Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

La nature du monde,Science et exégèse au XVIIe siècle, un essai de Jean-Robert Armogathe

L’histoire des idées religieuses et scientifiques dans l’Europe moderne

Damien Le Guay reçoit Jean-Robert Armogathe pour la publication de son livre : La nature du monde, science nouvelle et exégèse au XVIIe siècle (PUF). Prêtre et universitaire, il explique, tout d’abord, pourquoi le XVIIe siècle est, selon lui, si important, avant d’examiner les différentes étapes des relations entre la science et la théologie au XVIIe siècle.


Bookmark and Share

Que dire de notre invité, le père Jean-Robert Armogathe ? Comme prêtre et universitaire, il est à la fois contre un certain esprit sectaire et adepte d’une réconciliation avec une tradition vivante, profonde et authentique.
Comme prêtre, après avoir été interdit de séminaire des Carmes, en 1972 par, dit-il « un esprit de sectarisme intra ecclésiale », il a été confronté à ce qu’il nomma lui-même une « terreur intra ecclésiale » qui, dans les années 1970, s’est abattue sur la France. Et, en même temps, en 1977, il est confronté à la crise intégriste de Saint-Nicolas du Chardonnet. Avec la revue "Communio", fondée par lui, avec entres autres, Jean-luc Marion et Remi Brague, il souhaite retrouver un sens authentique de la tradition, sens large, généreux et novateur, sans être aventureux ni inféodé aux modes politiques.

Comme universitaire il s’en prend à ceux qui, idéologues des coupures, séparent arbitrairement dans la naissance de la modernité le théologique et le scientifique et analyse, textes à l’appui, en suivant, tel un sourcier, les auteurs et leurs influences, les éléments d’influences réciproques et de fécondations imbriquées.

Dans ces deux domaines, il a souhaité passer outre les idées reçues, opinions convenues, certitudes véhiculées par les modes (surtout quand les modes sont puissantes pour ne pas dire impérieuses) et travailler à nouveau frais, reprendre avec plus d’épaisseur les idées transmises d’un siècle à l’autre. Telle fut la leçon de ses maîtres. Maîtres en théologie (les Pères de Lubac et Bouyer), maître en histoire (Jean Orcibal). Ce dernier lui a donné comme consigne de toujours « creuser en-dessous de la surface ».


Pour sa formation universitaire, il se présente de la manière suivante : « Il m’a été donné de faire à la fois un parcours académique classique en France, et des études pluridisciplinaires et internationales. Le parcours français est tout à fait classique : né en 1947, je suis entré à l’Ecole normale supérieure, j’ai passé des licences, une agrégation, un doctorat de philosophie. Chargé de cours aux Hautes Etudes (Sciences religieuses) dès 1970, j’ai été successivement maître-assistant, maître de conférences, professeur. Ma direction d’études a repris l’intitulé qui était celui d’Alexandre Koyré: «(...)


© Canal Académie - Tous droits réservés

Notez cette émission :

Pour poursuivre la lecture de cet article et écouter cette émission,
devenez membre du Club pour 25€ par an seulement ! abonnez-vous ici Déjà abonné ? identifiez-vous

Commentaires