Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

Pas de gestion de la nature sans l’homme : l’éthique du Musée de la chasse et de la nature

Entretien avec Claude d’Anthenaise, conservateur du Musée de la chasse et de la nature avec David Gaillardon

Conservateur du Musée de la chasse et de la nature, Claude d’Anthenaise a contribué à la rénovation de l’hôtel de Mongelas à Paris où ce musée est désormais installé. Il a su également faire d’un des plus beaux hôtels particuliers du Marais un lieu incontournable pour la célébration de la chasse par les arts, et amener ses visiteurs à repenser le rôle de l’homme face à la nature, au moyen d’une politique d’expositions temporaires originale. Il s’entretient ici avec David Gaillardon dans le cadre du partenariat passé avec l’Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS), à l’occasion des 40 ans de cet établissement public.


Bookmark and Share

Quelques mots d'histoire tout d'abord : Industriel passionné de chasse, François Sommer est à l’origine du Musée de la chasse et de la nature, fondé au moyen d’une fondation, avec l’aide de son épouse Jacqueline. Le musée créé en 1964 est alors installé dans l’hôtel Guénégaud, rue des Archives, à Paris. Le couple est à l’époque aidé de Christian de Longevialle. Au fil des années, devenu trop petit, le musée a besoin de s’agrandir et sa muséographie doit être repensée. C’est alors (en 1998) qu’intervient Claude d’ Anthenaise, l’actuel conservateur, qui a supervisé la restauration de l’hôtel mitoyen (Hôtel de Mongelas), là où se trouve désormais la majeure partie des collections du Musée.

Après avoir repensé la disposition générale des lieux, il restait à s’interroger sur le sens à donner aux œuvres et aux objets exposés. D’une présentation encyclopédique, Claude d’ Anthenaise a su faire un véritable cabinet de curiosités et d’un lieu un peu désuet, un espace où la chasse et l’art contemporain s’entremêlent : « à force d’être désuet, on finit par être à la mode » résume l’intéressé.


Rénovation sur la forme, mais également rénovation sur le fond : « On ne s’est pas contentés de changer les tentures » souligne Claude d’ Anthenaise, qui insiste sur le fait que les changements ont été menés dans le respect des clauses du testament de François Sommer : défendre l’animal sauvage et une certaine éthique de la chasse.


Aborder la chasse dans le contexte urbain du Paris du début du XXIe siècle était une gageure : la plupart des visiteurs sont des urbains qui sont éloignés de la nature et qui peuvent, parfois, en avoir une vision assez idéalisée. Le rapport à la mort dans notre société, l’exercice de la violence ont évolué et contribué à donner de la chasse une vision déformée, faisant oublier qu’une nature sans intervention de la main de l’homme est totalement(...)


© Canal Académie - Tous droits réservés

Notez cette émission :

Pour poursuivre la lecture de cet article et écouter cette émission,
devenez membre du Club pour 25€ par an seulement ! abonnez-vous ici Déjà abonné ? identifiez-vous

Commentaires