Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

Le rôle croissant des pays émergents sur la scène économique mondiale

Analyse avec Jacques de Larosière, ancien directeur général du FMI

Le séisme qui secoue la finance et l’économie mondiale depuis la crise des subprimes en 2007 pourrait faire oublier un phénomène de fond : les pays émergents jouent un rôle croissant sur le marché des capitaux et des biens et services. La Chine, l’Inde, les pays du Golfe et certains pays asiatiques, accumulent désormais dfe considérables excédents courants dans la balance des paiements mondiaux. Et pourraient changer la donne économique. Analyse de Jacques de Larosière, ancien directeur général du FMI.


Bookmark and Share

Jacques de Larosière a dirigé le FMI, la Banque de France et la BERD. Il est aujourd'hui conseiller auprès du président de la banque BNP-Paribas. C'est fort de ce parcours que cet économiste développe une vision très précise de la crise financière 2007-2008.






ANALYSE

«L’économie mondiale est de plus en plus intégrée financièrement et les mouvements de capitaux entre pays émergents et pays « avancés » sont devenus massifs.
Quelles sont les conséquences à moyen terme de cette intégration ? Dans quelle mesure la puissance financière mondiale n’est-elle pas déjà passée du monde « industrialisé » à celui des pays émergents en excédent de balance des paiements ?

1. L’accumulation par les pays émergents depuis quelques années d’excédents spectaculaires de balance des paiements courants a contribué à changer profondément la répartition des réserves extérieures dans le monde.

2. Les conséquences de ces changements sur le « pouvoir financier » mondial sont, cependant, à évaluer de façon nuancée.

3. Le système monétaire international est loin de s’être adapté à la nouvelle donne financière mondiale.


«L’accumulation d’excédents de balance des paiements courants par les pays émergents est spectaculaire. Ces chiffres sont d’une portée économique considérable : le déficit des Etats-Unis a atteint 6,2 % du PIB de ce pays en 2006 (5,7 % estimés pour 2007). Quant à l’excédent de la Chine, il a représenté 9,4 % de son PIB en 2006 (11,7 % estimés pour 2007).
Ce sont là des ordres de grandeur qui représentent des records historiques et reflètent, à la vérité, une situation paradoxale. En effet, traditionnellement, c’étaient les pays industrialisés qui connaissaient des excédents de balance des paiements et exportaient leurs surplus vers les pays en développement. Aujourd’hui, nous assistons à un phénomène inverse : ce sont les pays dits « émergents » qui sont devenus les créanciers, sinon du monde industrialisé dans son ensemble (en effet, l’Union Européenne est en équilibre et le Japon en excédent), mais des Etats-Unis dont le déficit courant est entièrement compensé par les apports de capitaux des pays(...)


© Canal Académie - Tous droits réservés

Notez cette émission :

Pour poursuivre la lecture de cet article et écouter cette émission,
devenez membre du Club pour 23€, soit moins de 2€ par mois. abonnez-vous ici Déjà abonné ? identifiez-vous

Commentaires