Raymond Boudon pourfend la démocratie participative

...et défend la démocratie représentative et la séparation des pouvoirs
Jurys populaires ? Sondages ? Référendums ? Représentativité du Parlement ? Raymond Boudon aide à s’y retrouver entre notions à la mode et idées fondatrices. Il appelle à la réconciliation du citoyen avec la démocratie, en revisitant les fondamentaux : la "volonté générale" et la démocratie représentative chères à Rousseau, le "spectateur impartial" défendu par Adam Smith, la "séparation des pouvoirs" prônée par Montesquieu.


T�l�charger le fichier sur votre ordinateur
Références Émission afficher
Émission proposée par : Priscille Lafitte
Référence : ECL233
Adresse directe du fichier MP3 : https://www.canalacademie.com/emissions/ecl233.mp3
Adresse de cet article : https://www.canalacademie.com/ida1232-Raymond-Boudon-pourfend-la-democratie-participative.html
Date de mise en ligne : 2 avril 2007


Raymond Boudon, sociologue, membre de l’Académie des sciences morales et politiques, professeur émérite à l’université Paris-Sorbonne, donne plusieurs clés pour analyser les impasses actuelles de la démocratie.
Il critique la démocratie participative, notion à la mode, qu’il considère comme pouvant dériver vers la lutte de pouvoir entre minorités actives. Il regrette le relativisme généralisé à la politique, qui mène au divorce entre les citoyens et les politiques.
Il appelle à sortir de la crise "par le haut", en revenant aux fondamentaux de la démocratie : un citoyen jugé capable de former des avis impartiaux, une plus grande séparation de tous les pouvoirs de la société (économique, politique, médiatique, administratif, syndical), et un Parlement renforcé.

« Pourquoi observe-t-on dans les démocraties modernes des atteintes aux principes de base de la démocratie représentative : limitations du droit d’expression et accrocs aux principes de la séparation des pouvoirs notamment ? Pourquoi la notion de démocratie représentative passe-t-elle pour archaïque et propose-t-on de lui substituer une incertaine démocratie participative ? Le sous-titre, Eloge du sens commun, invite tout simplement à retrouver le principe fondamental de la démocratie selon lequel, en démocratie, le pouvoir ultime réside entre les mains de citoyens supposés autonomes et capables de jugement droit. » Raymond Boudon.

Bibliographie :
- L’inégalité des chances, 1973 (réédition Hachette, 2001) ;
- L’Art de se persuader, 1990 (Seuil-Points 1992) ;
- Le Juste et le Vrai, Fayard, 1995 ;
- Déclin de la morale, déclin des valeurs ?, PUF, 2002 ;
- Y a-t-il encore une sociologie ?, Odile Jacob, 2003 ;
- Pourquoi les intellectuels n’aiment pas le libéralisme, Odile Jacob, 2004 ;
- Tocqueville aujourd’hui, Odile Jacob, 2005 ;
- Renouveler la démocratie, Eloge du sens commun, Odile Jacob, 2006.

Sur Canal Académie, Ecoutez les émissions avec Raymond Boudon :
- Portrait en 4 épisodes (1ère émission , 2e émission , 3e émission , 4e émission ) ;
- Raisons, bonnes raisons  ;
- Violence à la télévision, de la sociologie à la réflexion  ;
- Loi 1905, séance de clôture  ;
- Les intellectuels et le libéralisme  ;
- Débat avec Marc Guillaume  ;
- Bicentenaire d’Alexis de Tocqueville .

Retrouvez la biographie complète de Raymond Boudon sur le site Internet de l’Académie des sciences morales et politiques






© Canal Académie - Tous droits rééservés

Notez cette émission :

Commentaires