Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

Jacqueline de Romilly : La grandeur de l’homme au siècle de Périclès

Jean Mauduit a lu "ce petit livre d’une richesse et d’une densité considérables".

Jacqueline de Romilly, de l’Académie française et de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, qui a fréquenté sa vie durant les grands textes de la littérature grecque, avoue : "Arrivée à la fin de ma vie, ce message me paraît plus que jamais précieux et important". Son ouvrage La grandeur de l’Homme au siècle de Périclès a largement séduit notre chroniqueur littéraire Jean Mauduit.


Bookmark and Share

Le livre que Jacqueline de Romilly publie aux éditions de Fallois : La grandeur de l’homme au siècle de Périclès, s'il est petit de taille, offre un immense message et incite à beaucoup de réflexions salutaires. Il est, bien entendu, le fruit d’une érudition éblouissante. Jacqueline de Romilly tutoie Thucydide et Sophocle, Homère et Euripide. Elle fait revivre ce qui constitue l’essence de la civilisation athénienne : une certaine conception, en effet, de la grandeur de l’homme qui, vingt-cinq siècles après, qui nous interpelle encore, et même plus que jamais.

L'idée de progrès

Peut-être a-t-on tendance à se méfier d'une formule du genre "grandeur de l'Homme" et faut-il préciser ce que l'auteur veut faire comprendre : cette grandeur c’est d’abord l’ambition pour l’homme de faire avancer l’humanité, et la confiance orgueilleuse qu’il a de ses accomplissements. La première partie du livre de Jacqueline de Romilly, en écho à ses propres travaux, est consacré à l’idée de progrès dans la littérature grecque, notamment chez Sophocle mais aussi, là où on ne l’attendrait peut-être pas, chez Thucydide. Cet historien si peu accessible en apparence aux utopies et dont la pensée ne s’abreuve que d’une connaissance objective des faits, mais qui nourrit une ambition consubstantielle à l’idée de progrès : il souhaite atteindre une vérité historique qui reste valable pour les générations à venir. Exemple : l’analyse critique qu’il fait des causes et du déroulement de la guerre du Péloponnèse, qui durant près de 30 ans fut le siège d’un conflit meurtrier entre Sparte et Athènes, conflit en fin de compte perdu par Athènes, qui à l’aube du 4ème siècle avant JC dut renoncer à son ambition d’hégémonie sur le monde grec.
Au lieu d’utiliser des explications réductrices comme le recours à la responsabilité personnelle de tel ou tel chef de guerre – la petite histoire des hommes – Thucydide met en évidence les faits économiques et sociaux, notamment l’impérialisme d’Athènes qui insensiblement a dégradé sa puissance parce qu’il la rendait insupportable aux autres Etats. Il anticipe ainsi sur des cycles que(...)


© Canal Académie - Tous droits réservés

Notez cette émission :

Pour poursuivre la lecture de cet article et écouter cette émission,
devenez membre du Club pour 25€ par an seulement ! abonnez-vous ici Déjà abonné ? identifiez-vous

Commentaires