Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

Le peintre Henri Matisse et le compositeur Bela Bartók : derniers instants de création

Par Pierre Schneider Dominique Szymusiak, Jean-Louis Michaux et Bernard Lechevalier

Qu’il s’agisse de peinture, de musique ou d’interprétation théâtrale, l’œuvre ultime dans l’art est imprégnée des derniers instants de l’artiste. Dominique Szymusiak, conservateur en chef, et Pierre Schneider nous livrent la seconde vie de Matisse. Jean-Louis Michaux et Bernard Lechevalier tous deux de l’Académie de médecine, nous expliquent le cas clinique du compositeur Bartók. La "dernière œuvre" était l’objet de la journée du livre de l’Académie nationale de médecine 2010, dont Canal Académie retransmet sur son site les meilleurs moments.


Bookmark and Share

La vie du compositeur Béla Bartók est ponctuée par la maladie. Elle conditionne aussi une partie de son œuvre musicale. C'est ce que nous disent en substance Jean-Louis Michaux, et Benard Lechevalier, tous deux membres de l'Académie nationale de médecine.
Dès son enfance, Bartók est touché par une dermatite aiguë. Puis c’est la tuberculose qui freine sa vie d'adolescent. Il doit interrompre ses études secondaires. Mais cela ne l'empêche pas de composer dès l'âge de 9 ans et de donner son premier concert à 11 ans .
La communication n'étant pas consacrée à la vie même de Bartók, mais à ses derniers moments, c'est naturellement que les deux interlocuteurs passent sur les compositions et les voyages du compositeur, qui s'installe aux Etats-Unis en 1940.


En 1943, chef d'orchestre américain Yehudi Menuhin lui commande une fugue sonate pour violon seul. Bartók s'exécute, mais il est déjà très faible, touché par une leucémie myéloïde. Ce sera sa derrière composition achevée, dédiée à sa femme ; une composition plus mélodique inspirée de Grieg, de la nature et du folklore.

On y retrouve cinq états de conscience de Bartók :
- la mort qui rode
- la souffrance physique
- l’angoisse transformée en sérénité
- la remémoration d’un monde perdu (la Hongrie)
- la vie qui doit toujours être victorieuse


La leucémie l’emportera en 1945 à l’âge de 64 ans.

Ecoutez les interventions croisées de Jean-Louis Michaux et Bernard Lechevalier.
Jean-Louis Michaux est hématologue. Il débuta par une carrière clinique et universitaire à l’université de Lovanium avant de séjourner dix ans au Congo. De retour en Belgique, il devient professeur à l’Université catholique de Louvain.
A partir des années 1970 Jean-Louis Michaux poursuit sa formation auprès du professeur Jean Bernard, à l’hôpital Saint-Louis à Paris ; le début d’une longue et fructueuse collaboration.

Bernard Lechevalier est professeur émérite de neurologie et membre de l’Académie nationale de médecine. Spécialisé en neuropsychologie, il a contribué à créer une unité Inserm consacrée à la neuropsychologie, notamment de la mémoire.
(...)


© Canal Académie - Tous droits réservés

Notez cette émission :

Pour poursuivre la lecture de cet article et écouter cette émission,
devenez membre du Club pour 25€ par an seulement ! abonnez-vous ici Déjà abonné ? identifiez-vous

Commentaires