Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

Jean-Baptiste Biot, le savant méconnu du XIXe siècle

Membre de l’Académie des sciences. Portrait par son biographe Jean-Paul Poirier

Jean-Baptiste Biot fut à la fois mathématicien, physicien et astronome au XIXe siècle. Jeune savant, peut-être trop jeune, il fut vertement critiqué par ses confrères de l’Académie des sciences comme François Arago, ou Charles Sainte-Beuve de l’Académie française. Certains l’accuseront même d’être un « charlatan travailleur » ! Pourtant, il aura laissé son nom à plusieurs lois physiques. Son biographe Jean-Paul Poirier, lui aussi académicien des sciences, réhabilite la mémoire de l’astronome à travers une biographie publiée chez Hermann.


Bookmark and Share

Jean-Baptiste Biot (1774 - 1862) fut à la fois membre de l’Académie des sciences à 29 ans, professeur de physique mathématique au Collège de France à 26 ans et devint plus tard membre de l’Académie des inscriptions et belles-lettres puis membre de l'Académie française à 82 ans, devenant ainsi l’Académicien élu à l’âge le plus avancé !

Notre savant touche-à-tout a laissé son nom à plusieurs lois physiques (dont la loi de Biot et Savart notamment) et fut le premier à démontrer en optique que les liquides pouvaient dévier le plan de polarisation de la lumière. Il laissa aussi derrière lui un traité d’astronomie de renommée internationale.
Pourtant, il fut critiqué par ses pairs et demeure aujourd’hui inconnu du grand public ; à tort selon Jean-Paul Poirier, physicien, membre de l'Académie des sciences et qui lui a consacré une biographie homonyme [[Jean-Paul Poirier, Jean-Baptiste Biot (1774-1862) : Un savant méconnu, éditions Hermann, 2011p[-.

Des éloges qui se transforment en critiques

Pour échapper au travail de commerçant auquel le destine son père, Jean-Baptiste Biot commence par s’engager comme canonnier et part dans l’armée du nord dans la campagne meurtrière de Hondschoote (1793). Dans sa besace, il garde cependant un traité de géométrie qu'il consulte régulièrement.
Retourné à la vie civile quelque temps plus tard, il fait son entrée à ce qui s'appellera prochainement l'École polytechnique. Son professeur de mathématiques n'est autre que Gaspard Monge, fondateur de cette grande école.
Le très jeune savant se fait vite remarquer pour la qualité de ses recherches. Laplace lui demande de présenter à la première classe de l’Institut son mémoire sur les « équations aux différences mêlées ». Il est acclamé et est nommé deux ans plus tard, en 1800, professeur de physique mathématique au Collège de France. Trois ans plus tard, il devient membre de la section de géométrie de l’Académie des sciences, et part la même année en mission sur ordre du ministre de l’Intérieur pour enquêter sur la chutes de météorites dans la commune de l’Aigle (dans l’Orne)(...)


© Canal Académie - Tous droits réservés

Notez cette émission :

Pour poursuivre la lecture de cet article et écouter cette émission,
devenez membre du Club pour 25€ par an seulement ! abonnez-vous ici Déjà abonné ? identifiez-vous

Commentaires