Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

Nicolas Baudin : explorateur de l’Australie et de la Tasmanie (1/2)

Histoire d’un périple scientifique mouvementé, par Françoise Thibaut, correspondant de l’Institut

Nicolas Baudin (1754-1803), marin, capitaine et explorateur français propose au Premier Consul Bonaparte qui le reçoit le 25 Mars 1800 et accepte le projet, de partir pour l’exploration de l’Australie et de la Tasmanie... Bien des aventures allaient suivre. Françoise Thibaut, globetrotteuse et correspondant de l’Institut, nous conte son histoire en deux volets, dont voici le premier.


Bookmark and Share

La Monarchie d’Ancien Régime, même défaillante et mal partie, encouragea et soutint l’exploration du monde et des mers lointaines. Cet élan fut interrompu par la Révolution et l’Empire, strictement occupés à leur destin européen. Cette absence profite à la Grande Bretagne, laquelle constitue en 25 ans les bases de ce qui va devenir l’Empire Britannique.
A une exception près, cependant : l’unique et incroyable expédition de Nicolas Baudin proposée en 1800 au Premier Consul Bonaparte qui reçut Baudin le 25 Mars et accepta ce projet, en le réduisant à l’exploration de l’Australie et de la Tasmanie (qui ne portaient point encore ces noms là).

Partis du Havre le 19 octobre 1800, ses deux bateaux le Géographe et le Naturaliste, revinrent l’un à Lorient le 25 mars 1804, et l’autre au Havre le 7 juin 1803, au terme d’un périple que l’on peut qualifier d’odyssée, après avoir perdu son initiateur, Nicolas Baudin à l’Ile de France (devenue Ile Maurice) le 16 septembre 1803.

Cette expédition, unique, et la première en son genre, n’était tournée ni vers le prestige et la conquête, ni vers le commerce ; elle avait un but scientifique : la recherche et la découverte de plantes, de roches et d’animaux, l’amélioration du tracé des routes maritimes (Borda est passé par là), l’observation des mers et du ciel : cartographier, explorer, engranger des connaissances pour l’avenir, tels étaient ses objectifs. Elle ne les remplit qu’à peu près, en but à des péripéties imprévisibles, mais constitua la base d’un enrichissement phénoménal de la science naturelle française, sous la houlette de son sévère et peu aimable instigateur.

Nicolas Baudin avait mauvais caractère, et c’est peut être ce qui le perdit : odieux avec ses passagers, dur et intolérant avec ses équipages, peu loquace, il se retrouva dans une grande solitude à des moments où la solidarité et la compassion eussent été bien utiles. Mais l’histoire s’écrivit autrement et le nom de Nicolas Baudin reste attaché à une expérience exceptionnelle dont le destin ne lui donna certes pas la gloire, mais certainement l’estime des scientifiques, étant à la charnière de l’esprit des Lumières qui l’avaient formé, et à l’avant garde des chercheurs(...)


© Canal Académie - Tous droits réservés

Notez cette émission :

Pour poursuivre la lecture de cet article et écouter cette émission,
devenez membre du Club pour 25€ par an seulement ! abonnez-vous ici Déjà abonné ? identifiez-vous

Commentaires