Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

Les timbres : les grands voiliers

la chronique philatélique d’Alain Laugier
L’Armada 2008 à Rouen sert de prétexte à notre philatéliste pour évoquer les timbres illustrant quelques uns des plus beaux voiliers du monde. Laissez-vous embarquer !


T�l�charger le fichier sur votre ordinateur
Références émission afficher
Émission proposée par : Alain Laugier
Référence : CHR373
Adresse directe du fichier MP3 : https://www.canalacademie.com/emissions/chr373.mp3
Adresse de cet article : https://www.canalacademie.com/ida3237-Les-timbres-les-grands-voiliers.html
Date de mise en ligne : 28 juillet 2008


En 1999, cette Armada du siècle était à Rouen et la Poste a émis un feuillet de dix timbres montrant de profil ces grands voiliers. Cette année 2008, sept d’entre eux sont en Normandie et en Bretagne ; parmi eux, il y a quatre trois-mâts barques :
- le plus ancien (1896) est le Belem-France - 58 mètres
- le Statsraad Lehkuhl-Norvège (1914) - 98 mètres,
- le Simon Bolivar (1979) du Vénézuéla - 82 mètres
- le Cuauhtemoc (1982) du Mexique - 90 mètres.

Un trois-mâts carré l’Americo Vespucci (1931) d’Italie – 101 mètres ; L’Iskra II (1982) est un schooner de Pologne - 49 mètres ; quant à la Belle Poule, sistership de l’Etoile, c’est une goélette à hunier de la Marine nationale – 37 mètres.

Il faut fournir quelques explications :
Un trois-mâts barque a des voiles carrées (en fait trapézoïdales) sur le mât de misaine (à l’avant) et sur le grand mât (au milieu) et une brigantine (voile axiale) sur le mât d’artimon (à l’arrière).

On trouvera dans le numéro Hors-série du Figaro sur les cathédrales des mers toutes les explications et illustrations sur ces navires écoles de tous les pays de la mer.

Avant eux, il y avait des voiliers de guerre et des navires de commerce qui ont été timbrifiés en plus grand nombre que les navires sans voiles.

Le plus ancien que l’on voit sur les timbres français, est, en 1936, pour la centième traversée en avion de l’Atlantique Nord : il est survolé par un bimoteur.
En 1942, on commémore le bicentenaire de la naissance de Lapérouse (1741-1788) qui a parcouru le Pacifique après les trois voyages de Cook. Il est encadré par l’Astrolabe et la Boussole.

Jean de Vienne (1341-1396), premier amiral de France est devant un voilier (1942).
En 1973, il y a deux voiliers derrière Duguay-Trouin.
En 1976 c’est le trois-mâts Duchesse Anne à Port Louis (Morhiban) à coté du Musée de l’Atlantique.
En 1984 Jacques Cartier est à coté d’un voilier.
En 1992, cinquième centenaire de Christophe Colomb avec sa caravelle.
En 2004 c’est Duga de Mons pour le quatrième centenaire du Québec. Les timbres : Cartier, Champlain et le Québec

Les vaisseaux de guerre accompagnent Rochambeau en 1980 lorsqu’il débarque à Newport deux siècles avant : on voit sa flotille de voiliers derrière.
De même Cavelier de la Salle (1982) lorsqu’il découvre la Louisiane trois siècles avant.

La série de six grands navigateurs de 1988 (Duquesne, Suffren, Lapérouse, La Bourdonnais, Bougainville et Dumont d’Urville) montre leurs périples sur des cartes mais sans leurs vaisseaux.

Dans la hiérarchie des navires de guerre on distinguait selon le nombre de ponts à canons, la corvette, la frégate et le vaisseau dont les capitaines portent encore les titres et les galons correspondants.

On peut voir des voiliers sur de nombreux timbres, un peu par hasard car ils représenteront des ports (Nantes en 1979, Lorient en 1992, le Golfe du Morbihan en 2005, le Musée du bateau à Douarnenez, 1988) ou des iles (Saint-Pierre et Miquelon en 1982, Crozet et Kerguelen en 1972 pour le bicentenaire de leur découverte).

La Poste française a également timbrifié des voiliers seuls, en toute majesté.
1955, La Capricieuse avec le Canada
1957, une feloupe du XVIIIe siècle
1965, le paquebot poste La Guienne
1971, le quatre-mâts Cap hornier Antoinette
1973, le cinq-mâts France II
1975, la frégate école La Melpomène

Parmi les tableaux qui immortalisent des voiliers :
- 1982, L’embarquement à Ostie de Claude Lorrain
- 2001, Honfleur à marée basse de Jongking

Sans parler de deux catégories singulières de marins :
- 1994, Les vikings de la tapisserie de Bayeux (conjointement avec la Suède),
- 1997, Les corsaires basques

Quant à la plaisance, on la voit en 1993 sur la voile de postiers faisant le tour du monde (la Whitebread) ou sur le lac d’Aix bien plus tranquille, entre autres paysages, tels Arcachon.

Deux grands marins ont disparu : Alain Colas (1943-1978) célébré sur un timbre en 2004 et Eric Tabarly (1931-1998), célébré en 2000 avec cinq autres grands aventuriers français : Alexandra David-Neel, Haroun Tazieff, Paul-Emile Victor, Jacques-Yves Cousteau et Norbert Casteret.

Finissons par le double timbre de l’émission conjointe avec le Groenland : Jean-Baptiste Charcot (1867-1936) et son Pourquoi pas, dont Alain Laugier a évoqué le portrait ici.






© Canal Académie - Tous droits rééservés

Notez cette émission :

Commentaires