Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

L’essentiel avec... Lucien Clergue, de l’Académie des beaux-arts

Le photographe de l’Académie des beaux-arts dévoile au micro de Jacques Paugam quelques moments essentiels de sa vie

Lucien Clergue, l’un des deux photographes de l’Académie des Beaux-Arts, répond au jeu des sept questions posées par Jacques Paugam. Un entretien exhaustif où il revient sur les aspects importants de sa vie : sa rencontre avec Picasso, son rapport aux femmes et sa ville natale Arles... entre autres.


Bookmark and Share

Lucien Clergue est l'homme qui, depuis la seconde guerre mondiale a, sans doute, le plus contribué en France à la reconnaissance de la photographie comme un art. Il est le premier photographe à avoir été élu membre de l'Académie des beaux- arts, reçu sous la Coupole le 31 mai 2006. Lucien Clergue, dont l’œuvre est la plus souvent caractérisée par l'alchimie d'une rencontre mystérieuse entre la poésie, la beauté et la mort.

Dans votre itinéraire professionnel, dans votre carrière, quel a été à vos yeux, le moment essentiel ?

L.C: Sincèrement, la rencontre avec Picasso. Elle est intervenue à un moment crucial de ma vie puisque ma mère venait de décéder trois mois plus tôt. J'ai rencontré Picasso à la feria d'Arles à la sortie des arènes. Je lui ai montré ce que je faisais, -ce qui n'était pas extraordinaire- et il m'a dit « je voudrais en voir d'autres ». Et à ce moment-là, j'ai travaillé pour Picasso. J'ai abandonné toute hésitation d'orientation, il m'avait en quelque sorte sacré photographe.



Saint-John Perse m'a dit une chose formidable « ne pas faire un album d'images fortuitement assemblées mais faire œuvre d'auteur », cet aspect de classification est capital, et c'est ce que m'a confirmé plus tard Roland Barthes. Il dit « nous avons appris de Claude Lévi-Strauss que tout classement est un discours et cette idée de classement est capitale ».

En 1970, vous êtes le responsable des Rencontres Internationales de la Photographie dans Arles, un événement capital dans le monde de la photographie

L.C: Avec quelques copains, nous avons pris la direction du festival : on a gardé la structure festivalière, on l'appelait le « festival bouillabaisse » parce qu'il y avait un peu de tout et j'y ai mis un peu de photo. Ça a été la révolution totale parce qu'on s'est aperçu qu'il y avait une demande, que les gens voulaient voir. Chaque année, on mettait de plus en plus de photos jusqu'à ce que ça explose et on s'est séparé du reste du festival pour ne(...)


© Canal Académie - Tous droits réservés

Notez cette émission :

Pour poursuivre la lecture de cet article et écouter cette émission,
devenez membre du Club pour 25€ par an seulement ! abonnez-vous ici Déjà abonné ? identifiez-vous

Commentaires