Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

Marc Ladreit de Lacharrière, Miquel Barcelo et Jean Clottes pour l’inscription officielle de la grotte Chauvet au patrimoine mondial de l’Unesco

Regards croisés d’un natif de l’Ardèche, d’un artiste contemporain et d’un préhistorien sur ce trésor de l’art de la préhistoire

Le ministère de la Culture a annoncé le 21 janvier 2012 qu’il défendait au nom de la France, l’inscription au patrimoine mondial de l’Unesco, de la grotte Chauvet Pont-d’Arc. Retour sur le lancement de la soirée de présentation de la candidature auprès de l’État français, au musée du Quai Branly, avec l’Association pour la mise en valeur de la grotte Chauvet Pont-d’Arc en Ardèche (le mardi 6 décembre 2011) : interviews de Jean Clottes, de Marc Ladreit de Lacharrière et de Miquel Barcelo, artiste contemporain parmi les plus en vue, sur un chef-d’œuvre universel, datant de 25 000 à 36 000 ans.


Bookmark and Share

La grotte Chauvet, située en Ardèche, à Vallon-Pont-d'Arc, le long de la combe d'Estre, a été découverte en décembre 1994 par trois spéléologues : Jean-Marie Chauvet, Eliette Brunel et Christian Brunel. Elle abrite des peintures rupestres datant de 25.000 à 36.000 ans, parmi les plus anciennes au monde. Les experts scientifiques, les artistes et ceux qui ont pu les voir s'accordent à les considérer comme des chefs-d'œuvre, "absolus", serions-nous tenter d'ajouter. La découverte a été un choc. Les scientifiques ont identifié 420 représentations animales en 1995 et répertorié 14 espèces animales. La même année, la grotte est classée monument historique, son accès limité. En 2005/2006, le projet a pris un nouvel essor avec le choix du site d'implantation et l'élaboration du projet architectural.


Les traces au sein de la grotte sont intactes. La préservation de cet héritage qui nous vient de nos ancêtres aurignaciens est par conséquent un défi considérable pour les générations futures. Pour des raisons de conservation, l'État a décidé sa fermeture au public et en a limité l'accès aux scientifiques et aux personnes chargées de sa mise en valeur et de sa protection. Pour faire partager ce trésor de l'humanité, un ambitieux projet scientifique, touristique et culturel est né.






La grotte fait l'objet de campagnes d'études bisannuelles menées par une équipe scientifique sous la direction du préhistorien Jean Clottes. Elle a été constituée dès le départ, à sa demande, comme pluridisciplinaire associant des géologues, des spécialistes de l'ADN et des préhistoriens. À la place d'une reconstruction de la grotte à l'identique, impossible en raison de ses dimensions, l'État, la Région Rhône-Alpes et le Conseil général ont lancé le projet de la création d'un Espace de restitution, à proximité, sur le site de Razal, sur les hauteurs de Vallon-Pont-d'Arc. À l'intérieur de ce lieu qui devrait devenir un haut-lieu du tourisme culturel, à l'échelle internationale, les traces peintes, gravées seront reproduites à l'identique, à hauteur du visiteur. L'agence d'architecture Fabre-Speller a été sélectionnée et les partenaires (Département, État, Région, Europe) engagent 43 millions d'euros pour sa réalisation. Le permis de construire a été déposé en 2011 et la société Kléber-Rossillon, spécialisée dans les biens culturels gèrera l'Espace de restitution.

Selon Pascal Terrasse,(...)


© Canal Académie - Tous droits réservés

Notez cette émission :

Pour poursuivre la lecture de cet article et écouter cette émission,
devenez membre du Club pour 25€ par an seulement ! abonnez-vous ici Déjà abonné ? identifiez-vous

Commentaires