Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

Le Portement de Croix de Peter Bruegel l’Aîné

L’historien d’art Michael Gibson détaille les personnages du célèbre tableau du maître flamand

Le Portement de Croix, tableau célèbre de Pieter Bruegel l’Aîné, est ici raconté par Michael Gibson, auteur d’un ouvrage entièrement consacré à cette œuvre emblématique du maître du XVIe siècle.


Bookmark and Share

Le portement de croix, l’un des grands tableaux de Pierre Bruegel l’Aîné aujourd’hui au Kunsthistorisches Museum à Vienne relate ostensiblement un épisode de la Passion du Christ. Peint en 1564, l’œuvre mesure 170 cm par 124 cm et représente un vaste paysage peuplé de quelques 500 personnages qui, pour la plupart, vont de la ville au fond à gauche vers le Golgotha au fond à droite. D’autres personnages, paysans, bergers et journaliers se dirigent vers la ville avec des denrées qu’ils se proposent de vendre au marché.



Au milieu d’eux, les condamnés, le Christ et les deux larrons, se dirigent vers le lieu d’exécution entouré d’une troupe de soldats en tuniques rouges précédés par la bannière des Habsbourg, l’aigle à deux têtes.

Ceci nous laisse entendre que le sujet du tableau est double. Il relate certes la passion du Christ, mais il fait aussi allusion à la brutale répression politique et religieuse que connurent les Pays-Bas à l’époque de Bruegel, quand le pouvoir espagnol suppliciait les hérétiques, « les hommes par l’épée, les femmes enterrées vives. » En effet, la Réforme connaissait alors un certain succès dans les Flandres et le Brabant.

La scène est complexe et se présente en fait comme un scénario que le regard parcourt et découvre par étapes successives.
One peut même dire qu’il s’agit d’une miniature à une très grande échelle. Il serait d’ailleurs commode de l’observer à la loupe, tant les détails sont minuscules.





La scène est dominée par une haute et improbable formation rocheuse surmontée d’un tout aussi improbable moulin. On se demande en effet comment on fait pour y acheminer le grain à moudre et comment on redescend la farine qui est ainsi produite.
Mais le moulin de Bruegel est sans doute une forme symbolique et il est intéressant de noter que le meunier devant son moulin se trouve posté au même endroit que la figure de Dieu le Père, observant la terre depuis son trône dans les nuages, dans la tradition picturale flamande antérieure. Il semblerait donc que le moulin doive être une métaphore du cosmos qui tourne jour et nuit au-dessus de nos(...)


© Canal Académie - Tous droits réservés

Notez cette émission :

Pour poursuivre la lecture de cet article et écouter cette émission,
devenez membre du Club pour 25€ par an seulement ! abonnez-vous ici Déjà abonné ? identifiez-vous

Commentaires