Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

Le despotisme démocratique selon Tocqueville

présenté par l’éditeur et philosophe François L’Yvonnet

Alexis de Tocqueville, dont chacun sait qu’il est l’auteur de La Démocratie en Amérique, œuvre publiée entre 1835 et 1840, était membre de l’Académie des sciences morales et politiques et de l’Académie française. Les Carnets de l’Herne ont publié la dernière partie de cette œuvre majeure sous le titre Le despotisme démocratique. L’éditeur François L’Yvonnet nous présente ce Carnet.


Bookmark and Share

Les Éditions de l’Herne proposent dans leur collection « Carnets », sur une petite centaine de pages seulement, le dernier chapitre de l'œuvre fondamentale d'Alexis de Tocqueville intitulée par l’éditeur "Le despotisme démocratique". Notre invité François l’Yvonnet qui dirige cette collection "Les Carnets de l’Herne" avec Laurence Tacou (200 volumes existants), et qui est également professeur de philosophie pour les classes préparatoires à Versailles, nous explique les raisons de son choix : l'œuvre entière est vaste ; la dernière partie reprend les éléments essentiels de la démonstration de Tocqueville et devient ainsi très accessible à tous les lecteurs. De plus, sa réflexion s'inscrit tout à fait dans l'actualité.

Alexis de Tocqueville était membre de l'Académie des sciences morales et politiques où il a été élu le 6 janvier 1838 (il avait donc 35 ans puisqu’il est né en 1805), dans la section Morale. Puis il a été élu à l’Académie française en 1841. Son éloge a été prononcé par le R.P. Lacordaire dans la séance de l’Académie française du 24 janvier 1861.

Tocqueville reprend, avec son habituel talent d'observation et d'analyse, ses thèmes favoris et sa réflexion sur l'égalité (ou l'égalitarisme), l'égalisation des conditions, l'atomisation sociale, la disparition des corps intermédiaires, les médiations entre l'État et les citoyens, la peur du désordre et la centralisation des pouvoirs...




C'est ainsi que l'on peut lire sous sa plume quelques phrases... prémonitoires (il parle évidemment de la France) :

- « J'affirme qu'il n'y a pas de pays en Europe où l'administration publique ne soit devenue non seulement plus centralisée, mais plus inquisitive et plus détaillée ; partout elle pénètre plus avant que jadis dans les affaires privées ; elle règle à sa manière plus d'actions, et des actions plus petites, et elle s'établit davantage tous les jours, à côté, autour et au-dessus de chaque individu, pour l'assister, le conseiller et le contraindre... »

Cette phrase à elle seule donnera sûrement envie de lire ce Carnet de l'Herne... mais il en est tant d'autres, superbement rédigées, qu'on apprécie au fil de la lecture sur le despotisme grandissant d'un système dont Tocqueville a perçu les limites et les dangers. Écoutez ici François L'Yvonnet donner de plus amples détails sur les(...)


© Canal Académie - Tous droits réservés

Notez cette émission :

Pour poursuivre la lecture de cet article et écouter cette émission,
devenez membre du Club pour 25€ par an seulement ! abonnez-vous ici Déjà abonné ? identifiez-vous

Commentaires