Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

Les musiques de la nuit (2/2) : la terreur !

avec Danièle Pistone, musicologue correspondant à l’Académie des beaux-arts

Les nuits dionysiaques, infernales, hallucinées, emplissent notre panthéon musical. Dans cette seconde émission sur les musiques de la nuit, Danièle Pistone, correspondant de l’Académie des beaux-arts, nous ouvre la porte de tous les extrêmes : « Quand minuit sonne, cuivres et percussions se déchaînent ! Une force malfaisante guette et libère les passions. » Loin de la nuit des berceaux, suivons les ombres tourmentées des nuits allemandes, françaises et russes des XIXe et XXesiècles. Quels sont les fantasmes d’Hoffmann, Schumann, Berlioz ? Comment les musiciens, de Jean-Féry Rebel aux rockers- sataniques, traduisent-ils le chaos nocturne ?


Bookmark and Share


Danièle Pistone est professeur d'histoire de la musique à l'université de Paris IV-Sorbonne et directeur de l'Observatoire Musical Français.
Elle a fondé la collection « Musique-Musicologie » des éditions Honoré Champion en 1975 et est l'auteur de nombreux ouvrages de musicologie.
« Avoir peur du noir, peur de la nuit, ressentir des terreurs nocturnes, c'est assez banal! Dit-elle. Donc, il est normal que nos musiciens aient voulu rendre, à travers leur art, ce sentiment assez courant! 
Le premier ensemble d'oeuvres qui gravitent autour des nuits fantastiques est germanique. »


Ernst Theodor Amadeus Hoffmann


Ce sont les vapeurs d'alcools et les lueurs vacillantes des bougies qui ont entraîné Hoffmann (1776-1822) dans un univers nocturne inquiétant.
Certes, le thème de la nuit terrifiante n'était pas nouveau :

les musiques nocturnes symbolisant le chaos, de Jean-Féry Rebel (1666- 1710) et Haendel (1685-1759), sont aussi sombres et farouches que possible avec les instruments musicaux de l'époque.

Edward Young (1683-1765) a écrit « La Nuit des tombeaux »! C'est tout dire!

Novalis (1772-1801) dans son Hymne à la nuit, qu'il écrit après la disparition de la femme qu'il aimait, parle d'amour et de mort. Sa poésie nocturne est une poésie de mort.

Et chez Cazotte (1719-1792) dans Le Diable amoureux on peut voir arriver la nuit, par la fenêtre, un chameau qui dépose un chien... Donc, déjà avant les Contes fantastiques d' Hoffmann, la nuit peut tout engendrer! Et après, encore plus, car Hoffmann a impressionné beaucoup de musiciens. En France, on connaît Les Contes d'Hoffmann d'Offenbach, encore sous la III° République. Schumann est l'un des premiers, parmi les compositeurs célèbres, a être touché par la littérature hoffmannienne.(...)


© Canal Académie - Tous droits réservés

Notez cette émission :

Pour poursuivre la lecture de cet article et écouter cette émission,
devenez membre du Club pour 25€ par an seulement ! abonnez-vous ici Déjà abonné ? identifiez-vous

Commentaires