Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

Pour apprendre aux dames le calcul et l’orthographe...

Par le "bibliologue" Bertrand Galimard Flavigny

La rentrée scolaire est déjà bien avancée, et les écoliers découvrent les programmes dans des manuels qui changent plus vite que les réformes. Imaginons que nous soyons à l’aube du dix-neuvième siècle. Un nombre est concret lorsqu’il représente une espèce d’unité quelconque, expliquent les mathématiciens. Il y avait autrefois l’aune, la toise et quelques autres mesures, puis il y eut le mètre et le gramme, la livre et le sou. L’euro est-il un nombre concret ?


Bookmark and Share


Après sept années – hé oui déjà - d’usage, cette unité, l'euro, semble pour beaucoup encore abstraite. Les calculettes pallient notre incompétence. Que dire du trouble provoqué par la mise en place du système décimal et des nouvelles monnaies, à la fin du XVIIIe siècle ? C’est la raison pour laquelle un certain Pierre-Guillaume Galimard, avec un « l » (né en 1772), professeur de langue française, composa L’arithmétique des dames ou traité de calcul, à l’usage des jeunes personnes qui se destinent au commerce. Il fit imprimer vers 1801, son livre que l’on pouvait trouver chez lui, M. Galimard, qualifié d’éditeur, - ce nom est donc prédestiné - rue Montmartre, au coin du passage du Saumon, maison de l’Apothicaire ou chez les libraires parisiens Le Normant et Martinet.


« Cet ouvrage contient les Calculs, tant anciens que nouveaux, les plus nécessaires aux Commerçans ; le Rapport des anciens Poids, Mesures et Monnaies, avec les Tableaux comparatifs : le tout expliqué avec clarté et précision », précisait M. Galimard qui vendait le volume 1 fr. pour Paris, et 1 fr. 25 c. par la poste. Le prix augmenté pour le transport n’était pas innocent, il permettait de mettre en bouche les futurs lecteurs qui, avant d’opérer (sic) une addition, devraient savoir que « la livre de monnaie vaut 20 sous, ou 99 centimes ; le sou, 12 deniers, ou 5 centimes ; le denier, 2 oboles ou 5/12 de centimes ». Et le professeur de multiplier les exemples de soustractions, de multiplications, de divisions, de règles de trois et autres calculs dans lesquels interviennent des toises, des aunes, des francs et centimes, que nous serions bien en peine d’effectuer. C’est sans doute la raison pour laquelle, il reprit, toujours chez Le Normant, en 1806, son texte dans un « ouvrage simplifié et à la portée des personnes les moins intelligentes ». Il avait, curieusement prit soin de l’ajouter à un autre titre, Vélocifère grammatical, ou la Langue française et l'orthographe apprises en chantant, ouvrage très élémentaire, unique en son genre, mis en vaudevilles et dédié aux(...)


© Canal Académie - Tous droits réservés

Notez cette émission :

Pour poursuivre la lecture de cet article et écouter cette émission,
devenez membre du Club pour 25€ par an seulement ! abonnez-vous ici Déjà abonné ? identifiez-vous

Commentaires