Peut-on faire de la politique sans être machiavélique ?

Machiavel, une pensée toujours actuelle avec Jacques Rigaud
Machiavel : sa pensée ne cesse depuis cinq siècles d’être une référence en politique. Il est le pionnier de la science politique et de ses lois éternelles. Comment concilier démocratie et machiavélisme ? Réponses et réflexions avec Jacques Rigaud, analyste réputé des rapports entre la politique et les médias.


T�l�charger le fichier sur votre ordinateur
Références Émission afficher
Émission proposée par : Hélène Renard
Référence : PAG262
Adresse directe du fichier MP3 : https://www.canalacademie.com/emissions/pag262.mp3
Adresse de cet article : https://www.canalacademie.com/ida1527-Peut-on-faire-de-la-politique-sans-etre-machiavelique.html
Date de mise en ligne : 15 avril 2007


Attention, cette émission pourrait être machiavélique ! Mais que veut dire exactement cet adjectif ? Et le mot "machiavélien", a-t-il le même sens ? Quelle est véritablement la pensée de Machiavel, non seulement dans son ouvrage le plus connu : Le Prince mais dans celui que l’on omet généralement de lire : Discours sur la première décade de Tite-Live ?

Jacques Rigaud vient de publier un ouvrage intitulé Le Prince au miroir des médias, Machiavel 1513-2007 aux éditions Arléa. Rappelons que cet observateur attentif de la politique, de la culture et de la communication a été directeur d’un cabinet ministériel sous le président Pompidou, chargé de la construction du musée d’Orsay sous le président Giscard, puis président de la radio RTL. Mais il est surtout un lecteur assidu de Machiavel !

Jacques Rigaud
Jacques Rigaud

Jacques Rigaud l’affirme : On peut, on doit, lire aujourd’hui Machiavel ! Bien que les temps aient changé, nous ne sommes plus à Florence au XVIème siècle, ce penseur adulé par les uns et honnis par les autres (Jacques Rigaud cite des noms...) garde toute sa pertinence.

Pourquoi un homme politique se verrait-il contraint d’agir de manière machiavélique ? Parce que la politique est une passion dévorante, parce qu’elle oblige à vivre un enfer... Et Jacques Rigaud de citer quelques exemples de personnalités politiques qu’il a cotoyées de près.

Au chapitre IV de son livre, il pose la question fondamentale : Y–a-t-il un bon usage du machiavélisme en démocratie ? Les démocraties, plus ouvertes, plus pluralistes, deviennent aussi plus vulnérables, il ne faut donc pas faire d’angélisme…

Quel est le principal apport de Machiavel à la pensée politique ? Jacques Rigaud vous l’explique : rejet du fatalisme, son maître mot : virtu, mais aussi Fortune

Petite galerie de portraits de chefs d’état français plus ou moins machiavéliques… le général De Gaulle (un peu machiavélique tout de même, notamment dans l’affaire de l’Algérie), Mitterrand (tout à fait machiavélique), Giscard (pas trop) et Raymond Barre (pas du tout !) ... quant à Jacques Chirac, pour savoir s’il est ou non machiavélique, lisez le livre de Jacques Rigaud !

Il cite cette phrase de Machiavel : pour parvenir au pouvoir et s’y maintenir, il faut communiquer.
Or, la communication, c’est un domaine très familier à Jacques Rigaud qui dit ici ce qu’il pense du débat public en France tel qu’il est retransmis par les médias audiovisuels ?

Il use de mots durs : cirque, combat de gladiateurs, spectacle, jeu de rôles, théâtre, marionnettes : Le spectacle prévaut sur le débat, l’image sur l’idée…
Il ne s’agit pas d’être pessimiste ni optimiste, mais bien réaliste !

Pour lire Jacques Rigaud :
Débat sur la France de demain, Julliard, 1961 ;
La culture pour vivre, Gallimard, 1975 ;
Libre culture, Gallimard, 1990 ;
Miroir des mots, Robert Laffont, 1991 ;
L’exception culturelle, culture et pouvoirs sous la V ème République, Grasset, 1995 ;
Les deniers du rêve, essai sur l’avenir des politiques culturelles, Grasset, 2001… ;
Vivre à propos, Grasset, 2005






© Canal Académie - Tous droits rééservés

Notez cette émission :

Commentaires