
- Nicolas Mingasson, photographe indépendant
- Quatrième année polaire internationale

- Restez à l’écoute de Canal Académie et téléchargez nos émissions en compagnie d’Yvon le Maho, et Claude Lorius, tous deux membres de l’Académie des sciences et Michel Gauthier-Clerc, chargé de recherche à la station biologique de la Tour du Valat en Camargue, longtemps spécialisé dans l’étude des manchots.






© Canal Académie - Tous droits rééservés

Notez cette émission :

Commentaires