Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

Deux portraits de Jean Guitton, philosophe homme de cœur

La chronique littéraire de Jean Mauduit

Jean Guitton, de l’Académie française, est décédé il y a tout juste 10 ans. Deux femmes, qui ont travaillé à ses côtés, l’ont évoqué chacune à leur manière, Anne Creuchet dans un récit-témoignage et Véronique de Bure dans un roman. Jean Mauduit a lu ces deux ouvrages et les présente dans cette chronique littéraire. Deux portraits touchants de Jean Guitton, le philosophe homme de coeur.


Bookmark and Share


Le premier ouvrage, intitulé « Monsieur Chrétien, souvenirs de Jean Guitton », est le fait d’Anne Creuchet qui fut plus de vingt ans son assistante. Il est paru aux éditions Bayard, au prix (très chrétien !) de 13 euros et demi. C’est un témoignage.

Le second, signé de Véronique de Bure aux éditions Stock – à 16 euros –est un roman, sobrement intitulé « Une confession ».

Ces deux livres ont chacun leurs mérites. Celui d’Anne Creuchet est en réalité un portrait, construit par petites touches avec beaucoup de pudeur et de tendresse. Le récit de Véronique de Bure se place dans un registre plus dramatique. L’héroïne, qui elle aussi a été assistante de Jean Guitton, et qui découvre peu à peu son extraordinaire richesse spirituelle, vit en contrepoint un adultère passionné avec un homme qui n’est jamais nommé, dont elle ne parle qu’à la troisième personne, alors qu’elle s’adresse à Jean Guitton – à l’ombre de Jean Guitton – en utilisant le vouvoiement. Et c’est l’alternance de ce « vous » et de ce « il » qui fait la singularité du récit.Il s’agit d’un procédé littéraire. Mais habile. Il justifie le titre. Le personnage de Jean Guitton, tel que reconstruit par Véronique de Bure, finit par apparaître comme un sorte de confesseur infiniment compréhensif – et silencieux, c’est commode – à qui l’on peut tout dire, même et surtout ce que l’on cache aux autres.

Ces deux livres sont finalement très différents. Pourtant ils se recoupent sur deux points importants.

- Le premier est la convergence parfaite des portraits respectifs qu’ils nous donnent à voir du philosophe Jean Guitton. L’un et l’autre s’accordent à le présenter comme un esprit supérieur, qui fait preuve d’une aisance éblouissante dans le maniement des concepts – c’est son jardin – et qui est doté d’une empathie saisissante. Mais c’est aussi un homme totalement étranger aux choses du sexe ; un vieil enfant espiègle, pétri de candeur malicieuse, et qui n’a pas beaucoup de contacts avec les trivialités de l’existence. Ainsi rapporte Anne Creuchet, il ne s’est pas aperçu, quasiment jusqu'à la fin de sa grossesse, qu’elle était enceinte – enceinte et pas mariée. Mais quand elle le lui a appris, il n’en a été nullement choqué – et s’est intéressé(...)


© Canal Académie - Tous droits réservés

Notez cette émission :

Pour poursuivre la lecture de cet article et écouter cette émission,
devenez membre du Club pour 25€ par an seulement ! abonnez-vous ici Déjà abonné ? identifiez-vous

Commentaires