Une Histoire des reliques

Dans Paris et la région parisienne au XIXe et au XXe siècles
Conservateur du Patrimoine de la Ville de Paris, Yves Gagneux offre au public une réflexion majeure et inédite en France en s’intéressant à l’histoire des reliques dans Paris et sa région aux temps modernes et contemporains.


T�l�charger le fichier sur votre ordinateur
Références Émission afficher

Référence : HIST321
Adresse directe du fichier MP3 : https://www.canalacademie.com/emissions/hist321.mp3
Adresse de cet article : https://www.canalacademie.com/ida2802-Une-Histoire-des-reliques.html
Date de mise en ligne : 16 mars 2008


Nous avons rencontré des difficultés techniques lors de l’enregistrement de cette émission. La qualité du son s’en trouve altérée. Veuillez nous en excuser.

En cette époque où l’on parle de devoir de mémoires, l’émission Un jour dans l’Histoire souhaite aborder aujourd’hui un sujet peu connu, lié précisément à la mémoire religieuse des peuples, des villes et villages ; un sujet pour ainsi dire quasiment abandonné de l’historiographie, le culte des reliques.

Tout d’abord il s’agit de s’entendre sur la définition de la relique. Les dictionnaires en donnent une définition généralement identique. Voici celle du Grand Robert, « Dans la religion catholique, corps entier ou fragment de corps d’un saint ou d’un bienheureux, dont le culte est autorisé par l’Eglise ». Pourtant certains dictionnaires s’éloignent quelques peu de notre Grand Robert. Le Richelet par exemple au XVIIIe siècle exclut la notion de culte ; quand d’autres ne mentionnent même pas les objets que le saint ou le bienheureux a possédés ou bien touchés au cours de son existence terrestre. Vous avez dit terrestre ? Que dire des reliques surnaturelles !... On le voit, donner une définition de la relique n’est pas un exercice facile… Et tout aussi complexe est la définition du reliquaire dans la mesure où rien ne le caractérise, où le dénominateur commun entre tous n’existe pas formellement, où aucune codification ne mentionne l’art et la manière de préserver un corps saint….

Ensuite, les reliques, leur histoire sont indéniablement liées à celles de l’Eglise, à celle de l’histoire des églises, bâtiments au centre des villes et des villages autour duquel vivait la communauté. Les reliques sont aussi liées à la sociologie bien sûr, au comportement religieux ou bien encore à l’histoire des représentations et bien évidemment à l’histoire de l’art. On le voit, se pencher sur les reliques et reliquaires c’est aborder de multiples domaines scientifiques, souvent complexes, constituant un véritable défi pour le chercheur. Ce défi, Yves Gagneux l’a relevé dans un ouvrage indispensable : Reliques et reliquaires à Paris (XIXe-XXe siècle) paru aux Editions du Cerf en 2007.

Présentation de l’éditeur

Ce livre offre la première étude sur le culte des reliques dans une grande ville, à une période où cette dévotion est très peu connue. S’y dessinent le renouveau, l’apogée puis la lente désaffection de l’intérêt pour les reliques de saints, depuis le début du XIXe siècle jusqu’à la fin du XXe.

Si les pratiques populaires semblent quasiment inexistantes à Paris, on constate une forte instrumentalisation du culte des reliques par le clergé qui l’utilise pour modeler une histoire favorable à l’Église, ou proposer des modèles aux chrétiens. Ainsi, les reliques de sainte Philomène contribuent largement à promouvoir la chasteté féminine ; les martyrs des catacombes et les « saints du clocher » sont opposés lors des tensions entre les tenants d’une Église nationale et les partisans d’un rapprochement avec Rome, mais s’unissent dans la lutte contre l’anticléricalisme. Les mêmes procédés se retrouvent d’ailleurs dans la présentation des restes de saints et de laïcs, mais à des fins antagonistes, les uns mettant à l’honneur les valeurs chrétiennes, les autres les vertus républicaines ; tous se rejoignent dans l’exaltation du patriotisme.

La nouveauté des conclusions s’explique par l’originalité d’une enquête fondée sur l’observation des reliquaires. Pour la première fois, un sujet d’histoire religieuse est traité à partir d’une analyse d’objets, et cette étude soulève des questions fondamentales sur les méthodes de l’histoire de l’art et ses rapports avec d’autres disciplines, en particulier l’histoire ou l’anthropologie.

Yves Gagneux
Yves Gagneux

Conservateur du patrimoine de la Ville de Paris, Yves Gagneux a travaillé douze années à la Conservation des œuvres d’art religieuses et civiles de la Ville de Paris. Depuis 1999, il exerce les fonctions de directeur de la Maison de Balzac. Docteur en histoire de l’art et archéologie, il a publié différents travaux sur l’art religieux en France au XIXesiècle, la restauration des œuvres d’art, et le rapport entre l’image et le texte.






© Canal Académie - Tous droits rééservés

Notez cette émission :

Commentaires