On apprend mal le calcul à l’école primaire !

avec Pierre Léna, de l’Académie des sciences
Beaucoup d’enfants entrent aujourd’hui au collège sans maîtriser les automatismes de base du calcul : un constat alarmant ! Le ministère de l’éducation nationale, qui lance un chantier consacré à l’apprentissage du calcul à l’école primaire, a récemment consulté l’Académie des sciences sur la question. Pierre Léna expose les conclusions du rapport auquel il a participé.


T�l�charger le fichier sur votre ordinateur
Références Émission afficher
Émission proposée par : Solenne Robin
Référence : ECL252
Adresse directe du fichier MP3 : https://www.canalacademie.com/emissions/ecl252.mp3
Adresse de cet article : https://www.canalacademie.com/ida1414-On-apprend-mal-le-calcul-a-l-ecole-primaire.html
Date de mise en ligne : 27 mars 2007

Le terme calcul vient du latin « calculus », soit « caillou » : l’histoire raconte en effet que les bergers avaient coutume de comptabiliser leurs moutons en déposant des cailloux dans un pot à l’entrée et la sortie de la bergerie. Avec cette image, on comprend vite que le calcul est indispensable à la vie de tous les jours, et qu’à l’instar de la lecture, il doit être enseigné dès le plus jeune âge !

Cependant, les méthodes d’apprentissage, en fonction des époques, ne cessent d’évoluer. S’il y a quelques décennies, l’apprentissage faisait la part belle à des calculs trigonométriques compliqués, la situation est bien différente aujourd’hui. L’usage de la calculatrice, généralisé dès l’école primaire, a évidemment contribué à changer la donne.

Souvent, on entend les enseignants, les parents aussi, dépités, se plaindre que leurs enfants ne savent plus compter. C’est un jugement très radical, mais la situation est préoccupante. Nombre d’élèves arrivent au collège (entrée en 6ème) sans connaître les tables de multiplication ni avoir saisi la règle de trois, pourtant base des calculs de proportionnalité. Les enfants manquent d’automatismes.

L’acquisition des mécanismes de base dès les classes du primaire conditionne en effet l’apprentissage ultérieur de notions mathématiques plus complexes.

L’Académie des Sciences a été consultée mi-décembre 2006 par le ministre de l’Education Nationale, Gilles de Robien, sur la question. Le groupe de réflexion constitué a rendu son avis le 9 Janvier 2007, avis rendu public par l’Académie lors de la séance du 23 Janvier dernier. Stanislas Dehaene, Jean-Pierre Demailly, Jean-Pierre Kahan, Yves Meyer, Jean-Christophe Yoccoz et Pierre Léna sont donc parvenus à différentes conclusions sur le sujet.

Les premières conclusions de l’Académie ont mis en exergue plusieurs points essentiels. Le groupe de travail a ainsi mis en évidence combien il est important d’enseigner le calcul en étroit contact avec les autres matières, mais également combien toutes les modalités de calcul - mental, posé, approché ou instrumenté - sont indispensables et complémentaires.

Rencontre avec Pierre Léna

Pierre Léna, astrophysicien, est membre de l’Académie des Sciences. Il en est le délégué à l’Education et à la Formation depuis 2005. Il participe activement également à la Main à la Pâte, qui prône le développement de l’enseignement scientifique.

En savoir plus :
- Texte intégral de l’avis publié par l’Académie
- Pierre Léna
- La Main à la Pâte






© Canal Académie - Tous droits rééservés

Notez cette émission :

Commentaires