Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

« Le jour de l’Evangile » à Papeete, Moorea et autres îles pacifiques.

Un billet d’Asie, par Françoise Thibaut, correspondant de l’Académie des sciences morales et politiques

Dans ce nouveau billet d’Asie, Françoise Thibaut, correspondant de l’Institut, et par ailleurs grande voyageuse, vous emmène dans l’archipel de Tahiti, aux plages paradisiaques mais à l’histoire tourmentée. Découvrez en sa compagnie les premiers colons et évangélisateurs de ces îles du bout du monde, objet de convoitise de bien des puissances européennes.


Bookmark and Share

Si l’on peut se demander – avec une certaine raison, connaissant son histoire – pourquoi l’Australie n’est pas devenue française, on peut aussi s’étonner que Tahiti et ses îles associées (Iles de la Société) ne soient pas britanniques.
En effet, les débuts de la présence européenne furent presque uniquement anglais, si l’on excepte la brève escale de Bougainville accompagné de l’enthousiaste Commerson, créateur de la dénomination « nouvelle Cythère » et de l’idyllique première description de l’archipel en langue française[[voir la fiche Commerson sur le blog Canal Académie.p[-.


En effet, Tahiti fut découverte par le capitaine Wallis de la Royal Navy sur le Dolphin en 1767; il y trouva un peuple joyeux, très organisé, gouverné par la dynastie Pomaré. Il baptisa immédiatement l’île « King George III » en hommage à son souverain régnant. Il alla aussi à Moorea, bientôt suivi de Cook, puis de Bligh sur la Bounty en 1788 ; tous trois pénétrèrent sur les rivages de l’île par la « pointe Vénus » sur laquelle Stevenson, grand concepteur de lanternes marines devant l’Éternel et père de l’écrivain, dessina l’unique phare de l’île, lequel ne fut édifié qu’en 1866.

Aucune allusion dans les récits ou livres de bord britanniques à l’escale Bougainville de 1768 ni aux observations et herborisations de Commerson !


La London Missionary Society ne tarda pas à s’intéresser à ces peuples « dépravés » et envoya bientôt un premier missionnaire, le révérend William Ebenezer Henry qui débarqua du Duff avec l’Évangile de la « vraie foi » le 5 mars 1797, accompagné de son épouse Sarah, tous deux irlandais, à la Pointe Vénus. En tout la mission comportait 18 personnes : 4 missionnaires, les autres étant des charpentiers, ferronniers, artisans et cuisiniers.


Les occupants européens connurent de sérieux conflits avec le roi Pomaré II. William Bligh revint en 1792 sur le Providence afin d’accomplir la mission qui lui avait été confiée avec la Bounty : transporter des plants d’arbres à pain de Tahiti aux Antilles afin de nourrir à bas prix les esclaves des plantations. Il le fera scrupuleusement ; lors de la navigation vers l’Amérique, il va jusqu’à(...)


© Canal Académie - Tous droits réservés

Notez cette émission :

Pour poursuivre la lecture de cet article et écouter cette émission,
devenez membre du Club pour 25€ par an seulement ! abonnez-vous ici Déjà abonné ? identifiez-vous

Commentaires