Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

Mots clefs et suggestions


La gestion des déchets nucléaires en France : une catastophe pour l’avenir ou un espoir ?

avec Robert Guillaumont et Edouard Brézin, membres de l’Académie des sciences

Qu’il s’agisse de diminuer notre production d’énergie électrique d’origine nucléaire, ou de conserver notre production telle qu’elle, un enjeu de taille nous attend : le stockage à 500 mètres sous terre de nos déchets de longue durée, actuellement conservés dans des piscines d’entreposage. Un site est actuellement à l’étude dans la Meuse et devrait entrer en chantier à partir de 2016. Les 100 premières années d’exploitation consisteraient en un entreposage de l’ensemble de nos déchets accumulés à ce jour. Une partie pourrait être réexploitée comme combustible alimentant les centrales de quatrième génération. Écoutez les explications de nos deux invités académiciens : Édouard Brézin et Robert Guillaumont.


Bookmark and Share

Les déchets nucléaires en France peuvent être classés en 3 catégories :
- Les déchets principaux issus des centrales nucléaires. Ce sont les déchets de haute activité à vie longue qui résultent du fonctionnement direct du combustible de l’industrie nucléaire et du combustible usé.
- Les déchets liés à la vie des techniciens qui travaillent dans les centrales (gants, combinaisons...)
- Les déchets de faible activité mais de grand volume qui résultent des installations nucléaires arrêtées et des centrales en fin de vie.

Le radiochimiste Robert Guillaumont précise d’emblée : « Tous les déchets issus de l’électronucléaire en France sont des déchets de retraitement. La politique française consiste à retraiter les combustibles usés des centrales nucléaires et de récupérer le plutonium pour refaire du combustible qu’on appelle combustible MOX ».

Les déchets de haute activité à vie longue sont constitués par les produits de fission inhérents à la production d’énergie nucléaire. Cette matière, très radioactive, est vitrifiée et coulée dans des colis. Quant aux déchets de moyenne activité à vie longue « ils sont constitués par les gaines des combustibles c'est-à-dire les enveloppes dans lesquelles se trouvent l’uranium et le plutonium.
Pour vous donner une idée des quantités des déchets produits en 2010, nous avons produit 2700 m3 de déchets de haute activité à vie longue et 41 000 m3 de déchets de moyenne activité à vie longue »
.

Le débat du stockage profond des déchets à haute et moyenne activité à vie longue

L’ensemble de ces colis de haute et de moyenne activité à vie longue est actuellement entreposé dans des ateliers à la Hague « un entreposage de quelques décennies avant d’être mis en stockage géologique profond » précise Robert Guillaumont.
Mais il n’existe pas actuellement en France de lieu de stockage des déchets de nos centrales nucléaires. Un sujet délicat qui devrait revenir très prochainement sur le devant de la scène, que l’on diminue notre production d’électricité d’origine nucléaire ou pas. Il faudra bientôt stocker ces colis profondément sous terre. Mais où les stocker et quel protocole suivre ?
Ces questions ne sont pas(...)


© Canal Académie - Tous droits réservés

Notez cette émission :

Pour poursuivre la lecture de cet article et écouter cette émission,
devenez membre du Club pour 25€ par an seulement ! abonnez-vous ici Déjà abonné ? identifiez-vous

Commentaires