Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

Psyché : le mythe dans les collections du Château de Chantilly

Entretien avec Nicole Garnier
Le mythe de Psyché a inspiré les artistes de tous temps. Plusieurs musées s’associent pour dévoiler leurs trésors en rapport avec ce mythe quasi universel : expositions, manifestations au programme pour des pièces de collections rarement réunies. Un regard au carrefour des arts et de la littérature autour d’un mythe dont l’histoire séduit depuis des siècles : histoire d’un scénario inusable illustré par les trésors de notre patrimoine en compagnie de Nicole Garnier.


T�l�charger le fichier sur votre ordinateur
Références émission afficher
Émission proposée par : Marianne Durand-Lacaze
Référence : CARR592
Adresse directe du fichier MP3 : http://www.canalacademie.com/emissions/carr592.mp3
Adresse de cet article : http://www.canalacademie.com/ida4474-Psyche-le-mythe-dans-les-collections-du-Chateau-de-Chantilly.html
Date de mise en ligne : 28 juin 2009
Logo Art absolument
Nicole Garnier, mai 2009
Nicole Garnier, mai 2009
© Canal Académie

Nicole Garnier, conservateur général du patrimoine chargée du musée Condé-Château de Chantilly présente l’exposition Le mythe de Psyché, construite à partir des collections de Chantilly, ouverte au public du 29 mai au 31 août 2009. La pièce maîtresse de ce parcours dédié à l’histoire de ce mythe gréco-romain reste l’ensemble des vitraux de Chantilly qui constituent le plus bel exemple de vitraux profanes de la Renaissance, conservés en France. L’exposition présente également 51 œuvres d’art. Nicole Garnier, dans cette interview, raconte Psyché, peinte par Raphaël, Jules Romain de Mantoue. Elle évoque le mythe dans les éditions rares de Molière et de la Fontaine, dans les tapisseries du XVIIe siècle à travers les collections du musée.

Les vitraux exceptionnels du Château de Chantilly, que le public peut voir tout au long de l’année dans la galerie Psyché du musée, qui sert de salle d’exposition, sont ainsi montrés en perspective.

Qui était Psyché, simple mortelle à la beauté d’exception prédestinée à épouser un monstre laid, certes immortel ? Éros amoureux d’elle, la fait enlever et l’honore dans son palais dans l’obscurité, chaque nuit, à condition qu’elle ne lui demande pas qui il est. Poussée par la curiosité, elle rompt son engagement. Vénus la punit en retour.
Elle subit une série d’épreuves dont elle triomphe chaque fois. Mais sa curiosité la perd à nouveau et un baume la fait sombrer dans un sommeil sans fin. Éros emporte son corps endormi et la ramène à la vie. Les dieux lui offrent l’immortalité et les époux peuvent enfin vivre leur amour au grand jour.

Symbole de la quête de l’âme humaine, qui cherche l’immortalité, le mythe a traversé les siècles et a connu son apogée sous la Renaissance.

Jules Romain (1492-1546), <i>L'Amour éveillant Psyché</i>, lavis, Chantilly, musée Condé
Jules Romain (1492-1546), L’Amour éveillant Psyché, lavis, Chantilly, musée Condé
© RMN/Gérard Blot

En 1469 paraît à Rome la première édition italienne de L’Âne d’or d’Apulée du II esiècle, récit également connu sous le titre Les Métamorphoses. Une seconde édition paraît en 1488, et l’ouvrage s’impose comme une référence en matière artistique.

En 1518, le banquier siennois Agostino Chigi commande à Raphaël, pour la Loggia de la villa Farnésine à Rome, des décors peints d’après le mythe de Psyché. Raphaël réalise une fresque illustrant cette histoire mythique, et ses dessins deviennent la référence de tous les artistes suivants pour l’illustration des amours de Cupidon et de Psyché.

Raphaël (1453-1520), études pour les Heures jetant des fleurs dans le banquet des dieux aux noces d'Amour et de Psyché, sanguine, Chantilly, musée Condé
Raphaël (1453-1520), études pour les Heures jetant des fleurs dans le banquet des dieux aux noces d’Amour et de Psyché, sanguine, Chantilly, musée Condé

Une bande dessinée avant l’heure, version Renaissance, de verre et de plomb

De tous les chefs-d’œuvre que compte le château de Chantilly, les 44 vitraux de la galerie de Psyché font partie des plus spectaculaires. Ils ont été exécutés entre 1542 et 1544, à la demande du connétable Anne de Montmorency, homme de guerre, ami de François I er, pour le château d’Ecouen. Après la révolution française, ils sont placés dans le musée des monuments français en 1796. Rendus, par la suite à la famille des propriétaires du château d’Ecouen, le duc d’Aumale, âgé de huit ans, en hérite. A l’âge adulte, devenu collectionneur d’art, il fait construire une galerie à Chantilly pour les accueillir.

XVI <sup>e</sup> siècle, Chantilly, musée Condé
XVI e siècle, Chantilly, musée Condé
© Photo Sebastian Straessle/Studiaphot

Inspirés de L’Âne d’or d’Apulée, ces vitraux témoignent de la passion de la Renaissance pour l’idéal d’amour, la mythologie et les jeux de symboles. Ce cycle en grisaille rehaussée de jaune d’argent, traité à la manière de Raphaël, constitue un ensemble très rare.

Vitrail de la galerie de Psyché, XVI <sup>e</sup> siècle, Chantilly, <i> Toilette de Psyché</i>, musée Condé
Vitrail de la galerie de Psyché, XVI e siècle, Chantilly, Toilette de Psyché, musée Condé
© Bridgeman Giraudon

L’exposition Le mythe de Psyché du château de Chantilly prend place dans le cadre d’une initiative nationale du Centre des monuments nationaux consacrée à Psyché dans plusieurs châteaux de la Renaissance en France :
- Azay-le-Rideau
- Fontainebleau
- Sully-sur-Loire
- Pau

En savoir plus

- L’actualité des manifestations du musée Condé de Chantilly
- La galerie de Psyché par Marie Desplechin, Collection Les trésors de Chantilly, avec la Fondation pour la sauvegarde et le développement du Domaine de Chantilly, Éditions Nicolas Chaudun
Disponible en anglais






© Canal Acadééémie - Tous droits rééservés

Notez cette émission :

Commentaires