Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

Café, Café

Le bibliologue, Bertrand Galimard Flavigny

Le bibliologue est celui qui « sait tout » sur les livres et leurs éditions rares et qui peut en discourir. Bertrand Galimard Flavigny vous fait partager son amour et sa recherche de ces livres précieux... surtout lorsqu’ils parlent de café.


Bookmark and Share

On pensait, avec raison, au XVIe siècle que le Proche Orient regorgeait d'espèces végétales aux vertus médicinales. C'est ainsi que Leonhard Rauwolf, un botaniste natif d'Augsbourg (1535-1596) entreprit en 1573, un voyage dans ces contrées. Il visita ainsi la Syrie, l'Arménie, la Turquie ; il s'arrêta à Constantinople, puis descendit à Bagdad et remonta vers Jérusalem ; un voyage qui dura trois ans.
Il publia ensuite un ouvrage d'observation botanique, qui ne fut jamais traduit en français, puis, en 1582, son Journal de voyage, seulement traduit en anglais et en néerlandais. Il y décrit, pour la première fois, dans un livre imprimé, la manière de préparer le café. On en avait déjà entendu parler grâce à un manuscrit arabe du IXe siècle composé par un médecin du nom de Razès. Quelques traités indiquent que le café fut importé de Perse à Aden, par Gemal-Eddin, en 1420, et qu'il ne parvint ensuite à Constantinople qu'en 1550 ; ce qui confirme l'observation de Rauwolf. Le café serait, en fait originaire de l'Éthiopie, où il était connu à l'état sauvage 2000 ans avant notre ère ; mais fut cultivé au Yémen, au XVe siècle, avec le succès qu'on lui connaît.
Grâce aux caravanes, tout le monde musulman fut bientôt conquis. Les voyageurs européens découvrirent ce breuvage noir que l'on nommait chaubé ou chaova et qui « donne du courage et de la vigueur d'esprit ».



Le café parvint à Marseille, en 1644, sous forme de fève et était utilisé comme un médicament. Ce furent les ambassadeurs de la Sublime Porte(surnom du gouvernement ottoman, d'après une porte monumentale du palais de Topkapi, à Istamboul) qui le firent connaître à Louis XIV, en 1669. Le roi lui-même n'apprécia guère, dit-on, ce « breuvage d'Orient ».
Le goût royal ne l'empêcha pas d'être à la mode et il entra dans les conversations mondaines.

En 1705, un certain(...)


© Canal Académie - Tous droits réservés

Notez cette émission :

Pour poursuivre la lecture de cet article et écouter cette émission,
devenez membre du Club pour 25€ par an seulement ! abonnez-vous ici Déjà abonné ? identifiez-vous

Commentaires