Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

Raymond Barre : témoignage de Jacques de Larosière

Raymond Barre (1924-2007) fut économiste et Premier ministre de 1976 à 1981.
En hommage à Raymond Barre, économiste, ancien Premier ministre de 1976 à 1981, voici le témoignage de l’un de ses confrères académiciens, Jacques de Larosière, économiste comme lui, ancien gouverneur de la Banque de France et ancien directeur général du FMI.


T�l�charger le fichier sur votre ordinateur
Références émission afficher

Référence : HAB308
Adresse directe du fichier MP3 : https://www.canalacademie.com/emissions/hab308.mp3
Adresse de cet article : https://www.canalacademie.com/ida3387-Raymond-Barre-temoignage-de-Jacques-de-Larosiere.html
Date de mise en ligne : 21 janvier 2008


Dans ce court témoignage, Jacques de Larosière évoque Raymond Barre, à l’époque où il était Premier ministre. A cet époque, Jacques de Larosière était directeur du Trésor. "Il fallait gérer l’après-première crise pétrolière, faire face à l’inflation, rétablir les finances publiques. Ce qui me frappait, c’était son sens de la mise en perspective. Il prenait du recul, il résonnait sur la direction qu’il fallait prendre", se rappelle Jacques de Larosière.

Quelques mots sur Raymond Barre :

Avant d’être Premier ministre français, de 1976 à 1981, Raymond Barre fut professeur d’économie, notamment à Sciences Po, à l’Université de Paris et à l’Ecole centrale. Il est l’auteur d’un ouvrage d’économie devenu le livre de chevet des étudiants en économie, et rebaptisé « le Barre ».

Toujours avant d’être à Matignon, il est vice-président de la Commission européenne, de 1967 à 1973 et jette les bases, bien en amont, de la future monnaie commune, l’euro.

Il est donc nommé en 1976, d’abord ministre du Commerce extérieur en janvier, puis, fin août 1976, Valéry Giscard d’Estaing l’appelle à Matignon, après la démission de Jacques Chirac. Son parcours d’économiste est confronté aux réalités du pays : chocs pétroliers, chômage, inflation. Il opte pour le nucléaire, restructure de fond en comble la sidérurgie en France, des décisions appréciées par les uns et contestées par d’autres, au point que Raymond Barre a dû engager par dix fois la responsabilité de son gouvernement devant l’Assemblée nationale.

Après son épisode à Matignon, Raymond Barre poursuit la politique, comme député centriste du Rhône, sans être toutefois membre d’un parti politique, et reprend ses cours d’économie à Sciences Po.

Il est élu membre de l’Académie des sciences morales et politiques en 2001 au fauteuil d’Alain Peyrefitte, se retire de la vie politique en 2002 et décède le 25 août 2007.

Cette émission En Habit Vert vous propose un hommage à Raymond Barre, par l’un de ses confrères académiciens, Jacques de Larosière, ancien gouverneur de la Banque de France et ancien directeur général du FMI.

En savoir plus :

Sur Canal Académie, vous trouverez plusieurs émissions en compagnie de l’économiste et ancien Premier ministre Raymond Barre :
- Doit-on craindre la mondialisation ? : avec Raymond Barre et Jacques de Larosière
- Raymond Barre : La France prépare mal l’avenir de sa jeunesse (3/5)
- Raymond Barre : La France et la mondialisation
- Le référendum du 29 mai 2005 vu par Raymond Barre
- Raymond Barre : comment réformer la France ?

Pour trouver une biographie complète de Raymond Barre, vous pouvez vous rendre sur le site de l’Académie des sciences morales et politiques.

A lire :

Après la disparition de Raymond Barre, les éditions de Fallois ont publié un ouvrage collectif intitulé "Raymond Barre, un homme singulier dans la politique française", avec plus de 20 contributions et témoignages -dont plusieurs académiciens-. L’ouvrage reprend les actes du colloque consacré à Raymond Barre des 11 et 12 juin 2009. Il a été publié par l’Académie des sciences morales et politiques, avec le soutien de la Fondation nationale des sciences politiques et l’Institut ASPEN France.






© Canal Académie - Tous droits rééservés

Notez cette émission :

Commentaires