Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

Comment distinguer l’injure de la calomnie, la médisance de la diffamation...

Des Traités anciens présentés par Bertrand Galimard Flavigny

Que de mots pour des maux envers autrui : calomnie, médisance, menaces, dérisions, impolitesse, injures verbales ou par écrit, par action ou voies de fait, blasphème, sacrilège, irrévérences, sortilège, hérésie, et on en passe ! Bertrand Galimard Flavigny vous initie aux traités qui en décrivent les nuances... C’est toujours bon à savoir !


Bookmark and Share

Il fut un temps où les invectives volaient par-dessus les têtes dans les assemblées nationales, aujourd’hui on préfère utiliser l’hymne national pour protester. Question de choix. Il était d’usage jusqu’à présent, chez les groupes différents des êtres humains de se lancer des cris pour s’effrayer mutuellement, surtout avant de combattre, il semblerait que cette habitude-là se transformât en chansons. Qu’en sera-t-il dans les instances plus petites comme les communes ?

Nous le savons, le clocher et la mairie n’ont pas toujours fait bon ménage. Il n’est pas besoin de se plonger dans certaines nouvelles, romans ou drames qui mettent en présence curé et magistrat municipal, pour suivre le développement de ces querelles qui ont alimenté les veillées dans nos campagnes. Un dimanche de l’année 1823, l’abbé Coulhot, curé de Thorigny en Normandie, monta en chaire et, dans son prône vilipenda le maire de la commune, un « homme sans mœurs, sans religion, etc. ». Ce ne fut pas du goût du notable ainsi visé ; M. Plouin du Breuil porta plainte devant le tribunal de Saint-Lô qui la déclara irrecevable. Il s’adressa alors au Conseil d’Etat. Les sages considérèrent, après quelques arguties juridiques, « qu’il n’y avait pas lieu à poursuivre le curé ». Cette histoire a été rapportée dans Les Causes célèbres intéressantes et peu connues concernant les ecclésiastiques et les matières religieuses, édité, en 1828, au Bureau des Causes célèbres.

Philosophes et juristes se sont penchés, avec une certaine délectation, sur ces expressions outrageantes qui deviennent diffamation « dès qu’il y a imputation des faits ». L’un d’eux, François Dareau (1733-1783) qui était avocat à Guéret, fut l’un des premiers à étudier, définir et distinguer, l'injure, les injures verbales, la calomnie, la médisance, la menaces, les dérisions, l’impolitesse, des injures par écrit, des injures par action ou voies de fait, blasphème, sacrilège, irrévérences, sortilège, hérésie, etc. Son ouvrage qui comporte plus de 500 pages, porte naturellement le titre de Traité des injures dans l'ordre judiciaire. ouvrage qui renferme particulièrement la jurisprudence du petit criminel et fut imprimé à Paris, en 1774 chez Prault et Pere. Une seconde édition suivit trois ans plus tard, (...)


© Canal Académie - Tous droits réservés

Notez cette émission :

Pour poursuivre la lecture de cet article et écouter cette émission,
devenez membre du Club pour 25€ par an seulement ! abonnez-vous ici Déjà abonné ? identifiez-vous

Commentaires