Biométrie : le règne de Big Brother ?

Avec le Professeur Emmanuel Cabanis
La biométrie interpelle. Elle facilite la vie, mais confusément, on sent qu’elle pourrait empiéter sur nos droits et nos libertés. Pour démêler le vrai du faux, rien de tel que d’en rappeler la définition en précisant ce qu’elle est vraiment. Bonne occasion de démonter quelques idées reçues avec le Président de la société de Biométrie humaine.


T�l�charger le fichier sur votre ordinateur
Références Émission afficher
Émission proposée par : Marine Digabel
Référence : ECL217
Adresse directe du fichier MP3 : https://www.canalacademie.com/emissions/ecl217.mp3
Adresse de cet article : https://www.canalacademie.com/ida1080-Biometrie-le-regne-de-Big-Brother.html
Date de mise en ligne : 4 janvier 2007


Le Professeur Emmanuel Cabanis, président de la Société de Biométrie Humaine
Le Professeur Emmanuel Cabanis, président de la Société de Biométrie Humaine

A l’occasion de l’exposition « Biométrie : le Corps Identité » de la cité des sciences et de l’industrie à Paris (2006), le Professeur Emmanuel Cabanis, président de la Société de Biométrie Humaine, démonte les idées reçues sur un sujet controversé.

La biométrie est une science

Ceux qui vont aux Etats-Unis le savent bien. Désormais on ne passe plus la frontière sans visa si l’on n’est pas détenteur d’un passeport biométrique. Une appellation impropre si l’on considère la définition exacte de la biométrie. Il s’agit en effet d’une science qui étudie à l’aide des mathématiques les variations biologiques à l’intérieur d’un groupe déterminé, à ne pas confondre avec les applications qui en sont dérivées.

Le professeur Cabanis relate les origines de cette science au XIXème siècle. Si les contributions sont nombreuses, l’apport de Paul Broca se révèle déterminant pour ce qui s’appelle encore l’anthropométrie. On doit ensuite à Bertillon les premiers classements anthropométriques dans le domaine policier, et au Britannique Galton, l’invention des empreintes digitales. L’informatique, enfin, est à l’origine d’un tournant déterminant pour la biométrie.

Des applications variées

En France, le projet de carte d’identité biométrique INES semble au point mort après avoir suscité des débats passionnés. Débats au cours desquels il a souvent été question de droits et de liberté. Pourtant, les applications utilisant des techniques biométriques ne sont pas nécessairement liées à la sécurité, comme l’illustre l’exemple de la mesure de la morphologie des français par les industries du vêtement.

Les techniques biométriques utilisées actuellement sont l’objet d’un compromis entre leur finalité, leur fiabilité, leur caractère intrusif. Le professeur Cabanis fait ainsi l’état des lieux de ces techniques et de l’utilisation qui en est faite.

Pour aller plus loin

- Retrouvez ici le site de l’exposition de la Cité des sciences, sur la biométrie.

- Emmanuel Cabanis est membre de l’Académie nationale de médecine

Pour compléter l’information, une émission de télévision :

France 2, dans l’émission Présence Protestante du dimanche 31 décembre 2006, a diffusé un reportage sur la biométrie en collaboration avec Canal Académie. Il s’intitule "L’identité capturée". On peut demander le DVD de cette émission en écrivant à Présence Protestante, 47 rue de Clichy, 75009 Paris. tél. 01.44.53.47.00






© Canal Académie - Tous droits rééservés

Notez cette émission :

Commentaires