Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

L’exploitation des ressources agricoles et agroalimentaires, par Michel Griffon

Une communication à l’Académie des sciences morales et politiques le lundi 13 février 2012
La terre restera-t-elle nourricière pour tous les humains dans le contexte de l’accélération exceptionnelle de la population et de ses besoins en nourriture à laquelle nous assistons depuis 150 ans environ ? Trouverons-nous d’autres solutions pour produire en renouvelant la fertilité terrestre sans détruire l’environnement ? Tel est le sujet développé par Michel Griffon, Directeur général adjoint de l’Agence nationale de la recherche, président du conseil scientifique du Fonds français pour l’environnement mondial, membre de plusieurs comités scientifiques nationaux et internationaux, lors de la communication qu’il a donnée devant les membres de l’Académie des sciences morales et politiques réunis en séance le lundi 13 février 2012.


T�l�charger le fichier sur votre ordinateur
Références émission afficher

Référence : ES646
Adresse directe du fichier MP3 : http://www.canalacademie.com/emissions/es646.mp3
Adresse de cet article :
Date de mise en ligne : 26 février 2012

C’est un fait historique sans précédent, un événement considérable, que l’augmentation exceptionnelle de la population mondiale, phénomène qui s’accompagne d’un accroissement énorme des besoins en nourriture et donc en production agroalimentaire. L’intervenant a rappelé en préambule que l’agriculture date du néolithique et qu’elle s’est toujours développée au détriment de la forêt ou de la végétation. Platon déplorait déjà la terre dénudée...

Trouverons-nous des solutions qui permettent de produire en renouvelant la fertilité des terres, sans détruire l’environnement. Déjà de nombreuses innovations ont été mises en place : accroître les rendements, sélectionner les plants, développer le machinisme... La "révolution verte" a obtenu des succès inégaux selon les pays.

Mais depuis 1990, on observe un plafonnement des rendements, une baisse des nappes phréatiques, une salinisation des eaux, une pollution... et même, depuis 2007-2008, on a vu se développer des pénuries dues à l’explosion du prix des matières céréalières.

Michel Griffon, président du conseil scientifique du Fonds français pour l'environnement mondial, membre de plusieurs comités scientifiques nationaux et internationaux
Michel Griffon, président du conseil scientifique du Fonds français pour l’environnement mondial, membre de plusieurs comités scientifiques nationaux et internationaux

Il nous faut donc revoir la situation. Certains continents qui étaient exportateurs, n’ont maintenant plus de terres cultivables à conquérir et importent leurs céréales (la Chine). D’autres ont des problèmes d’eau (le Maghreb, le Moyen-Orient). L’ Afrique subsaharienne entrevoit une explosion de sa population mais avec des zones très denses et d’autres très faibles (et donc des migrations intérieures ?) Quels pays ont des excédents agricoles ? les USA, mais assez peu maintenant. L’Europe exporte encore un peu. Le Canada, l’Australie mais avec des perspectives limitées. Le Brésil reste aujourd’hui un géant exportateur et la Russie pourrait accroître ses productions.

Comment se dessine l’avenir ? Des surprises considérables pourraient nous attendre. D’une part à cause des changements climatiques et d’autre part parce qu’on entrevoit les limites des terres pour l’agriculture (il faut en réserver pour la biodiversité). Les terres cultivables, les réserves en eau : voici deux limites qui incitent à la prudence.

Quant aux rendements accrus, ils ont provoqué, comme on le sait, des pollutions chimiques.

Verra-t-on le traditionnel labour qui est partie prenante de l’agriculture occidentale être supprimé, abandonné après plus de 1000 ans d’expérience ?

Nous faudra-t-il réinventer une nouvelle technologie fondée non plus sur les énergies à bas prix ni sur le labour mais en utilisant en les amplifiant les mécanismes même de la biologie ? L’orateur ingénieur agronome donne ici quelques exemples tout à fait frappants.

Il termine en insistant sur la nécessaire régulation des politiques agricoles et des politiques de santé publique.

- Pour en savoir plus sur Michel Griffon, visitez le site du CNRS

- Ecouter une autre émission avec Michel Griffon, de l’Académie d’agriculture et Henri Léridon, correspondant de l’Académie des sciences : L’humanité trouvera-t-elle encore de quoi se nourrir dans quelques dizaines d’années ?

- Continuer à suivre les émissions de Canal Académie sur la Thématique 2012 : Asymétries et forces neuves du monde actuel






© Canal Acadééémie - Tous droits rééservés

Notez cette émission :

Commentaires