Merveilleux francophiles argentins : Victoria Ocampo 1/2

La plus grande des intellectuels argentins
Victoria Ocampo peut être considérée comme la plus grande intellectuelle argentine, une merveilleuse amie de la France. Axel Maugey, auteur d’un essai intitulé "Les élites argentines et la France" évoque, dans cette première partie, le portrait de cette femme exceptionnelle et ses rencontres avec de nombreuses personnalités littéraires.


T�l�charger le fichier sur votre ordinateur
Références Émission afficher
Émission proposée par : Axel Maugey
Référence : SAV210
Adresse directe du fichier MP3 : https://www.canalacademie.com/emissions/sav210.mp3
Adresse de cet article : https://www.canalacademie.com/ida1803-Merveilleux-francophiles-argentins-Victoria-Ocampo-1-2.html
Date de mise en ligne : 5 juin 2007



Victoria Ocampo
Victoria Ocampo

Nul doute que l’univers de la féminité argentine est représentée à merveille par ces trois figures que sont Eva Peron, personnage controversé mais non exempt de qualités ; Amalita Lacroze de Fortabat, l’une des femmes d’affaires les plus puissantes d’Amérique du Sud ; et celle qui reste magnifiquement présente pour les intellectuels latino-américains francophiles, Victoria Ocampo.

Cette fille de grands bourgeois a la chance de venir en France dès l’âge de six ans. Elle aura bien sûr une perceptrice française. En rebellion contre son milieu conservateur, la chance lui sourit lorsqu’elle a la possibilité d’étudier le répertoire du théâtre français, à Buenos Aires, avec l’inoubliable Marguerite Moreno.

De retour en France, elle s’épanouit soudain, découvre la liberté, se sentant à Paris comme une âme sans passeport ! Intelligente, on a compris que Victoria l’était, mais, en plus, elle devient une fort jolie femme. Son mariage s’avérant un échec, elle réussit à surmonter sa déception en découvrant l’amour-passion dans les bras d’un certain Juan Martinez.

Elle rencontre en 1916 José Ortega y Gasset qui, ébloui par sa beauté, lui déclare : "Vous êtes madame une apparition exemplaire de féminité." Remuée par cette rencontre avec le philosophe, elle s’isole davantage pour lire et se met à collaborer au grand journal la Nacion, dès 1920.

A trente ans, elle découvre l’oeuvre de Tagore, ce qui l’amène à s’intéresser à un dieu d’amour et au dialogue des cultures.

Les rencontres électives se poursuivent notamment avec Hermann von Keyserling et Pierre Drieu La Rochelle. Elle est attirée par ce playboy de la littérature française. Il devient la distraction de Victoria. N’ayant rien d’une femme cherchant les aventures, elle ne s’engage pas trop dans cette relation.

A Paris, cœur vivant de l’Europe, elle a la possibilité de réfléchir sur son identité d’Argentine, d’Américaine, bref de s’interroger sur sa différence.

L’essai d’Axel Maugey, Les Elites argentines et la France, est publié aux éditions L’Harmattan, 2004.

- Pour écouter la seconde émission, cliquez ici : Merveilleux francophiles argentins : Victoria Ocampo 2/2

- Pour écouter les autres émissions « Merveilleux francophiles argentins » :
Les merveilleux francophiles argentins : Guillermo Loda (1/2)
Les merveilleux francophiles argentins : Guillermo Loda (2/2)
Merveilleux francophiles argentins : Salas et Isnardi (1/2)
Merveilleux francophiles argentins : Salas et Isnardi (2/2)
Merveilleux francophiles argentins : Jean Musset
Merveilleux francophiles argentins : Carlos Calatroni (1/2)
Merveilleux francophiles argentins : Carlos Calatroni (2/2)
Merveilleux francophiles argentins : Francisco Bullrich (1/2)
Merveilleux francophiles argentins : Francisco Bullrich (2/2)
Les merveilleux francophiles argentins-1
Les merveilleux francophiles argentins-2
Les merveilleux francophiles argentins-3
Paul Morand et l’Argentine






© Canal Académie - Tous droits rééservés

Notez cette émission :

Commentaires