Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

Science-Fiction par Michel Pébereau : L’homme démoli et Terminus les Etoiles d’Alfred Bester

Téléportation et télépathie au coeur de ces deux romans...

Alfred Bester, qui est mort en 1987, ne se considérait pas comme un écrivain. « J’ai commencé à écrire », raconte-t-il, « lorsque j’en ai terminé avec l’Université en 1935, simplement parce-que j’avais tâté du droit et de la médecine, avais laissé tomber tout ça, et que je glandouillais, me demandant ce que j’allais bien pouvoir faire de ma personne ». Et d’expliquer qu’ « il vendit quelques nouvelles de SF dans de vieux magazines populaires avant de « se mettre à des histoires pour des héros de bandes dessinées aux noms invraisemblables ». « M. Bester » a-t-il aussi écrit, « appartient à la race des auteurs qui aiment mieux parler de l’art d’écrire plutôt qu’écrire …Il parle pour dissimuler le fait qu’il n’a rien à dire ».


Bookmark and Share

Pourtant, cet écrivain improbable, qui se juge « indolent et paresseux », a laissé deux œuvres majeures de Science-fiction : L’homme démoli et Terminus les Etoiles, édités l’un en 1952, l’autre en 1956, qui ont été rapidement traduits, à l’époque, en français. L’homme démoli a été, en 1953, le premier roman couronné par le prix Hugo de SF. Ce prix, le plus célèbre du genre, a été créé sur le modèle des Oscars hollywoodiens, en utilisant le vote des lecteurs pour distinguer la meilleure œuvre de l’année précédente. Après ces deux romans et quelques nouvelles assez remarquables, Alfred Bester ne s’intéresse plus à la SF pendant des années que comme critique, un critique d’ailleurs assez peu charitable pour ses confrères. Il se consacre en effet pendant vingt ans à un magazine, « Holiday ». Il n’est ramené aux romans que par la disparition de cette publication. Son quatrième et dernier ouvrage Les clowns de l’Eden n’est pas très convaincant.



Ces deux œuvres sont d’un extraordinaire modernité. Ecrits voici près de soixante ans, elles n’ont presque pas pris de rides. La nouvelle traduction opportunément établie par Patrick Marcel et reprise par la collection Folio SF leur donne une deuxième jeunesse.



L’homme démoli est une enquête policière, qui se situe dans un avenir où une bonne partie des êtres humains s’est découvert des capacités de télépathie. Le crime a pratiquement disparu car les délinquants sont immédiatement repérés ; et les coupables sont promis à la démolition, c’est-à-dire à une destruction mentale. L’assassin, Ben Reich, n’a pas ce don, et sa victime est son concurrent direct, qui menace l’existence de son empire, et qui vient de refuser l’alliance qu’il lui proposait. Comble de malchance, la fille de la victime assiste par hasard au crime …. Le chef de la police en charge de l’enquête, lui, est l’un des télépathes les plus doués de son époque. Toutes les conditions semblent rassemblées pour qu’il(...)


© Canal Académie - Tous droits réservés

Notez cette émission :

Pour poursuivre la lecture de cet article et écouter cette émission,
devenez membre du Club pour 25€ par an seulement ! abonnez-vous ici Déjà abonné ? identifiez-vous

Commentaires