Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

Lettres de Marcel Proust à Emile Mâle

Huit lettres manuscrites de Proust à Emile Mâle, de l’Académie française et de l’Académie des inscriptions et belles-lettres
Découvrez les lettres que Marcel Proust, préparant ses romans, écrivait à Émile Mâle, de l’Académie française et de l’Académie des inscriptions et belles-lettres pour lui demander des précisions en architecture et en histoire de l’art ainsi que des conseils pour ses voyages, tout en lui donnant des nouvelles de sa désastreuse santé.


T�l�charger le fichier sur votre ordinateur
Références émission afficher
Émission proposée par : Fernand Guiot , Hélène Renard
Référence : VOI206
Adresse directe du fichier MP3 : https://www.canalacademie.com/emissions/voi206.mp3
Adresse de cet article : https://www.canalacademie.com/ida1227-Lettres-de-Marcel-Proust-a-Emile-Male.html
Date de mise en ligne : 29 avril 2007

Cette émission donne lecture de lettres échangées entre l’écrivain Marcel Proust et l’académicien Émile Mâle, grand connaisseur des cathédrales en France.
Ces huit lettres manuscrites appartenaient à sa fille, Mlle Gilberte Émile-Mâle qui les a offertes à la Bibliothèque de l’Institut de France. Et c’est grâce à la bienveillance de Mireille Pastoureau, directeur et conservateur en chef de la Bibliothèque de l’Institut, que Canal Académie peut aujourd’hui en proposer la lecture.

- Marcel Proust avait énormément apprécié, vraisemblablement durant l’année 1899, la lecture du premier livre d’Émile Mâle : L’art religieux en France au XIIIe siècle.
- Marcel Proust avait entrepris un travail qui exigeait de fortes connaissances en art et en architecture du Moyen Age. Or Émile Mâle était à l’époque considéré comme le plus grand savant de ces disciplines.

Emile Mâle, sur la loggia du palais Farnèse (Rome). vers 1930 ? © coll. part. Gilberte Mâle.
Emile Mâle, sur la loggia du palais Farnèse (Rome). vers 1930 ? © coll. part. Gilberte Mâle.

On notera que Proust s’adresse à Émile Mâle avec beaucoup de déférence, de respect, d’admiration.

Le spécialiste de l’œuvre de Proust, Philip Kolb, qui a établi toute la correspondance de Proust, a pu affirmer que les deux hommes se sont rencontrés en 1907. Ces lettres-ci sont dans le volume XVII, publié en 1989 (Plon).

C’est le comédien Fernand Guiot qui prête sa voix à Marcel Proust.

1 - Dans la première lettre, datée de 1906 (par Kolb sans doute car Proust ne datait pas ses lettres), Proust exprime l’espoir de pouvoir un jour rendre visite à Émile Mâle. Il voudrait lui demander quelques noms de lieux particulièrement émouvants par leur beauté architecturale.

2 - Dans la deuxième lettre, Proust reprend l’idée d’être conseillé par Émile Mâle sur des lieux de « pèlerinages » dit-il, dans des lieux vers lesquels il a si souvent voyagé en rêve. Mais en cette année 1906, il ne pourra faire aucun de ces voyages pouvant à peine sortir de sa chambre pour aller jusqu’au parc de Versailles. Proust cherche donc à voir des villes ou des sites qui puissent l’inspirer pour les décors du roman qu’il espère se mettre à écrire.

Marcel Proust (1871-1922)
Marcel Proust (1871-1922)

Émile Mâle lui a toujours répondu mais on a pu retrouver une seule de ces réponses. Elle est lue ici par Hélène Renard.

3 - La troisième lettre de Proust est datée de 1907. Cette année là, Proust va à Cabourg d’où il écrira à Émile Mâle pour lui demander des conseils sur des excursions en Normandie. Et il aura enfin l’occasion de rencontrer le maître à l’automne de cette même année. Mais c’est tout de même par écrit qu’il lui pose les mille et une questions qui l’intéressent.

4 - Quatrième lecture : Toujours au Grand Hôtel de Cabourg, Proust, vers la mi-août 1907, raconte à son correspondant le résultat de ces visites normandes. Notez que lorsque Proust affirme qu’Émile Male devrait être élu à l’Académie française, c’est un peu prématuré puisque cette élection n’aura lieu que... 20 ans plus tard, le 30 juin 1927 ; et à l’Académie des inscriptions et belles-lettres en 1918.

5 - Dans cette cinquième lettre, on remarquera que Proust semble beaucoup aimer ajouter de longs postscriptum à ses lettres. On ne peut manquer d’être frappé par le sérieux avec lequel Proust se documente, lisant de gros ouvrages indigestes.

6 - La lettre sixième nous amuse car il est en effet fort plaisant de connaître l’opinion de Proust sur les académies ! Ce n’est pas le moindre intérêt de cette courte lettre. Elle nous renvoie aux années précédant la guerre de 14.

7 - Ainsi Proust consulte-t-il Mâle sur diverses questions de terminologie, d’histoire de l’art, de sculpture, de coutumes, de noms de lieux et de personnes. Il craint d’employer un mot pour un autre. Par exemple, il ne voudrait pas confondre les mots beffroi, clocher, église.

8 - Enfin, dernière lettre de la collection que Melle Gilberte Émile-Mâle a donnée à la Bibliothèque de l’Institut de France, celle datée de 1921. On verra que Proust est toujours aussi enthousiaste, admiratif, des écrits d’Émile Mâle.

C’est ainsi que ces lettres autorisent à penser que Proust s’est inspiré des études d’Émile Mâle pour la description de bon nombre de lieux, dans ses romans, à commencer par Du côté de chez Swann. Elles confortent l’idée qu’Émile Mâle a suggéré à Marcel Proust tous les détails d’art religieux que l’on peut lire dans Swann. Et elles confirment l’extrême minutie de Proust jusqu’au moindre détail.

Pour en Savoir plus :
- Émile Mâle de l’Académie française

Accédez aux autres émissions :

- Emile Mâle (1862-1954) : L’art religieux à la fin du Moyen-Âge en France
- Émile Mâle, directeur de l’École Française de Rome (1923-1934)
- Emile Mâle et l’art baroque
- Emile Mâle, le Champollion des cathédrales






© Canal Académie - Tous droits rééservés

Notez cette émission :

Commentaires