Jean Leclant, Secrétaire perpétuel de l’Académie des inscriptions et belles lettres

Parcours d’un égyptologue
Spécialisé en Egyptologie, en histoire et civilisation pharaonique, en particulier de la XXVe dynastie et en civilisation méroïtique, Jean Leclant évoque sa passion pour l’Egypte ancienne et son rôle à l’Académie des inscriptions et belles-lettres.


T�l�charger le fichier sur votre ordinateur
Références Émission afficher
Émission proposée par : Marianne Durand-Lacaze
Référence : HAB049
Adresse directe du fichier MP3 : https://www.canalacademie.com/emissions/hab049.mp3
Adresse de cet article :
Date de mise en ligne : 16 novembre 2006

Jean Leclant est décédé le 16 septembre 2011. Cette émission est rediffusée en sa mémoire.

Jean Leclant, Secrétaire perpétuel de l'Académie des inscriptions et belles lettres
Jean Leclant, Secrétaire perpétuel de l’Académie des inscriptions et belles lettres

La passion de Jean leclant pour l’Egyptologie remonte à l’enfance et à la qualité des maîtres orientalistes qui furent les siens comme Jean Sainte Fare Garnot. D’emblée, il aborde l’égyptologie d’un point de vue africaniste plutôt que dans la perspective classique du monde grec et de la Bible et se familiarise dès lors avec des langues chamito-sémitiques tel que l’Afar.

Philologue et jeune égyptologue, il découvre de visu le site de Saqqarah lors d’un premier séjour en Egypte en 1948 où il assurera de nombreuses campagnes de fouilles archéologiques, au cours de sa carrière.

Il s’intéresse sur le site de Karnak, au palais funéraire de Montuemhat, quatrième prophète d’Amon, prince de la ville de Thèbes et au culte d’Osiris. Ses pas le conduisent, ensuite, d’Abou Simbel à Karthoun.

Le temple de Karnak près de Louqsor
Le temple de Karnak près de Louqsor

De retour en France, il enseigne à l’université de Strasbourg comme professeur d’égyptologie pendant 10 ans, de 1953 à 1963. Il alterne alors entre ses missions archéologiques en Egypte et son enseignement à la Sorbonne à partir de 1963. Il se consacre alors au site de Soleb et à celui de Seidenga qui lui ouvre les portes des études méroïtiques dont il devint un spécialiste.

La pyramide à degrés de Saqqarah
La pyramide à degrés de Saqqarah

A Saqqarah, proche du Caire, il décide de poursuivre l’œuvre de Gaston Maspéro datant des année 1880 autour des pyramides à textes, ce que Jean Leclant nomme « la plus ancienne littérature funéraire de l’histoire ». Quelle est la particularité de ces documents et monuments ? dans cette émission, Jean Leclant explique le travail colossal des archéologues pour reconstituer cette part du patrimoine de l’humanité : des milliers de fragments à recenser, déchiffrer, reconstituer. C’est l’exemple d’une enquête commencée au XIXe siècle qui s’achève vers 2000.

A partir de 1979, il quitte la Sorbonne pour la Chaire d’Egyptologie du Collège de France qu’il occupe jusqu’en 1990.

En 1974, il est élu à l’Académie des Inscriptions et belles-lettres et en devient le Secrétaire perpétuel en 1983.

Pour en savoir plus :

- sur sa carrière
- sur ses publications
- sur le site du Collège de France, retrouvez sa biographie.

Parmi ses nombreux ouvrages :

- Montouemhat, quatrième prophète d’Amon, Prince de la ville, Le Caire IFAO, 1961,
- Enquête sur les sacerdoces et les sanctuaires égyptiens à l’époque dite éthiopienne, XXV dynastie, Le Caire IFAO, 1954,
- Les pharaons, L’univers des formes, 1978,
- Un égyptologue : Gaston Maspéro, Diffusion de Boccard, 1998,
- Répertoire d’épigraphie méroîtique, Diffusion de Boccard, 2000,
- Les textes de la pyramide de Pépy Ier, Le Caire IFAO, 2001.

- Retrouvez le programme complet de nos émissions consacrées à l’Egypte.






© Canal Académie - Tous droits rééservés

Notez cette émission :

Commentaires