Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

L’essentiel avec ... Emmanuel Le Roy Ladurie

L’historien, membre de l’Académie des sciences morales et politiques se confie au micro de Jacques Paugam.

L’historien Emmanuel Le Roy Ladurie, de l’Académie des sciences morales et politiques depuis 1993, se confie au travers de 7 questions, revenant sur l’essentiel de sa carrière et de ses opinions quant à l’évolution de l’histoire. Une occasion d’évoquer la liberté de parole, l’inquiètude sur l’avenir mais aussi l’espoir, l’hypocrisie, le racisme, l’échec, sa rupture avec le Parti communiste, bref, un entretien sincère, preuve que vérité et notoriété peuvent quelquefois faire bon ménage ! Un dialogue en profondeur, mené par Jacques Paugam.


Bookmark and Share

L’invité de notre série «l’Essentiel avec...» est ici Emmanuel Le Roy Ladurie, normalien, ancien professeur d’université à la Sorbonne puis à Paris VII, titulaire au Collège de France de 1973 à 1999 de la chaire d’histoire de la civilisation moderne, administrateur général de la Bibliothèque Nationale de 1987 à 1994. Emmanuel Le Roy Ladurie, l’historien français vivant -sans doute l'un des plus respectés dans le monde-, a été élu le 24 mai 1993 membre de l’Académie des sciences morales et politiques.
Rappelons le principe de cette série "L'Essentiel avec..." : 7 questions récurrentes posées à tous les invités sur leur itinéraire, leur activité, leur regard sur le monde et notre société, leurs échecs et leurs motivations.

- première question : dans votre itinéraire professionnel, dans votre carrière, quel a été le moment essentiel ?

E.L.R.L. : Je ne peux pas dire le moment, car en fonction de mes divers ouvrages ou entreprises, à chaque fois, il y avait un moment. Par exemple, pour l'histoire du climat, c’est peut être une phrase de Braudel, « les glaciers alpins avancent à la fin du 16eme siècle », qu’il avait pêché chez un vieux glaciologue italien et dans un journal Frankfurter Zeitung tandis qu’il était prisonnier de guerre.

J.P. : Vous avez été administrateur général de la Bibliothèque Nationale de 1987 à 94. Cette Bibliothèque Nationale est devenue la Bibliothèque Nationale de France, quelle a été la transformation essentielle du passage de l’une à l’autre ?

E.L.R.L. : C’est une transformation plutôt bénéfique. C'est-à-dire que François Mitterrand a eu une belle idée, rendons-lui justice. On avait une charmante bibliothèque, "une belle dame indigne" absolument extraordinaire. Maintenant on a l'espace, l'informatisation du catalogue -à laquelle j'ai beaucoup participé-, mais d’un autre côté l’architecture est mal fichue, pas très fonctionnel.


- Deuxième question : qu’est-ce qui vous paraît essentiel à dire sur votre métier d’historien ?

E.L.R.L. : Parti de l’histoire rurale, j’ai élargi à toutes sortes de domaines : histoire urbaine, histoire politique et, finalement, histoire du climat. Je suis comme une sorte de(...)


© Canal Académie - Tous droits réservés

Notez cette émission :

Pour poursuivre la lecture de cet article et écouter cette émission,
devenez membre du Club pour 25€ par an seulement ! abonnez-vous ici Déjà abonné ? identifiez-vous

Commentaires