Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

L’Essentiel avec... Jean-Robert Pitte, de l’Académie des sciences morales et politiques

Géographe et historien de la gastronomie, il répond aux sept questions essentielles de Jacques Paugam

Le géographe Jean-Robert Pitte, personnalité du monde universitaire n’a jamais eu peur de prendre ses responsabilités : Vice-président de l’université Paris Sorbonne de 1997 à 2001 puis, de 2003 à 2008, président de cette prestigieuse institution, il a été élu le 3 mars 2008 à l’Académie des sciences morales et politiques, dans la section histoire et géographie, au fauteuil qu’occupait avant lui un autre grand géographe, Pierre George. Il répond aux sept questions (les mêmes pour tous les invités) sur son itinéraire, son activité, son regard sur le monde et notre société, ses espoirs, échecs et motivations !


Bookmark and Share

1- Dans votre itinéraire professionnel, dans votre carrière, quel a été à vos yeux le moment essentiel ?

Jean Robert Pitte répond d'abord que la carrière universitaire est, par essence, lente et progressive. Difficile par conséquent de distinguer un moment d’un autre. A l’époque de ses études, il fallait faire deux thèses : une thèse de troisième cycle pour devenir maître de conférences et une thèse d’Etat pour devenir professeur. Dans les années 70, il était en coopération en Mauritanie et a consacré sa thèse de troisième cycle à sa capitale, Nouakchott. Il a ensuite travaillé dix ans sur le châtaignais dans le cadre de sa thèse d’Etat. Une fois devenu professeur, il a pu commencer à diriger des recherches. Cette étape a été très importante. Ayant toujours aimé créer des projets au sein de l’université, il a fondé une université inter-âges, ouverte à tous publics. En 2003, au terme d’un certains nombre de postes, il est arrivé à la présidence de la Sorbonne. Ce moment a évidemment été essentiel, d’autant plus qu’il avait participé à la fondation de cette université en 69 (après mai 68) en tant qu’étudiant. La Sorbonne née pour devenir un véritable lieu d’exigence où les étudiants sont encadrés, apprennent des savoirs avec discipline et plaisir. Président, Jean Robert Pitte a pu mettre en œuvre des projets qu’il portait depuis longtemps. Il pense avoir réussi en partie. Il n’a certes pas toujours été suivi par la communauté universitaire, particulièrement rétive au changement. Quoiqu’il en soit, son lien avec la Sorbonne ressemble à une véritable histoire d’amour. Un amour toutefois déçu de ne pas avoir pu la présider une deuxième fois.

Jacques Paugam rappelle deux titres provocateurs rédigés par son invité : en 2006 « Jeunes on vous ment » et en 2007 « Stop à l’arnaque du bac ». En effet, une fois président, Jean-Robert Pitte ne se voyait pas taire ses convictions. Il a écrit le premier de ces essais pendant la crise du CPE (contrat première embauche) en 2006. Les jeunes étaient dans la rue et pensaient qu’ils avaient droit à un emploi et à un CDI parce qu’ils avaient fait des études (avec ou sans succès). Ce qui était surréaliste. L’université doit aider les étudiants à s’insérer(...)


© Canal Académie - Tous droits réservés

Notez cette émission :

Pour poursuivre la lecture de cet article et écouter cette émission,
devenez membre du Club pour 25€ par an seulement ! abonnez-vous ici Déjà abonné ? identifiez-vous

Commentaires