Claude Lévi-Strauss à New York raconté par une amie intime, Claudine Herrmann

Avec Claudine Herrmann
Claude Lévi-Strauss vit à New York pendant la Seconde Guerre mondiale. C’est une époque de grand foisonnement intellectuel et culturel. Il commence à travailler sur sa fameuse thèse : "Les structures élémentaires de la parenté". Claudine Herrmann, qui l’a connu à cette période, nous parle du grand penseur. "Il me faisait l’impression de posséder un savoir universel."


T�l�charger le fichier sur votre ordinateur
Références Émission afficher

Référence : HAB356
Adresse directe du fichier MP3 : https://www.canalacademie.com/emissions/hab356.mp3
Adresse de cet article :
Date de mise en ligne : 15 juin 2008


Après une période passée au Brésil, Claude Lévi-Strauss est de retour en France en 1939. Rapidement contraint à retourner de l’autre côté de l’Atlantique à cause de la guerre en raison de ses origines juives- il s’installe à New York. Il travaille sur les Structures élémentaires de la parenté.

Claude Lévi-Strauss
Claude Lévi-Strauss

Là-bas, il côtoie toute l’intelligentsia qui a fui l’Europe et Hitler : les Max Ernst, André Breton et autre Marcel Duchamp.

Notre invitée, Claudine Herrmann -professeur, écrivain et avocate- nous fait partager le souvenir de moments passés en compagnie du grand anthropologue. D’anecdotes en passages de vie, elle nous plonge dans l’incroyable univers de Lévi-Strauss. De 1943 à la fin de la guerre, elle le voit à la Public Library où il s’attelle à rassembler les composants de ce qui deviendra l’un de ses plus grands ouvrages Les structures élémentaires de la parenté. Elle se souvient aussi qu’il passait du temps au théâtre chinois, à des conférences, chez les antiquaires ou en compagnie de ses amis.
Qui sont ses amis ? « Il était très lié avec Jakobson et les surréalistes. » A l’époque, New York est un centre d’activité culturelle et intellectuelle phénoménale. Lévi-Strauss s’intéresse aux objets ayant un lien avec la culture indienne et qu’il peut se procurer à des prix abordables tels que les statues ou les têtes réduites. Il chine beaucoup, notamment en compagnie de Breton. Plus tard, de retour en France, ils continueront ce rituel aux puces de Clignancourt.

Claudine Herrmann entre en classe de philosophie en 1943. Elle rencontre Claude Lévi-Strauss lors d’un dîner qui suit une conférence. Ce dernier propose son aide, si elle éprouve une difficulté. « J’étais un peu perdue et je lui ai téléphoné. En cinq minutes, tout était simple. Alors j’ai compris quelque chose : tout problème peut être expliqué clairement. »

Figure emblématique de la vie new-yorkaise, Lévi-Strauss est d’abord connu pour sa thèse, puis ensuite pour ses activités en tant que conseiller culturel. « A 34 ans il avait déjà une grande réputation. Il était connu de tous les émigrants », raconte Claudine Hermann.
Il se retrouve très vite seul face à une montagne de travail. « Il élaborait son ouvrage, une thèse considérable. » Il fait appel à Claudine. « Je l’aidais à écrire quelques fiches pour les Structures élémentaires de la parenté mais j’étais très lente à taper. Après beaucoup de patience, il se résout à me dire : « Mais enfin mademoiselle, comment faites-vous pour taper aussi peu de fiches en autant de temps ? » L’humour et l’art de la formule : voilà la personnalité de Lévi-Strauss.

Claudine Herrmann
Claudine Herrmann

Il habite à Greenwich village, dans Manhattan, où il occupe un studio éclairé par le haut, ce qui lui confère une atmosphère particulière. Ajoutée à cela, l’ambiance décontractée de New York et l’on observe un style de vie original dans les rues de la célèbre ville américaine. C’est une époque et un lieu uniques. Il règne une ambiance plutôt décontractée, alors que de l’autre côté de l’Atlantique, c’est la douleur qui prédomine. « Nous n’avions pas conscience de l’étendue de l’horreur de la guerre ». Pourtant, Lévi-Strauss n’hésite pas à se mettre à la disposition des “free French” (les français libres), et fait des émissions radio à leur attention.
Durant l’hiver qui suit la Libération, il regagne en France. Lorsqu’il rentre à New York par la suite, la vue des ravages de la guerre l’avait métamorphosé. « Il était dans un grand état de dépression. »

Retrouvez ce témoignage dans le livre Lévi-Strauss. L’homme derrière l’oeuvre.

En savoir plus :

- Portrait de Claude Lévi-Strauss sur le site de l’Académie française.
- Jean-José Marchand raconte son entretien exceptionnel avec Lévi-Strauss

et Lévi-Strauss au Collège de France raconté par Philippe Descola

Claude Lévi-Strauss reste l’un des plus grands penseurs du XXe siècle. Auteurs de livres fondateurs tels que Tristes tropiques ou Race et Histoire, il développe sa pensée subtile et avant-gardiste qui n’a de cesse d’interroger notre société et notre civilisation.

Ecoutez l’émission et découvrez une anecdote chinoise !

Prix National Claude Lévi-Strauss

Le vendredi 28 novembre 2008, au Musée des Arts premiers du Quai Branly, à l’occasion du centième anniversaire de M. Claude Lévi-Strauss, Valérie Pécresse, ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche a annoncé la création d’un grand prix de sciences humaines et sociales.






© Canal Académie - Tous droits rééservés

Notez cette émission :

Commentaires